Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 17 ans.

Du bretzel au simit

Sivas et ses vestiges seldjoukides

Peu connue et fréquentée par les touristes étrangers, Sivas, située en plein coeur de l’Anatolie Centrale, intéressera particulièrement les amateurs de la période seldjoukide au vu de ses nombreux vestiges.

Gök medrese (ancienne école coranique) à Sivas

Gök medrese (ancienne école coranique) à Sivas

En plein centre ville, les superbes portails des deux anciennes medrese – école coranique – les plus connues se dressent l’une face à l’autre. Les sources historiques relatent l’existence de 11 medrese à Sivas durant l’ère seldjoukide.

D’un côté, la medrese Şifaiye, construite en 1217 comme en témoigne l’épigraphe visible sur place, a été érigée à la demande du sultan seldjoukide Keykavus 1er dont la sépulture repose là sous un magnifique porche composé de céramiques de couleur bleue et marron. A l'origine, la construction abritait un hôpital où oeuvraient notamment des chirurgiens et des ophtalmologues. Par décret ottoman, celui-ci fut transformé en école coranique en 1768 et continua à servir de lieu d’enseignement jusqu’en 1916 avant de devenir un dépôt militaire durant la 1ère guerre mondiale. La cour ainsi que certains eyvansalles voûtées – ont depuis été transformés en jardin à thé où les visiteurs aiment s’installer parfois de longues heures pour discuter ou lire leur journal, un verre de thé à la main, en écoutant le clapotis de l'eau du bassin central.

Dans la cour de la medrese Şifaiye de Sivas

Dans la cour de la medrese Şifaiye de Sivas

Photo du dessus, mausolée du sultan seldjoukide Keykavus 1er, medrese Şifaiye, Sivas - photo du dessous, le portail de la medrese
Photo du dessus, mausolée du sultan seldjoukide Keykavus 1er, medrese Şifaiye, Sivas - photo du dessous, le portail de la medrese

Photo du dessus, mausolée du sultan seldjoukide Keykavus 1er, medrese Şifaiye, Sivas - photo du dessous, le portail de la medrese

De l’autre côté se trouve le somptueux portail de la medrese Çifte Minareli - double minaret – richement décoré. Cette école réalisée la même année que sa voisine a vu le jour grâce au Grand Vizir Şemsettin Cüveyni de la Principauté mongole des Ilkhanides pour lequel elle fut érigée. En 1882, un hôpital fut construit sur les ruines du bâtiment et seul le portail fut alors conservé. Par la suite, une école militaire ainsi que deux écoles primaires y virent le jour avant d’être démolies en 1960 par décision préfectorale. Les restes de la medrese furent mis au jour lors de fouilles réalisées entre 1963 et 1965. Depuis les travaux de restauration entrepris de 2008 à 2010, les autochtones viennent aussi ici pour siroter un thé et fumer le narguilé.

La medrese Çifte Minareli à Sivas

La medrese Çifte Minareli à Sivas

Le portail de la medrese Çifte Minareli à Sivas

Le portail de la medrese Çifte Minareli à Sivas

Sur l’immense place mitoyenne à ces deux constructions se dresse la medrese Buruciye, construite également en 1271 par le sultan seldjoukide Gıyaseddin Keyhüsrev dans le but d’y enseigner la physique, la chimie et l’astronomie. De nos jours, elle est utilisée par la Direction des Services Religieux de Sivas pour l’organisation de différentes activités culturelles et on y trouve bien entendu, à l’intérieur, le traditionnel jardin à thé.

La medrese Buruciye, Sivas

La medrese Buruciye, Sivas

A quelques centaines de mètres de là, voici l’éblouissante Gök medrese – école coranique bleue – en restauration depuis... 20 ans. Commandée par Sahip Ata Fahreddin Ali, le grand vizir de Giyasettin II Keyküsrev aux fins de réaliser un lieu d’enseignement religieux, elle date aussi de 1271. La façade principale ainsi que le portail possèdent une ornementation de toute beauté où la pierre sculptée voisine avec des céramiques bleues. Les deux minarets sont particulièrement ouvragés. Les travaux ne devraient pas tarder à arriver à leur terme et en attendant de découvrir l'intérieur, il est possible de se faire une idée de la beauté du site en faisant le tour à l'extérieur.

La medrese Gök de Sivas, un joyeu de l'art seldjoukide

La medrese Gök de Sivas, un joyeu de l'art seldjoukide

Découvrir Sivas passe par la visite de l'ancien lycée de garçons situé en face de la medrese Buruciye. Reconverti en musée en 1984, c'est ici que le Congrès de Sivas s'est tenu du 4 au 11 septembre 1919 et que sont nés les prémices de la République créée par Mustafa Kemal Atatürk. Outre la salle même du Congrès, il est possible de voir la chambre occupée par Atatürk durant son séjour ainsi que photos, informations et souvenirs de cette époque importante de l'histoire de la Turquie contemporaine. Après la tenue du Congrès, le lycée a été utilisé jusqu’au 18 décembre 1919 pour les travaux inhérents à la concrétisation de la réalisation décidée.

L'ancien lycée de garçons de Sivas où s'est tenu le Congrès de Sivas - Sur le fronton figure la date du 4 septembre 1919 et en-dessous "Nous avons jeté ici les bases de la République"

L'ancien lycée de garçons de Sivas où s'est tenu le Congrès de Sivas - Sur le fronton figure la date du 4 septembre 1919 et en-dessous "Nous avons jeté ici les bases de la République"

Photo du haut, plafond du premier étage de l'ancien lycée de garçons de Sivas - photo du bas, la salle du Congrès de Sivas
Photo du haut, plafond du premier étage de l'ancien lycée de garçons de Sivas - photo du bas, la salle du Congrès de Sivas

Photo du haut, plafond du premier étage de l'ancien lycée de garçons de Sivas - photo du bas, la salle du Congrès de Sivas

De nombreux autres monuments vont intéresser les amateurs d'architecture et d’histoire qui viennent découvrir Sivas. Le plus ancien est en fait la Grande mosquée (Ulu Camii) datant de 1197 et érigée sous le règne de Kubbettin Melik Şah, chef danışmendide. En 1213 fut ajouté un minaret de brique qui a aussi la particularité d’être penché.

Le minaret penché de la mosquée Ulu, Sivas

Le minaret penché de la mosquée Ulu, Sivas

Plusieurs anciennes magnifiques et souvent imposantes demeures traditionnelles - appelées konak – sont encore visibles de nos jours. Parmi la dizaine qu’il est possible de visiter à Sivas, le konak Abdi Ağa construit en 1827 et restauré à la fin des années 90, comportant 12 chambres sur deux étages, fait partie de ces bâtisses qui font souvent rêver. Si vous voulez savoir à quoi ressemble un intérieur traditionnel, c’est là qu’il faut se rendre...

Un des salons du konak Abdi Ağa, Sivas

Un des salons du konak Abdi Ağa, Sivas

...ou encore au konak Akaylar qui abrite à présent la Direction du Relevé des Monuments Historiques, datant du XIXème siècle et situé tout près de la Gök Medrese. Erigé sur 3 étages dans un grand jardin, il comprend notamment un superbe plafond en bois ouvragé, un four à pain, une grange et une fontaine.

Le konak Akaylar de Sivas et un de ses magnifiques plafonds
Le konak Akaylar de Sivas et un de ses magnifiques plafonds

Le konak Akaylar de Sivas et un de ses magnifiques plafonds

La ville possède également un certain nombre de han. Le plus beau est sans aucun doute le Taşhan, construit au XVIIIème siècle et situé en face de la mosquée Paşa, également en plein centre ville. Sur ses deux niveaux, commerces traditionnels et d'innombrables cafés ayant chacun une touche particulière constitueront un cadre agréable pour une pause.

Le Taşhan de Sivas, de jour et de nuit
Le Taşhan de Sivas, de jour et de nuit

Le Taşhan de Sivas, de jour et de nuit

Dans le même quartier, ne manquez pas de déguster des köfte de Sivas, ces délicieuses galettes de viande hachée savamment assaisonnée servies accompagnées de boulghour.

La visite de Sivas et de ses innombrables traces d’un passé glorieux et riche mérite assurément qu’on y passe au moins une nuit et une journée complète afin de prendre le temps de s’imprégner de son histoire.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article