Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 13 ans

Je retournerai à Aşağı Aydere Köyü et sur les yayla !

Situé à 2600 m d’altitude, ce village hors du temps composé d’environ 40 ou 50 maisons et dont les origines remonteraient à 1700 environ, est situé à plus d’une heure de route cahoteuse de la ville la plus proche, Hanak. Les steppes montagneuses sont omniprésentes et la Géorgie n’est pas très loin, environ 70 km à vol d’oiseau je crois bien !

                     

 

C’est le village natal de mon meilleur ami turc qui vit en France, Enver, et j’ai eu l’immense plaisir de découvrir ce coin de pays l’été dernier.

 

Des nomades turkmènes ont choisi cet endroit il y a 300 ans en raison de la proximité d’une rivière et ont orienté les maisons qu’ils y ont construites vers le sud pour profiter également de l’ensoleillement. D’autres familles sont venues les rejoindre petit à petit.

                                    
                                     Photo-563---Asagi-Aydere-K-y--copy.jpg
                                                            Aşağı Aydere  
 

Le village s’appelait Aşağı Zurmal (l’équivalent de Zurmal-le-Bas) et un peu plus loin il y a l’ancien Yukarı Zurmal (Zurmal-le-Haut). Le nom actuel de Aşağı Aydere  (et Yukarı Aydere) a été attribué dans les années 50-60. L’origine de ce nom vient des ours qui peuplaient la gorge toute proche.


Les maisons ont l'air inexistantes ; faites de pierre, le toit est plat et dépasse à peine du sol. Elles sont blotties contre les dénivelés de terrain, pour mieux faire face au froid. 

                               
Une vie dure mais dans un cadre magique ! Des hivers où pendant des semaines, les tempêtes de neige empêchent toute âme qui vive de se déplacer…


                                         Photo-560---Ismail-amca-copy.jpg Ismail amca
 


Les routes actuelles ont été tracées dans les années 1980, l’électricité est venue en 1986, il n’y avait alors qu’un seul téléphone pour tout le village, chez le muhtar (le maire). Pas de facteur ici, pas de poste, le courrier est acheminé par les mini-bus qui desservent le secteur.


Durant les trois mois d’été, les yayla (hauts plateaux) alentours situés à 3000 – 3200 mètres sont les lieux de vie de tous les villages alentours.


   
Photo-591-----l-approche-des-yaylas-copy.jpg  Trois villages turkmènes composent ce yayla


                    
    Retour des troupeaux en fin de journée   Photo-621---retour-du-troupeau-copy.jpg

Les troupeaux paissent en journée ; le lait, le beurre, le fromage, l’ayran, ce yaourt additionné d’eau et salé sont produits sur place. Les femmes, les enfants sont tous occupés.  Le miel aussi est produit ici est quantité, des ruchers sont visibles partout. La journée de travail achevée, les hommes se retrouvent au café-épicerie du village pour raconter leur journée autour du thé traditionnel.


                    Photo-609---sourires-feminins-copy.jpg 
L'accueil est chaleureux !


              L'épicerie-café     Photo-603-l--picerie-caf--copy.jpg

On rencontre çà et là des hommes à cheval, d’autres menant tant bien que mal leur tracteur ramasser les foins à travers les bosses et les ruisseaux environnants.

 

    

 

                              Au travail  !!!
                                                            Photo-622---tracteur-copy.jpg

Je compte bien retourner cet été sur place, revoir tous ces gens adorables que je n’ai pas vus assez longtemps à mon goût, mieux connaître encore le passé tumultueux de cet endroit perdu mais si chaleureux, faire la tournée de tous les yayla du coin, m’imprégner de leurs cultures, de leurs richesses, de leurs modes de vie.

  
                                   Photo-633---Enver-et-ses-deux-princesses.jpg 
 
                                    Enver et ses deux belle-soeurs, Tamile et Hülya

Cette source d’informations, je souhaite qu’une trace puisse en rester pour perpétuer la mémoire des aïeuls, afin que les jeunes générations sachent comment vivaient leurs ancêtres dans des coins reculés tels que celui-ci… et n’oublient pas !!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

aytekin 25/03/2008 11:59

Merci Nat de nous décrire les aspects et les contrées que nous ne connaissons pas ou peu de la Turquie. C'est en effet trop loin pour y aller avec le peu de vacances que nous avons :)

Nat 25/03/2008 14:24



N'oublie pas que tu as bien plus de vacances en France... que si tu étais ici ! Mais c'est vrai pour ta défense que les distances sont telles en Turquie qu'on ne peut pas aller partout.



Cat 25/03/2008 11:53

Un bien joli reportage sur un coin méconnu qui me fait penser aux plaines bulgares où aux steppes russes...

Nat 25/03/2008 14:23


Les steppes sont nombreuses par là-bas et je trouve ces grands espaces sublimes pour ma part !


rancon dominique 24/03/2008 20:19

quand je parle de bénéfice je pense aux énormes somme d'argents que l'europe donne aux nouveaux entrants pour moderniser les infrastructures existantes mais cela va t'il aux petits villages? meme s'ils doivent garder leurs façons de vivre en + du progrès (je pense a ma mère qui nous disais que ce fut la machine a laver le linge on était 7en 1954)

Nat 25/03/2008 06:54



Merci pour tes précisions quant à ta pensée. Si les infrastructures routières et d'équipements style desserte en eau, électricité, etc peuvent être améliorées, c'est effectivement du progrès. Par
contre, je ne pense pas et je ne souhaite même pas qu'il y ait un jour des câbles électriques qui viennent traverser les yaylas. Les habitations qu'on y trouve sont utilisées uniquement durant 3
mois et tout ce qui peut simplifier la vie au quotidien (comme une machine à laver) n'y a pas sa place.



rancon dominique 24/03/2008 17:29

ci un jour ils intègrent l'europe je me demande combien de temps il leurs faudra pour voir le bénéfice de cette intégration dans ces endroits magnifiques mais reculer a + Dominique

Nat 24/03/2008 17:52


Bonsoir Dominique, je dois dire que je suis un peu sceptique devant votre commentaire ne sachant comment l'interpréter. De quel bénéfice parlez-vous par rapport à une éventuelle intégration dans
l'Union Européenne ? Pour ma part, l'essentiel est de préserver leur culture et leur spécificité sans pour être autant dépourvu d'un minimum du confort auquel tout invividu est sensé avoir droit.


Claude B 24/03/2008 15:41

Bon lundi de Pâques,
c'est loin de tout, mais tellement calme, et ce que j'ai noté entre autre, (moi qui suit factrice) c'est qu'il n'y a pas de facteur :0036:

Nat 24/03/2008 15:47


En effet, dans des coins aussi reculés, les facteurs sont rares ! Mais les mini-bus ou les maires s'occupent très bien de l'acheminement que ce soit du courrier ou... de vivres ou tout autre denrée
quelle qu'elle soit !


Zeg 24/03/2008 12:54

J'aime bien votre regard positif (!) a travers notre realite... Mais j'ai une petite critique:pourqoui vous nous partagez pas vos photos en grandeur originals ??

Tous mes respects,

Nat 24/03/2008 13:55


Tesekkürler Zegcim ! C'est vrai que j'ai particulièrement apprécié cet endroit... et tellement d'autres lors de mes expéditions à travers le pays. Vous avez constaté que je mets un certain nombre
de photos à chaque publication et je suis tout de même limitée au niveau poids. De temps à autre, je rajoute une photo en grandeur réelle mais je ne peux pas le faire pour toutes sinon je serai
vite à mon seuil maxi. J'ai voulu d'ailleurs y mettre celle avec les hommes à cheval en grandeur nature et cela n'a pas fonctionné (changement intervenu récemment auprès de l'hébergeur). Je vais
d'ailleurs leur envoyer un p'tit mot en ce sens ! Görüsmek üzere !