Kurban bayramı - la fête du sacrifice


La fête du sacrifice coïncide avec la fin du pèlerinage annuel à La Mecque. Elle est célébrée, chaque année, deux mois et dix jours après la fin du Ramadan et dure quatre jours à partir d'aujourd'hui.

Quelques semaines auparavant fleurissent dans les différents quartiers des tentes de plus ou moins grandes tailles où se retrouvent les bêtes mises en vente et destinées au sacrifice. Les prix varient de 120 à 2000 Euros selon les animaux.

             

                                                    Quartier de Balat, bêtes à vendre                                         

On égorge des veaux, des moutons ou des béliers. Je vois déjà la mine dégoûtée que certains d'entre vous font à présent.

Mais qui d'entre vous sait exactement pourquoi ?

Cette fête commémore, dans la religion musulmane, l'acte de soumission à Dieu du prophète Abraham (né à Urfa dans une grotte que j'ai visité, mais on en reparlera lors d'un autre article). Dieu lui avait en effet demandé de sacrifier son fils unique Ismaël. Abraham, qui aimait son enfant, eut une vision au cours de laquelle il se vit égorger son fils. Il en parla à ce dernier qui demanda à son père d'exécuter les ordres de Dieu. Abraham était prêt à sacrifier son enfant mais Dieu intervient et l'enfant fut remplacé par un bélier envoyé des cieux. La fête a pris le nom de fête du sacrifice et la tradition est de sacrifier un animal et de manger sa viande en la partageant .

                   
                          Habituel parking près de la mosquée de Soliman transformé en abattoir


Selon la religion musulmane, un tiers de la viande sera cuit immédiatement dans la maison du propriétaire de l’animal, un tiers doit être distribué aux pauvres et le dernier tiers doit être réparti entre voisins et parents.

Attention aux âmes sensibles qui pourraient être choquées par certaines photos qui vont suivre. 

                  

Ce sont en principe des bouchers professionnels qui sont chargés de cette tache dans des lieux aménagés pour la circonstance et définis par les municipalités. Malgré les mises en garde, chaque année, quelques individus s'improvisent comme bouchers et se blessent parfois très grièvement, le maniement des couteaux n'étant pas à la portée de chacun.
   

             

           
                                                         
Durant ces jours fériés, il est de tradition de rendre visite à la famille, aux voisins, aux amis, de partager un repas, du chocolat, des loukoums et autres délices. C'est une fête de partage et de solidarité.

De même, on honore les morts en se rendant dans les cimetières pour se recueillir sur les tombes et prier, comme à la Toussaint pour les catholiques.


LE PETIT CABINET DE CURIOSITES 21/12/2007 09:13

Je dois dire que j'ai eu un peu de mal à regarder les photos ( avec le sang) .
Je connais très bien cette tradition appelée en France l'aid et je connaissais sa signification. L'histoire est un peu plus jolie que la réalité.
Je suis très heureuse de vous rencontrer très bientot. J'ai quelques origines en Turquie mais je n'en sais pas beaucoup plus à ce sujet.

Nat 21/12/2007 09:21

J'espère que vous vous êtes remise rapidement ! Certaines photos (non publiées) auraient été encore plus dures à supporter, j'ai tout de même essayé de ménager mes lecteurs et lectrices. A très bientôt !

Cedistic © 2014 -  Hébergé par Overblog