Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 17 ans.

Du bretzel au simit

La Turquie participe aussi à la journée mondiale de l'environnement

Le 5 juin a été choisi par les Nations-Unies pour célébrer  la journée mondiale de la protection de l'environnement. Ce rendez-vous annuel est destiné à sensibiliser le grand public aux enjeux de l'environnement

A cette occasion, 16 millions d'élèves turcs des écoles primaires et des lycées ont procédé a un nettoyage des cours d'eau, des aires de pique-nique et autres espaces publics dans le cadre de la campagne "Eaux propres, Turquie propre" menée par le Ministère de l'Education Nationale.



Munis de masques de protection, dotés de sacs destinés à recueillir les déchets sortis tant de la mer ou des différents coins ratissés sur la terre ferme, c'est grâce à de telles initiatives qu'on peut faire évoluer les mentalités, ne plus jeter n'importe quoi, n'importe où, comme c'est malheureusement encore trop le cas ici.

Cette incitation faite auprès de la jeunesse pour prendre conscience de l'importance de la protection de l'environnement à tous points de vue est à mes yeux  une mesure capitale et j'applaudis haut et fort.

Combien de fois ai-je attrapé des gamins au vol qui jetaient ou voulaient jeter des bouteilles plastique dans le Bosphore ou dans la Mer de Marmara, en leur expliquant à quel point ce geste est destructeur. Même des adultes parfois ont eu droit à mes réflexions polies mais fermes. Jamais d'agressivité en contrepartie ou de méchanceté, mais je me souviens d'une réponse qui m'avait troublée, celle d'un homme qui jetait par terre des déchets : "De toute façon, les gars de la municipalité nettoient tous les jours partout" !

Et c'est vrai, dans ma rue par exemple, tous les matins, vers 7 h 30, un employé communal vient nettoyer et mettre en tas les détritus laissés par les riverains afin de faciliter le passage quotidien de la benne à ordures. Et ces employés, on les voit partout qui jour après jour, qui nettoient... Cela fait des gens sans emploi en moins finalement !



                                      Employé communal dans les rues de Balat

Les services de protection et de sécurité maritime apportent aussi leurs pierres à l'édifice. J'ai rencontré récemment une équipe de nettoyage qui fait la collecte des ordures dans les eaux de la mer de Marmara ou le long du Bosphore.

 

                                       Estafette de la direction des services maritimes


Ils étaient ce jour-là à Rumeli Feneri, mon village de pêcheurs préféré. Une fois par mois, ils se rendent là-bas pour collecter 200 à 300 kg de déchets tout autour du port, le long de la Mer Noire et du détroit du Bosphore.



Chapeaux messieurs pour votre travail et aussi pour votre bonne humeur, si caractéristique des gens d'ici ! Je profite de cette journée mondiale de l'environnement pour vous rendre hommage, ainsi qu'à tous vos collègues qui sont chargés des "sales boulots" mais qui permettent d'avoir un environnement plus agréable et plus propre.




                  

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chantal 06/06/2008 14:59

des équipes de nettoyage c'est bien mais ce serait mieux encore la prise de conscience collective qui est bien difficile à mettre en place car je vois les mêmes réflexions idiotes en France

Nat 06/06/2008 17:30


On ne change pas les gens ni leurs habitudes, chacun portant son héritage d'enseignement et de culture...


Cat 06/06/2008 11:50

Belle initiative! Moi ce qui me hérisse ce sont les gens qui laissent leur chien (même les très gros) faire leurs déjections canines sans complexes au milieu des rues piétonnes. Je me suis promis de prendre le prochain en photo! Je ne ferai rien de la photo, juste pour qu'il se paie la honte...

Claude B 06/06/2008 10:53

un reportage intéressante comme d'habitude. Ici aussi il existe des emplois pour nettoyer les trottoirs, les berges, les bords de route....
bonne journée

Mirage 05/06/2008 21:25

Moi aussi je dis chapeau bas et j'ai beaucoup d'estime et de respect pour ces employés qui comme des colonnes de fourmis font tout leur possible pour maintenir les rues d'Istanbul propres. Et ce n'est pas rien dans cette ville tentaculaire presque surpeuplée! Mais je trouve qu'Istanbul, vu ses dimensions et en comparant avec d'autres villes moins gigantesques, est propre.

A ce propos une petite anecdote de la semaine dernière: en sortant du bazar égyptien, mon mari prend un chwemming gum (je ne sais plus comment cela s'écrit en français! also Kaugummi!) et cherche une poubelle pour y jeter le papier. Il n'en trouve pas mais voit un peu plus loin devant la Yeni Camii un balayeur avec sa poubelle. Il y va mais le papier tombe à côté par terre. Mon mari se baisse, le ramasse et le jette dans la poubelle. Le balayeur n'en est pas revenu et a remercié au moins "cent mille fois" mon mari. C'est tout juste si il ne lui a pas embrassé les pieds! Et pourtant cela ne coûte vraiment rien de faire quelques pas pour mettre son papier de bonbons dans une poubelle ou de le ramasser si il tombe à côté.

A ce niveau là il y a encore beaucoup d'efforts à faire en Turquie comme ce fut ou est le cas dans de nombreux pays méditerranéens.

Nat 06/06/2008 05:34


Oui, tu as raison, Istanbul est une ville propre et qui s'embellit de jour en jour, entre ses fleurs, ses espaces verts, aménagés, ses rues nettoyées, etc. Ton anecdote ne me surprend pas du tout
(le chewing gum c'est un sakız en turc). Autres habitudes, autre éducation, tout simplement...