22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 16:27

Jusqu'à quand ce joyau de la Mésopotamie qu'est Hasankeyf sera là pour enchanter nos yeux ?

Le projet de barrage Illisu, faisant partie du programme Anatolie du Sud-Est (appelé communément GAP) menace l'avenir de ce lieu magique. Cet ouvrage de 80 km commencera près de Dargeçit pour se terminer à quelques kilomètres au-delà de Hasankeyf. L'eau dépassera de 15 m le pont actuel qui enjambe le Tigre et la citadelle ne sera plus qu'une île... de désolation d'ici 7 à 8 ans, à l'issue des travaux.

              
 
                                                             

Près de 56 000 personnes résidant dans les 75 villages situés sur la trajectoire du barrage devront être déplacées et relogées par l'Etat turc. Les 3600 âmes de Hasankeyf (qui en comportait 5700 en 1997), moitié kurdes, moitié arabes, sont presque toutes nées et ont grandi ici, ceci depuis des générations.

              


Terminées les grillades à l'ombre des paillottes le long du Tigre ! Aux oubliettes les images inoubliables que sont les piliers de l'ancien pont seldjoukide !

                      
                                                                
             
                  
                       
Fini de contempler les cigognes qui viennent se nicher tout en haut du minaret de la mosquée El-Rizk et la vue qui se dégage du portail de cette-ci !

                             


                             

                
Dire que tous les ans, des archéologues découvrent encore ici de nouvelles traces laissées par les civilisations passées !

           

                              

                                      
                                                            

La photo du monument ci-dessous qui pourrait être un ancien hamam, les restes de la mosquée Sulayman (XIIIème - XIVème) au centre du village, ainsi que tous les vestiges les plus importants devraient être déplacés sur les hauteurs d'une colline située sur l'autre rive du fleuve et devenir un musée de plein-air.

           

                                

                     
Mais rien ne sera plus comme aujourd'hui, Hasankeyf est un lieu unique en son genre !  

Les habitants sont profondément attachés à leurs racines. Ils sont tous nés ici, y ont grandi et y vivent pour la plupart encore.

Ils vont être indemnisés par l'état et relogés dans des cages à lapins, sans doute, comme celles que j'ai eu l'occasion de voir dans le village d'Halfeti englouti partiellement en 2000 lors de la construction du barrage Atatürk.

          

              
Les villageois, comme mon ami Ömer, seront déplacés comme de vulgaires pions, dans les 2 à 3 ans à venir. Cet homme de 42 ans est né dans une grotte de la citadelle et y a habité jusqu'à l'âge de 7 ans avant d'être obligé par l'administration à quitter les lieux avec sa famille pour vivre au village. 

          

                     
Une mobilisation générale s'est mise en place, composée du Maire de Hasankeyf, de 56 autres élus représentant les communes concernées, des scientifiques, des ingénieurs et des ONG, relayée par les médias nationaux et internationaux.

Une revue mensuelle turque a organisé, outre ses articles réguliers sur le site, deux déplacements avec le train « Fidélité à Hasankeyf » au départ d’Istanbul en 2005 et fin août 2007 avec à son bord environ 400 sympathisants.


Ce dernier barrage du projet GAP verra sans doute le jour, bien que ce soit le seul des 22 que compte le projet global qui ait résisté jusqu'à aujourd'hui. Hasankeyf me fait penser à ce village habité par Astérix et Obélix, ce village d'irréductibles qui refuse de se laisser prendre par la Gaule !


Pour ma part, je vais tous les ans, faire mon "pélerinage" sur place, prendre des centaines de photos, discuter avec les amis que je me suis fait en 4 ans, prendre le pouls de mon endroit préféré en Turquie.

            
   
                                         Durant la leçon d'anglais à l'école primaire Atatürk

                               
                                              Jolies fillettes de Hasankeyf

Tous ceux qui me connaissent ont appris à connaître Hasankeyf, car ce lieu fait partie de moi, de ma nouvelle vie ici. C'est un attachement très fort que je lui porte et je pense souvent à ces nombreux enfants qui vont vivre un déchirement, tout comme leurs parents.


             
                                                                              A la sortie des cours


          

          

                                        

Partager cet article

commentaires

cerny isabelle 28/11/2008

bonjour,
j'ai découvert ce site et le projet de construction de barrage par l'intermédiaire d'une cyberaction. Ça m'a fait dresser les cheveux sur la tête de découvrir ce projet démesuré sur ce site exceptionnel...
voici le lien vers le site: http://www.cyberacteurs.org/

paul willems 31/12/2008

Quoi qu'il en soit, l'impact de la construction du barrage sur la situation des Kurdes et des Arabes (dissimulation, déplacements de population, répression accrue, subornation d'autres gouvernements)... devrait être lucidement évalué. S'assurer que les Arabes, les Kurdes bénéficient réellement du projet de barrage... S'agit pas d'en profiter pour provoquer une guéguerre et pour en liquider d'autres. Bref, pas jouer avec les pieds des gens... comme d'habitude.
Il faudrait au moins profiter de l'occasion pour clarifier un peu cette question du droit à l'eau, ou stipuler que l'eau ne doit pas servir à irriguer des cultures non strictement à des fins alimentaires. triste histoire... tout ça pour irriguer des cultures d'exportation... ou destinées aux voitures. On imagine sans peine.. C'est que rien n'empêcherait si le pétrole devient introuvable que plus une goutte d'eau ne parvienne en Irak... Pour les Irakiens, plus de pétrole, plus d'eau, si les Turcs développent leur production d'agrocarburants...!
En faire un projet turco-irakien et partager la prod. d'électricité de manière égale. Devrait pas pouvoir détourner comme ça un fleuve de son cours sans compensation.

paul willems 31/12/2008

je ne suis pas ferré en communications. cependant, la destruction d'un environnement culturel et historique représente une technique éprouvée pour faire disparaître les traces de groupes sociaux. je pense notamment à ce que disait Debord de l'urbanisme européen.
enfin, la Turquie est un pays qui dispose tant et plus de soleil, pourquoi ne pas favoriser l'énergie solaire, plutôt que des gros projets coûteux, qui causent facilement des catastrophes, dont seuls quelques-uns profitent parfois sans même de contrepartie, même minime pour la majorité... bien à vous. merci pour ce site très utile..

Decout 15/01/2009

Je ne supporte pas de voir écraser ou effacer un patrimoine car il constitue à mes yeux,une des profondeurs de l'humain ; cela fait partie de l'entreprise de destruction de ce dernier.

Odile Julien 07/07/2009

Je ne suis pas une experte dans ce domaine, mais il me semble que le projet de développement de barrages sur le Tigre et l 'Euphrate devrait être pris en compte par l'ensemble des grands dirigeants de la planète. En effet, les experts en géopolitique s'accordent tous pour dire que ce projet déstabilisera encore l'équilibre déjà bien précaire de cette région du monde dans les prochaines décennies, du fait de la rareté de l'eau potable, véritable "or bleu" et enjeu de guerres à venir... Où est le progrès dans tout ça sinon dans l'accroissement à court-terme de quelques multi-nationales? Merci pour votre action, et pour ces populations !

Présentation

  • : Du bretzel au simit
  • Du bretzel au simit
  • : Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 11 ans
  • Contact

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog