Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 13 ans

İznik, son lac, ses mosquées, ses faïences...

Article publié sur lepetitjournal.com d'Istanbul le 27 juillet 2017

 

A une heure à peine du débarcadère de Yalova accessible facilement d'Istanbul en ferry (deniz otobüsü) se trouve la jolie petite cité rurale d'İznik. Connue pour ses faïences réputées qui décorent notamment de nombreuses mosquées célèbres situées de part et d'autre du Bosphore, les visiteurs viennent surtout admirer le lac éponyme tout proche et visiter la mosquée Sainte-Sophie - appelée aussi Orhan - à l’histoire tumultueuse.

Une église, portant le nom de Sainte-Sophie, est construite au IVème siècle sur les lieux d'un temple plus ancien. En 787 s’y tient le second Concile de Nicée - ancien nom d'İznik - et 7ème réunion oecuménique de l'église romaine qui décide alors d’accepter à nouveau le culte des images en le réglementant.

En 1065, un tremblement de terre occasionne de gros dégâts et la nef va faire l'objet de transformations considérables, notamment l'ajout de colonnes de séparation afin d'assurer une meilleure tenue de l'édifice.

 

Mosquée Sainte-Sophie à İznik

Mosquée Sainte-Sophie à İznik

Le sultan Orhan Gazi transforme l'église en mosquée en 1331 après avoir conquis la ville. Au XVIème siècle, le célèbre architecte ottoman Sinan est chargé par Soliman le Magnifique de la restaurer suite à un incendie. Un mihrab plus imposant est alors mis en place, un minaret ajouté... et une partie des colonnes précitées enlevées.

L’édifice est détruit en 1920 lors de la guerre d’Indépendance et laissé à l'abandon. La Direction des Fondations de la proche ville de Bursa dont il dépend décide en 2007 de nouveaux travaux de réhabilitation dont celui du minaret démoli entre-temps. Après quelques années musée en tant que musée, la mosquée Sainte-Sophie réouvre ses portes au culte le 6 novembre 2011.

A l’intérieur, il reste des traces visibles de l’église d’origine, en l’occurrence de jolies mosaïques qui couvrent partiellement le sol ainsi que des bouts de fresques, certaines protégées derrière des vitres, d’autres sous le dôme.

Mosquée Sainte-Sophie d'İznik

Mosquée Sainte-Sophie d'İznik

İznik est également connue pour son lac, le 5ème plus grand du pays, avec une surface de 290 km² et une profondeur maximale de 80 mètres.

Lac d'İznik

Lac d'İznik

Situé à une dizaine de minutes à pied du centre, c’est un lieu de promenade et de pique-nique très apprécié tant en journée que pour admirer le coucher du soleil. L’anguille y est pêchée et servie dans les restaurants bordant le lac et dans certains établissements de la ville.

Lac d'İznik
Lac d'İznik

Lac d'İznik

Lors d’un survol des lieux en hélicoptère en 2014, une basilique byzantine est détectée dans les eaux à 20 m seulement de la rive. Datant du IVème siècle, le tremblement de terre qui a eu lieu en 740 aurait provoqué son engloutissement. L’Institut Archéologique Américain a estimé que cette découverte est une des 10 plus importantes de cette année-là et. Un musée sous-marin est en cours de réalisation afin que les visiteurs puissent bientôt (2017-2018) en profiter.

La mosquée Verte, érigée au nord de Sainte-Sophie, figure parmi les autres lieux appréciés à İznik par les visiteurs, notamment pour son admirable minaret décoré de tuiles vertes vernissées, ancêtres des faïences qui font la réputation de la ville.

Mosquée Verte, İznik

Mosquée Verte, İznik

Erigée sur ordre de Candarlı Halil Paşa, vizir du sultan Murat, sa construction, qui constitue le premier modèle d’architecture ottomane, est achevée à la mort du souverain par son fils. L’élégance du porche de marbre blanc attire également le regard.

Porche de la Mosquée Verte d'İznik

Porche de la Mosquée Verte d'İznik

La visite des remparts byzantins de la ville d’une dizaine de milliers d’habitants est souvent oubliée des touristes et c’est bien dommage. Sur un polygone d’environ 5 km se trouvent 16 portes – 4 grandes et 12 secondaires – portant toutes les noms en fonction de leur direction (Istanbul, Yenişehir, Göl, Lefke, etc).

Murailles byzantines d'İznik, près de la porte de Yenişehir

Murailles byzantines d'İznik, près de la porte de Yenişehir

Porte d'Istanbul à İznik

Porte d'Istanbul à İznik

La muraille intérieure, d’une hauteur de 9 mètres et d’une largeur d’environ 4 mètres et édifiée vers la fin du IIIème siècle sous le règne de l’empereur Claude II, ne comprend pas moins de 114 tours.

Quelques éléments de l’enceinte d’origine datant du 1er siècle sont encore visibles aujourd’hui. L’empereur Justinien a fait restaurer les murs au VIème siècle et des travaux récents ont redonné fière allure à la porte de Lefke et aux murailles alentours.

Porte de Lefke à İznik

Porte de Lefke à İznik

Portes byzantines d'İznik
Portes byzantines d'İznik

Portes byzantines d'İznik

Certaines portes sont originales, comme celle d’Istanbul qui, sur une face, présente un masque de femme et un masque d’homme.

Détail porte d'Istanbul à İznik

Détail porte d'Istanbul à İznik

A proximité de la porte de Yenişehir en venant de extérieur de la ville, se trouve un beau monument que peu de gens connaissent. Il s’agit du mausolée des guerriers du Kirghizistan, érigé à la demande d’Orhan Gazi à la fin du XIème siècle à la mémoire des Kirghiz qui ont contribué à la conquête de la ville et à la fondation du centre anatolien seldjoukide.

Mausolée des guerriers du Kirghizistan à İznik
Mausolée des guerriers du Kirghizistan à İznik

Mausolée des guerriers du Kirghizistan à İznik

Près de la mosquée Verte évoquée plus haut se trouve le musée de la ville appelé aussi Nilüfer Hatun İmareti. En effet, cette construction de 1388, souhaitée par la mère du sultan Murat Ier, a reçu le nom de la personne qui est à son origine.

A droite le musée d'İznik appelé aussi Nilüfer Hatun İmareti

A droite le musée d'İznik appelé aussi Nilüfer Hatun İmareti

Transformée en musée en 1960, les locaux abritant notamment les œuvres des époques romaines, byzantines et ottomanes trouvées lors des fouilles réalisées à İznik et dans les environs, sont pour le moment inaccessibles en raison des importantes excavations entreprises aux abords de la bâtisse.

Fouilles à côté du musée d'İznik

Fouilles à côté du musée d'İznik

İznik possède quelques hammams dont celui de Murat II, toujours en activité et érigé durant la première moitié du XVème siècle. Deux parties, l’une réservée aux hommes, l’autre aux femmes vous permettent de profiter à nouveau des joies du bain turc depuis une récente restauration.

Hammam Murat II à İznik
Hammam Murat II à İznik

Hammam Murat II à İznik

Juste à côté, des fouilles entreprises à partir de 1984 ont permis de mettre au jour des ateliers de céramique datant du XV au XVIIème siècle et, entre autres, des fours que l’on aperçoit entre les grillages. Tous les étés, un petit groupe d’archéologues de l’université d’Istanbul continue à travailler sur le site.

Fouilles à côté du hammam Murat II à İznik

Fouilles à côté du hammam Murat II à İznik

Les amateurs iront aussi faire un tour à la mosquée d’Eşrefzade Abdullah Rumi du nom de ce mystique fondateur de la communauté Eşreffiye -une section de la confrérie soufie Kadiriye - et mort en 1469 ou 1470. Il repose dans le jardin aux côtés de différents membres de sa famille spirituelle.

Mosquée Eşrefzade Abdullah Rumi à İznik et tombes soufies
Mosquée Eşrefzade Abdullah Rumi à İznik et tombes soufies

Mosquée Eşrefzade Abdullah Rumi à İznik et tombes soufies

Si l’ancien théâtre romain de la ville – d’une capacité de 15 000 places – datant du IIème siècle, n’est plus ouvert au public, c’est qu’il fait l’objet de travaux de fouille dirigés par la section archéologique de l’université 9 Septembre d’Izmir. La scène de l’orchestre doit être totalement excavée puis restaurée. En passant devant, il est possible de voir l’ampleur du lieu … et des travaux en cours.

Théâtre romain d'İznik

Théâtre romain d'İznik

De ci, de là, quelques vestiges apparaissent aussi au détour d’une rue ou d’un olivier, parfois d’un hammam, parfois d’une église dont il reste des petits pans de murs plus ou moins identifiables.

Vestiges d'une ancienne église et d'un hammam, İznik
Vestiges d'une ancienne église et d'un hammam, İznik

Vestiges d'une ancienne église et d'un hammam, İznik

La région d’İznik est également réputée pour ses olives et ses produits dérivés, à déguster sans modération. A la sortie de la ville, derrière la porte de Lefke notamment, les oliveraies s’étendent à perte de vue. Une balade « nature » permet de se rendre compte à quel point les oliviers sont des arbres de toute beauté, façonnés par le temps. Certains, pluricentenaires, présentent des troncs à l’architecture absolument extraordinaire.

Dans les oliveraies d'İznik
Dans les oliveraies d'İznik

Dans les oliveraies d'İznik

Au milieu de cette oliveraie, quelques mausolées disséminés abritent les sépultures de personnes peu connues du grand public tel par exemple Sarı Saltuk, penseur et mentor né en 1260 et décédé en 1340 qui a beaucoup oeuvré pour faire connaître la turcologie et l’islam. 12 lieux situés sur 2 continents et 9 pays sont connus pour abriter sa dépouille, serait-ce l’âme d’un derviche errant qui repose là ???

Tombeau de Sari Saltuk, İznik

Tombeau de Sari Saltuk, İznik

Parmi ces monuments érigés à la mémoire de défunts, celui de Çandarlı Hayrettin Paşa, situé dans un cimetière au milieu des oliviers. Premier Grand Vizir de l’histoire ottomane, au service de Murad Iᵉʳ, il décède en janvier 1387 et est inhumé ici après avoir servi durant 22 ans et 4 mois, record de durée de ce poste au service de l’Empire ottoman.

Tombe de Çandarlı Hayrettin Paşa, İznik

Tombe de Çandarlı Hayrettin Paşa, İznik

Difficile de revenir d’İznik sans ramener dans son sac ou sa valise une céramique. Plusieurs ateliers sont situés dans le centre-ville et certains artistes exposent une partie de leurs œuvres dans la splendide ancienne école coranique (medrese) Süleyman Paşa.

Céramiques d'İznik, medrese Süleyman Paşa
Céramiques d'İznik, medrese Süleyman Paşa

Céramiques d'İznik, medrese Süleyman Paşa

Un week-end dans ce joli coin près d’Istanbul constitue l’occasion de faire de belles découvertes en profitant d’un cadre verdoyant fort plaisant.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article