Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 18 ans.

Du bretzel au simit

Bayındır en région égéenne, la ville des fleurs

Article publié sur lepetitjournal.com d'Istanbul le 3 mars 2021

A 78 km au sud-est d’Izmir, une charmante petite ville de 40 000 âmes, possédant un riche patrimoine et un potentiel unique en matière d’horticulture florale, est l'une des cités importantes d'Anatolie occidentale en termes d'histoire, de culture, de nature et de caractéristiques architecturales, bienvenue à Bayındır !

Demeure traditionnelle de Bayındır, en région égéenne

La production florale, qui remonte à la période ottomane, y est aujourd'hui une référence et Bayındır peut s'enorgueillir d’être réputée comme “ville des fleurs” dans toute la région égéenne, voire bien au-delà.

Dans le parc municipal de Bayındır

Les serres et entreprises horticoles se succèdent sur la route de Torbalı. Trois jours durant le 1er week-end de mai, la cité vit au rythme de son célèbre Festival des Fleurs qui a connu en 2019 sa 22ème édition.    

         Une des innombrables serres de Bayındır, photo Tülay Helvacı

Dans une des serres de Bayındır, photo Tülay Helvacı

Plusieurs types de maisons traditionnelles, situées surtout dans la partie haute de Bayındır sur le flanc du mont Tmolos (Bozdağ), constituent des exemples de la typologie des habitations du secteur en termes de caractéristiques d'implantation et de construction, notamment par rapport à la situation géographique et au climat. 

Maison traditionnelle de Bayındır

Celles à deux niveaux comportent en général un rez-de-chaussée utilisé pour le stockage des denrées, voire pour l’abri des bêtes et un étage réservé à l’habitation. Pierre, briques, bois et tuiles y sont savamment mariés et offrent des façades pour le moins esthétiques dont certaines comprennent à l’étage une loggia agrémentée d’“arcs de Bursa” du plus bel effet et visible de loin.

Maison traditionnelle de Bayındır

Les exemples de demeures historiques de Bayındır sont des maisons traditionnelles turques où habitaient des non-musulmans à la fin de l'Empire ottoman et au début de l’ère de la République turque. Grâce aux notes des voyageurs étrangers qui parcourent la région à partir du milieu du XIXème siècle, on sait par exemple qu’à cette époque, sur les 8000 maisons que compte alors la ville, 300 appartiennent à des familles grecques - ce chiffre passe à 400, voire 600 selon les périodes et les rapporteurs -, 15 à des arméniens et 5 ou 6 à des juifs.

Des ouvertures différentes pour une même maison traditionnelle de Bayındır

L’église grecque orthodoxe, autour de laquelle se trouvaient une citerne et un hammam spécifique à la communauté, a été démolie dans les années 50. Quant à l’ancienne église arménienne Surp Asdvadzadzin construite en 1857, elle a abrité un temps le cinéma Atlas, puis a servi de dépôt. Elle est utilisée depuis 2013 comme centre culturel municipal.

L’ancienne église grecque orthodoxe de Bayındır, photo du musée municipal de Bayındır

En arrivant dans le centre-ville se profile le beau complexe de la mosquée Hacı Sinan achevé en 1544. Il comprenait notamment une medrese - école coranique - ayant aussi servi un temps de "soupe populaire". L’ensemble du site a été restauré entre 2013 et 2015.

Le complexe de la mosquée Hacı Sinan de Bayındır

Sur les hauteurs de Bayındır à l’heure de l’appel à la prière se mêlent avec bonheur les chants des oiseaux et des coqs, les bêlements de quelques moutons, le clapotis de l’eau des fontaines... 

Sur les hauteurs de  Bayındır 

Juste en face de la mosquée Haci Sinan se trouve le hammam du même nom qui, pour sa part, a bénéficié d’une restauration en 2018.

Le hammam Hacı Sinan de Bayındır

De l’autre côté du complexe se dresse une imposante demeure, l’ancienne maison du gouvernorat - hükümet konağı - construite en 1761 et abritant une fontaine en façade. La belle bâtisse a été utilisée comme bâtiment administratif jusqu'en 1945, puis pendant une période comme école des arts pour des filles allemandes... Après un temps d'abandon, la mairie a procédé à sa restauration en 2012. C’est à présent un boutique-hôtel de toute beauté, entouré de jolies demeures aux couleurs vives également soigneusement réhabilitées.

L’ancienne maison du gouvernorat à Bayındır, aujourd’hui boutique-hôtel

Le vaste han - caravansérail - Öşür, qui a servi à la régie du tabac de 1929 à 1975, abrite depuis une dizaine d’années, hormis certains bureaux de la mairie, un fort sympathique musée municipal qui occupe l’ensemble du premier étage. 

Le site du musée municipal de Bayındır

Outre le fait de pouvoir y découvrir d’anciennes pièces d’habitation, s’y trouvent également reconstitués, entre autres une cordonnerie traditionnelle et un service médical d’une autre époque. A condition de comprendre le turc, c’est aussi l’occasion d’en savoir plus sur le zeybek, la danse folklorique très populaire de la région égéenne, avec ses coutumes et costumes spécifiques et ses chefs de groupe - efeler - dont certains ont été fort célèbres. 

Dans le musée municipal de Bayındır

La gare de Bayındır a été construite en 1883-84 par la société anglaise Ottoman Railway Company sur la ligne Izmir-Aydın. Elle servait au départ à l’acheminement de figues, de coton, de tabac, de réglisse et autres productions locales à destination du port d’Alsancak à Izmir. Aujourd’hui, elle permet de relier plusieurs fois par jour - hors période de pandémie - la gare de Basmane à Izmir.

Et si vous allez découvrir la “ville des fleurs” un vendredi, c’est jour de marché et l’occasion de faire le plein de délicieux produits régionaux… sans oublier au retour un arrêt dans l’une des serres pour s’approvisionner...

Le marché de Bayındır se tient tous les vendredis

Comment s’y rendre :

- en voiture à 78 km au sud-est d’Izmir

- en transport en commun : 

  • avec l’Izban jusqu’à l’arrêt Tepeköy, puis le bus 727 pour Bayındır (un toutes les 40 mn) 
  • en minibus de la gare routière d’Izmir (toutes les 30 mn)
  • hors pandémie en train de la gare de Basmane/Izmir (lignes Ödemiş et Tire) 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
merci de continuer à me faire rêver
Répondre
N
Avec plaisir ma chère Chantal !
V
Merci Nathalie pour cette petite balade dans les rues de Bayındır qui fleure bon les vacances… Un petit bol d’air pur et printanier, qui chasse les miasmes toxiques que nous respirons tous actuellement ! Gros bisous, mach’s guet, Véro.
Répondre
N
Je suis contente que cette balade à Bayındır t'a fait du bien Véro, merci pour ton appréciation, bisous et à bientôt !
M
Bravo pour ce beau reportage, chatzala. Vivement que la pandémie se termine pour que l'on puisse à nouveau voyager et (re)découvrir tous ces lieux magiques que tu partages avec nous. Prends bien soin de toi. Enormes Schmoutz.
Répondre
N
Merci Mickala, oui vivement qu'on se revoit enfin et en région égéenne. Liawa Schmoutz à tous les deux, machas Güat.