Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 14 ans

Hasankeyf au bord du Tigre, des siècles d’histoire


En décembre 2007, peu de temps après le démarrage de mon blog, j'avais publié deux articles sur Hasankeyf qui est et restera toujours mon grand "coup de coeur". J'ai souhaité, dans la limite du possible, parler de cette petite ville dans le journal "Aujourd'hui la Turquie" et vous trouverez ci-dessous le résultat de cette publication.

Bon voyage !

Article publié dans le journal "Aujourd'hui la Turquie" de mars 2008
 
Sur la route qui mène de Batman à Mydiat, dans le sud-est de la Turquie, j’ai découvert en septembre 2004 une perle inestimable qui a pour nom Hasankeyf. Cette petite cité au bord du Tigre, à une trentaine de kilomètres au sud-est de la ville de Batman, dans le Sud-Est de la Turquie, ne peut laisser personne indifférent.
 
Plusieurs milliers de grottes troglodytiques habitées depuis la nuit des temps et disséminées des deux côtés du fleuve, attirent immédiatement le regard.
 
Une arche et trois piliers sont les seuls restes du vieux pont érigé par un seigneur artukide au début du XIIème siècle et témoignent de la grandeur de l’édifice de l’époque.

   IMGP9398---je-veux-avoir-le-pont-sous-toutes-les-coutures.JPG     IMGP6042---Hasankeyf.JPG

                         
De l’autre côté du Tigre, à la sortie du village, le tombeau de Zeynel Bey revêtu de céramiques turquoise date de 1450 ; c’est le seul monument de ce type encore existant en Anatolie. Des fouilles entreprises en 2004 et 2005 autour du türbe par l’équipe du professeur Abdusselam Uluçam, célèbre archéologue, ont permis de mettre à jour les traces des deux medreses ainsi que d’un han et d’un hammam, lieux utilisés jusqu’à la fin du XVIIIème siècle.

                                IMGP9466---le-t-rbe.JPG
 
Au centre du village, les restes de la mosquée Sulayman (13e - 14e) sont situés dans un périmètre clos où de nombreux vestiges émergent çà et là, laissant libre cours à votre imagination quant à la vie passée sur ces lieux.

                                               IMGP6168---la-mosqu-e-de-Sulayman-et-son--trange-minaret.JPG
 
Sur le chemin qui mène à la citadelle se trouve la mosquée el-Rizk bâtie en 1409 par un sultan Ayyoubide. Son minaret est richement décoré et le haut est couronné d’un nid de cigognes qui accueille les échassiers pour la nidification.

         IMGP9393---les-cigognes-sont-en-promenade--.JPG    IMGP6189---les-cigognes-dans-leur-nid-sur-le-minaret-de-la-mosqu-e-Al-Rizk.JPG
 
La citadelle construite par les Ayyoubides au XIIIème siècle surplombe le cours d’eau de ses 150 m de haut. Elle abrite entre autres les restes de l’Ulu Camii, un cimetière et une partie des nombreuses grottes. L’accès y est assez difficile, les pierres lisses et glissantes, mais la récompense qui attend le visiteur vaut bien la peine. Une vue absolument magique à la fois sur le village, le célèbre fleuve au cours tranquille qui serpente et le silence qui permet d’apprécier pleinement la beauté du site.

            Photo-546---en-haut-du-kale.jpg     
 
Les deux dernières familles qui vivaient encore dans des grottes de la citadelle ont du descendre au village il y a un peu plus d un an. Le berger et les troupeaux occupant aussi les lieux ont été également interdits de séjour, le site comportant de plus en plus de risques de chutes de pierre.
 
Pour se remettre des émotions vécues durant cette rencontre avec des siècles d’histoire, une halte s’impose au bord du Tigre, à l’ombre d’une paillotte, pour déguster une brochette ou un poisson pêché dans le fleuve avant de siroter son thé en admirant encore cet environnement absolument unique.
 
                                    Photo-244---le-Tigre-et-les-paillottes-copy.jpg

Hasankeyf ne recevait encore il y a quelques années que la visite de touristes locaux ; en raison de sa soudaine (et non-souhaitée) popularité, des yeux ébahis du monde entier découvrent une beauté insoupçonnée, une splendeur qui risque de disparaître…
 
En effet, le projet de barrage İllisu faisant partie du programme Anatolie du Sud-Est (appelé communément GAP), menace l’avenir de ce joyau. Cet ouvrage de 80 km commencera près de Dargeçit pour se terminer à quelques kilomètres au-delà de Hasankeyf. L’eau dépassera de 15 m le pont actuel qui enjambe le Tigre et la citadelle ne sera plus qu’une île… de désolation d’ici 7 à 8 ans, à l’issue des travaux.

Un projet de déplacement des principaux monuments sur une colline de l’autre rive pour devenir un musée à ciel ouvert devrait permettre de sauver un maximum des vestiges laissés par les siècles d’histoire.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

esperance 16/03/2008 08:11

excuses moi si j arrive pas à passer souvent
je repars bientot dix jours
c est tres beau ton blog
je te souhaite un bon dimanche

Nat 16/03/2008 08:52

Merci pour ton clin d'oeil dominical et ... pour ton passage. Bon dimanche aussi !

Chantal 14/03/2008 16:40

Clin d'oeil d"une alsacienne : Ce serait bien de faire une enquête auprès des cigognes pour voir si elles partent en vacances en Turquie ou au Maroc selon leur agence de voyage !!!!

Nat 14/03/2008 17:58

J'envoie immédiatement la SOFRES ou l'INSEE pour lancer l'enquête ! Bonne idée...

Claude B 07/03/2008 16:34

Elles ont tout de même de drôle d'idée les cigognes de mettre leur petite famille dan sun équilibre aussi précère.
:0010:

Nat 07/03/2008 18:41

Elles profitent de la vue ! Tant pis pour l'espace !

Cat 07/03/2008 09:52

Quand on lit la conclusion de ton article, on ne peut se dire que "quel dommage"! Photos magnifiques, je comprends ton coup de coeur.

Nat 07/03/2008 18:39

C'est un lieu magique qui ne ressemble à aucun autre !