Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 14 ans

Edirne, une ville-musée à découvrir

Article publié sur http://www.lepetitjournal.com d'Istanbul le 11 juillet 2017

 

La belle Edirne constitue une découverte de choix, tant elle peut être considérée comme une véritable ville-musée de plein air qui se visite facilement à pied et où l'architecture ottomane est particulièrement mise en valeur.

Mosquée Selimiye à Edirne et la statue de son architecte, le célèbre Sinan

Mosquée Selimiye à Edirne et la statue de son architecte, le célèbre Sinan

L'ancienne Andrinople, située près des fleuves Maritsa (Meriç en turc) et Tunca, à 18 km à peine de Kapıkule - poste-frontière qui sépare la Turquie de la Bulgarie - et à 5 km de la frontière avec la Grèce, a gardé la prestance de son statut d'ancienne capitale de l'empire ottoman décidé en 1361 par le Sultan Murat 1er qui lui donne alors le nom d'Edirne.

En 1455, la ville perd le rang de capitale au profit de Constantinople, suite à la prise de cette dernière par Mehmet II le Conquérant deux ans plus tôt.

La Maritsa, un des fleuves qui passe à Edirne

La Maritsa, un des fleuves qui passe à Edirne

Si la mosquée Selimiye, chef d'oeuvre du plus grand architecte ottoman Sinan et inscrit à juste titre sur la liste du Patrimoine Mondial de l'Unesco depuis 2011, est incontestablement le monument le plus connu de la ville, il serait dommage de ne pas découvrir les innombrables autres sites qui vous attendent.

Mais commençons par la visite-phare de ce bijou de l'art ottoman construit sur ordre du sultan Selim II entre 1569 et 1575 et dont les minarets sont visibles des quatre coins de la ville.

Mosquée Selimiye, Edirne

Mosquée Selimiye, Edirne

L'architecte Sinan a présenté la Selimiye comme son oeuvre de maître, considéré la mosquée Shezade d'Istanbul comme son oeuvre d'apprenti et celle de Soliman érigée sur une des collines d’Istanbul comme son ouvrage d'ouvrier.

Mosquée Selimiye d'Edirne

Mosquée Selimiye d'Edirne

Le bâtisseur s'est inspiré de Sainte-Sophie pour réaliser une coupole de 31,50 m de diamètre, 50 cm de plus que la prénommée... Le dôme, quant à lui, culmine à une hauteur de 43,50 m.

De superbes tourelles agrémentent les huit contreforts et les quatre minarets se dressent à presque 70 m de haut, leur mettant ainsi parmi les plus hauts qui existent.

Mosquée Selimiye, Edirne

Mosquée Selimiye, Edirne

Certains murs, près du mihrab, de même que la loge impériale située à l'angle sud-ouest, sont habillés par de magnifiques faïences d'Iznik.

Autour de la mosquée, une école coranique – medrese – de même qu'une galerie marchande comprenant pas moins de 124 magasins proposant par le passé des chaussures et aujourd'hui des souvenirs divers et variés, trouvent leur place dans le complexe.

Mosquée de Selimiye, Edirne

Mosquée de Selimiye, Edirne

Outre le riche musée archéologique et ethnographique qui se trouve dans ladite medrese, des copies manuscrites du Coran, des ustensiles ottomans ainsi que des objets utilisés par le passé dans le tekke de derviches tourneurs d'Edirne sont exposés dans le musée des arts turcs et islamiques installé dans l'école supérieure coranique.

A la tombée du jour, le soleil couchant dore les pierres de la Selimiye et lui offre ainsi une parure magnifique dont l'enchantement se prolonge de nuit avec les éclairages mettant en valeur la finesse de l'architecture.

Mosquée Selimiye, Edirne

Mosquée Selimiye, Edirne

La découverte de la ville se poursuit en face avec la visite de la vieille mosquée – Eski camii – dont la construction commence en 1402 sur ordre de l'émir Süleyman Çelebi, fils du sultan Beyazıt I, pour se terminer en 1414 sous le règne de Mehmet Ier.

Sobriété est le maître-mot pour sa décoration qui tranche de manière radicale avec celle de son éblouissante voisine.

Eski camii, Edirne

Eski camii, Edirne

A quelques dizaines de mètres à peine de là se trouve la belle et très originale mosquée aux trois balcons – Üç Şerefeli camii – construite entre 1438 et 1447 par le sultan Murat II.

Ses quatre minarets sont chacun décorés différemment, l'un avec une belle cannelure, l'autre avec ses trois balcons est orné de losanges, un troisième avec des spirales et le dernier comportant des losanges clairs et foncés alternés tels un damier. Coupoles de la cour et dômes de la salle de prière sont, quant à eux, décorés chacun avec des couleurs et des dessins différents.

Mosquée aux Trois Balcons, Edirne

Mosquée aux Trois Balcons, Edirne

Au sud-ouest de l'Eski camii, trois constructions ottomanes sont dignes d'intérêt dont le caravansérail de Rüstem Paşa, construit par Sinan en 1560-61 ainsi que le marché couvert – bedesten – érigé sous Mehmet Ier. Restauré il y a une vingtaine d'années, ce dernier abrite de nombreux commerces.

Sur une petite colline à l'arrière de la Selimiye, Murat II fait construire en 1426 la mosquée Muradiye ainsi qu'un complexe comprenant un couvent de derviches et un réfectoire.

Muradiye camii, Edirne

Muradiye camii, Edirne

L'extérieur plutôt sobre ne laisse pas présager que de superbes faïences d'Iznik et un mihrab de couleur bleue habillent l'intérieur, formant un bel ensemble et agréable à l’oeil.

Muradiye camii, Edirne

Muradiye camii, Edirne

A une vingtaine de minutes à pied de la Selimiye et en bordure du fleuve Tunca, le complexe de Beyazit II mérite une longue visite. Construit en 1488, il accueillait notamment un hôpital pour malades mentaux traités avec l'aide de la musique et de l'eau.

Complexe de Beyazit II, Edirne

Complexe de Beyazit II, Edirne

Aujourd'hui s’y trouve un musée de la Santé fort intéressant dont la découverte s'ajoute à celle du complexe et du superbe jardin.

Complexe de Beyazit II, EdirneComplexe de Beyazit II, Edirne

Complexe de Beyazit II, Edirne

Musée de la Santé, Edirne

Musée de la Santé, Edirne

De l'autre côté de la ville, également accessible à pied, un joli pont signé Mehmet Ağa, architecte de la mosquée Bleue d'Istanbul, érigé au-dessus de la Tunca entre 1608 et 1613, permet de profiter d’une jolie vue sur les alentours.

La Maritza, quant à elle, est aussi enjambée par un beau pont datant de 1882 et qui mène au charmant quartier de Karaağaç, ancien “Petit Paris” d'Edirne au passé prestigieux.

Pont sur la Tunca, Edirne

Pont sur la Tunca, Edirne

Outre de jolis et agréables jardins à thé disséminés sur la route qui y mènent, Karaağaç abrite l'ancienne gare devenue le rectorat de l'Université de Thrace et dans le parc l'intéressant musée consacré au traité de Lausanne.

Ancienne gare d'Edirne devenue rectorat de l'Université de Thrace

Ancienne gare d'Edirne devenue rectorat de l'Université de Thrace

Les demeures de ce quartier, construites à la fin du 19ème et dans le premier quart du 20ème siècle, constituent l'âme de Karaağaç, de même que les cafés situés en face de l'ancienne gare qui a offert son heure de gloire au "Petit Paris" de la ville...

Dans le quartier de Karaağaç, Edirne

Dans le quartier de Karaağaç, Edirne

La communauté bulgare d’Edirne a fortement diminué mais il reste néanmoins un quartier situé près de la voie de chemin de fer où de nombreuses enseignes sont encore écrites en langue bulgare.

De même, deux jolies églises lui sont destinées dont celle consacrée à Saint-Georges construite en 1880 dans le quartier au-dessus de la Selimiye, à proximité de la mosquée Muradiye évoquée plus haut.

Eglise bulgare Saint-Georges d'Edirne
Eglise bulgare Saint-Georges d'Edirne

Eglise bulgare Saint-Georges d'Edirne

Reconstruite en 1907 suite à la destruction de l'ancienne par un incendie deux ans auparavant, la synagogue d'Edirne, la plus grande en Europe et la 3ème la plus grande au monde, est réouverte depuis le 26 mars 2015 après 5 ans de restauration nécessaire et réussie. Sa visite fait partie des nouveaux sites incontournables de la ville.

Synagogue d'Edirne
Synagogue d'Edirne

Synagogue d'Edirne

La liste des endroits à voir à Edirne pourrait être bien plus longue tant ils sont nombreux. Au passage, les amateurs de foie devront absolument goûter au Edirne tava çiğeri, en l’occurrence des petits morceaux de foie grillé enrobés d’une petite pâte à frire, un véritable délice !

Deux jours pleins, par exemple le temps d'un week-end, permettront de profiter pleinement de cette belle destination en Thrace située à 2 h 30 en voiture d'Istanbul-centre et autant en bus à partir de la gare routière d'Esenler.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article