Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 13 ans

Coins et recoins du Grand Bazar

Article paru dans le journal "Aujourd'hui la Turquie" d'octobre 2007

     
Personne n'échappe à la visite du Grand Bazar, cet immense marché couvert qui a vu le jour dans la seconde moitié du XVème siècle sous le règle du sultan Mehmet II.

En général, on se souviendra des allées principales où le chaland vous accoste dans toutes les langues. On en sort épuisé par la vue de produits innombrables autour de soi mais en ayant aperçu une infime partie de ses richesses après y avoir passé seulement une heure ou deux.
          
                                  L'avenue principale des bijoutiers                                                 


                 
                                                   Vers la sortie Mahmutpasa

Si vous avez la chance de disposer de plus de temps, flânez, errez, laissez-vous porter par la curiosité ; n’hésitez-pas à vous engager dans les nombreux coins et recoins.

En effet, le Kapalı Çarşı, autrement dit "marché couvert" regorge de plusieurs "han", anciens caravansérails destinés au dépôt des marchandises. Ce sont des havrs de paix tous proches de la cohue et du bruit permanent du Bazar.

Deux d'entre eux ont pour moi un intérêt particulier.

L’Astarci Han est une petite cour intérieure carrée avec peu de commerces. En y entrant, à droite, un bruit répétitif et soutenu vous interpelle. En approchant, vous découvrirez un atelier sorti de la nuit des temps où des drôles de machines embobinent et mélangent à toute vitesse, dans un vacarme assourdissant des fils de coton à d’autres aux couleurs de l’argent et de l’or.

    
                                         Trois machines bien bruyantes !
                                
                                                            Ca bobine !       
                                                            
C’est là que travaillent depuis l’âge de 12 ans Erol bey, ainsi que son patron maintenant sexagénaire, tous deux originaires de la Mer Noire, sur des machines de 30 ans d’âge mais à l’aspect centenaire.
 
A Istanbul doivent encore subsister une bonne dizaine de ce genre d’ateliers mais au Grand Bazar, c’est l’unique. Cela fait au moins une cinquantaine d’années que cette mini-usine est installée ici.

                       


                 
        
                                                                 Erol bey 
  
Ces fils sont destinés à être brodés sur des costumes folkloriques traditionnels, à orner les bordures de fauteuils, à agrémenter les voiles des mariées (dans ce cas, ils seront dorés).
  
La relève pour cette activité semble impossible, la jeunesse actuelle n’étant nullement intéressée par un tel travail dans des conditions difficiles et non gratifiantes. 
                   
A l’opposé de l’Astarci Han se trouve le coloré Zincirli Han qui a fait l’objet d’une restauration réussie. La construction de cet ancien caravansérail est antérieure à celle du Grand Bazar mais personne n’en connaît la date exacte.

                   
 
                                                                                Zincirli han   

   

Dès qu’on y pénètre, une atmosphère feutrée donne le ton. C’est là que sur deux niveaux les orfèvres parmi les plus fameux donnent libre cours à la création de bijoux coûteux mais uniques.
 
Grimpez avec précaution jusqu'à l'étage et tentez de découvrir une porte qui s'entrouve discrètement, c'et derrière elle que les pierres les plus précieuses seront mariées avec l'or et l'argent pour le plus grand plaisir des futurs propriétaires.
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

nicolas 07/12/2011 10:39

Je viens de prendre beaucoup de plaisir à parcourir votre blog ayant moi meme habité Cihangir en 2000, cela m'a replongé dans d'heureux souvenirs. Istanbul est une ville propice à la flanerie et
une source inépuisable de découverte. Istanbul me manque.
Rare sont les lieux laissant une telle trace dans l'inconscient.
Merci

Nat 07/12/2011 18:53



En 2000, cela fait un bail... et je veux bien croire qu'Istanbul vous manque...



corine schubenel 15/01/2008 09:54

très jolies photos ! je vais découvrir la turquie dans très peu de temps et ça me donne vraiment envie de visiter ces endroits, merci à toi pour ces vues....
corine
www.cyouart.com

Nat 15/01/2008 10:37

Je suis contente que mes photos te plaisent, tu verras la réalité est toute aussi belle !

Cat 08/01/2008 09:57

J'aime bien le style des deux dernières photos. La visite du grand bazar reste pour moi un moment fort de voyage!

Nat 09/01/2008 06:25

C'est toujours un grand bonheur également pour moi de retourner au Grand Bazar !

Aysin 06/01/2008 12:23

Bonjour Nat,

On parle de risques d'écroulements au Grand Bazar.

Le Maire de Büyükşehir (Istanbul), Kadir Topbaş avait déclaré en décembre dernier que des travaux de restauration devaient être entrepris très rapidement.

Billet, très intéressant encore une fois.

Amitiés,

Nat 07/01/2008 08:36

Merhaba Aysin, je n'en ai pas entendu parler. J'ai jeté hier un oeil sur le site de la mairie du Grand Istanbul mais je n'ai rien trouvé à ce sujet. D'où tiens-tu l'info ? Je vais me renseigner directement au Bazar quand j'y retourne. Merci pour ton appréciation. Iyi günler

Perrine 06/01/2008 08:59

Le grand bazar est un vrai labyrinthe, dur dur de ne pas s'y perdre!

Nat 07/01/2008 08:33

Le Grand Bazar est presque comme ma deuxième maison, j'y ai passé tant d'heures à tous les moments de la journée à une époque !