Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 18 ans.

Du bretzel au simit

L’église Saint-Polycarpe d’Izmir attend patiemment sa restauration

Article publié dans le No 241 (juin-juillet-août 2022) de la revue Le Monde de la Bible

Pensif, Monseigneur Martin Kmetec, archevêque latin catholique d’Izmir, lève souvent les yeux en direction des nombreuses fissures des admirables fresques de l’église Saint-Polycarpe, joyau chrétien situé dans l’enceinte de l’archevêché.

Monseigneur Martin Kmetec, archevêque latin catholique d'Izmir

Ordonné le 2 février 2021, le prélat a reçu un héritage bien pesant. En effet, le terrible tremblement de terre ayant frappé l’ancienne Smyrne le 30 octobre 2020, a causé d’importants dégâts dans quatre églises catholiques, la proche cathédrale St-Jean, l’église Ste-Hélène dans le quartier de Karşıyaka, l’église dominicaine du Saint-Rosaire à Alsancak et son église…

Si la restauration des trois premiers édifices a pu être réalisée, hormis la partie extérieure de Ste-Hélène en cours, seul le clocher de St-Polycarpe, gravement endommagé, a retrouvé sa prestance en janvier 2022. Le budget est de taille, environ 450 000 €, rénovation des fresques incluse. Bien qu’insuffisante, la contribution significative de 150 000 € promise par la fondation St-Irenée du diocèse de Lyon réjouit le cœur de l’évêque. 

Quelques uns des dégâts subis par l'église  Saint-Polycarpe d'Izmir lors du tremblement de terre du 30 octobre 2020

Saint-Polycarpe, plus ancienne église smyrniote et seule survivante des 7 églises de l’apocalypse, date de 1625, lorsque le sultan Soliman le Magnifique permet la construction d’une chapelle à l’usage des chrétiens. Celle-ci, située dans l’immeuble du Consulat de France, fut remplacée en 1630 par une église et un monastère sur le terrain actuel de l’archevêché et Saint-Polycarpe devint la paroisse française.

L’édifice religieux, détruit en 1688 par un incendie, fut remplacé par l’église actuelle en 1690. Endommagée et réparée de nombreuses fois, son agrandissement et sa fabuleuse décoration datent de 1898. Raymond Péré, jeune et talentueux peintre-architecte français, venu s’établir à Izmir vers la fin du XIXème siècle, est l’auteur des fresques de ce sanctuaire et parmi lesquelles figure celle du martyr de Saint-Polycarpe. Son nom est aussi associé à la fameuse tour de l’horloge, symbole d’Izmir. 

Quelques uns des dégâts subis par l'église  Saint-Polycarpe d'Izmir lors du tremblement de terre du 30 octobre 2020

La paroisse de St-Polycarpe a été servie par des pères capucins jusqu’en 1835 puis à nouveau par le même ordre quelques années plus tard qui a finalement quitté les lieux en 1984. Le couvent était attenant à l’église et l’immeuble actuel date de 1929, le précédent ayant été détruit lors du grand incendie d’Izmir en 1922. 

Ce magnifique lieu de culte, qui ne laisse aucun visiteur indifférent, porte le nom d'un des premiers disciples de Saint-Jean apôtre et évangéliste. Né en Perse en 70 ap. J.-C., Polycarpe fut amené aveugle à Izmir durant sa jeunesse. Devenu diacre, il fit son sacerdoce de 113 à 117 puis devint évêque de Smyrne, fonction exercée durant près de 50 ans. Refusant la demande du proconsul romain de maudire le Christ, il fut conduit le 23 février 155 au stade de l’acropole d'Izmir pour y être brûlé vif en public. La flamme s’arrondit en forme d’auréole autour de sa tête. Le bourreau transperça son corps d’un coup de poignard et une colombe blanche, symbole de son âme pure montant au ciel, s’envola du bûcher.

Représentation du martyre de Saint-Polycarpe, église Saint-Polycarpe - Izmir

Depuis, St-Polycarpe n’a cessé de protéger son diocèse et sa ville à maintes reprises contre les fléaux qui s’y sont abattus en nombre : incendies, épidémies… et tremblements de terre. Sa fête, précédée d’une neuvaine très suivie, a été célébrée comme chaque 23 février et Monseigneur Kmetec attend patiemment de réunir les fonds pour entamer les travaux d’envergure tant intérieurs qu’extérieurs.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article