Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 17 ans.

Du bretzel au simit

Sur la route d'Ani, au milieu de la steppe

Août 2007, au milieu de la steppe sur la route qui va de Kars à Ani, à l'autre bout de la Turquie, direction Nord-Est. La rude Kars est située à 1768 m d'altitude mais son coeur est toujours chaud. Son apparence est trompeuse...

Je voulais depuis longtemps voir Ani, ancienne capitale de l'Arménie et ce matin-là, la route nous y menait.



Les paysages sont désolés mais superbes. C'est une nudité presque déconcertante qu'il faut prendre le temps d'apprécier. Sur la droùte, une montagne aux formes très douces se dégage, à plus de 2200 m... Je n'ai pas trouvé son nom sur la carte.  Un berger surveille ses moutons...



Il faudrait pouvoir parcourir les 45 km qui séparent les deux villes à pieds ou à cheval pour profiter pleinement de cet univers incomparable.

C'est ce dernier mode de transport qui est particulièrement usité dans la région, les chevaux sont partout. On les enfourche pour la route, pour tirer les engins agricoles sortis tout droit d'une autre époque... Les tracteurs font bon ménage avec les autres outils rudimentaires mais parfaitement adaptés.



C’est la période des foins et l’activité est intense. Les hommes s’affairent dans les champs, coupent, mettent en tas et créent ainsi une image moins uniforme et de toute beauté.



Cela ne les empêche pas de s'arrêter quelques instants pour nous saluer, nous souhaiter la bienvenue, éponger leurs fronts où perlent les gouttes de sueur.... avant de reprendre leur labeur.






De nombreuses ruches sont visibles de part et d'autre, c'est ici qu'on produit un des miels les plus goûteux du pays.



Les habitations des quelques rares villages sur cet axe sont de pierre, basses. La lumière entre peu pour garder une certaine fraîcheur en été... et conserver la chaleur lors des hivers si rigoureux de la région.





Difficile de parler de cette région, il faut la voir et se laisser porter...

La visite du site exceptionnel d'Ani est au programme des prochains jours, patience... le résultat sera à la hauteur !

 


 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Langlais 08/02/2012 10:21

Quelle chance de pouvoir accéder à Ani par ses propres moyens ! Je suis passé à Kars en 1982 et il fallait avoir une autorisation pour aller à Ani. Il était interdit de faire des photos à cause de
la proximité de l'URSS.Ce qui n'a pas changé, c'est l'accueil toujours chaleureux des gens rencontrés au hasard des routes. Merci Nathalie pour ce beau reportage.

Nat 14/02/2012 10:07



L'interdiction de prendre des photos n'était-elle pas due au fait de la proximité de l'Arménie ?



Claude B 16/06/2008 18:07

ce qui m'étonne le plus c'est ces outils d'un autre temps chez nous....
bonne soirée

Nat 16/06/2008 20:37


Oui, les outils d'une autre génération se mêlent aux tracteurs, c'est étonnant.


Chantal 16/06/2008 18:03

est ce le KARS sui a donné son nom au relief karstique?

Nat 16/06/2008 20:36


Je ne connaissais pas le terme de relief karstique et j'ai donc cherché sur Google, il vient en fait d'une région de Slovénie http://fr.wikipedia.org/wiki/Karst.
Au moins, on a appris quelque chose, merci !


Cat 16/06/2008 17:21

Viens voir un peu chez moi...y'a une surprise!

Nat 16/06/2008 20:33



Merci pour ce tableau de Pierre Loti qui m'enchante toujours !



CAT 16/06/2008 15:34

Tes photos sont encore une fois à la hauteur de ton sujet! Surtout celle du monsieur qui fait signe dans les hautes herbes! Ca fait penser un peu à la Mongolie...

Nat 16/06/2008 20:32



C'est l'union de l'homme, de l'animal et de la nature qui donne une grandeur particulière à cette région.



cecile dossetto 16/06/2008 11:04

nath,
C'est magnifique!!! la photo avec le troupeau est trés belle!!
Continues de nous émerveiller.
Cécile
http://www.redaction-juridique.fr

Nat 16/06/2008 20:30



Merci Cécile, je l'aime aussi beaucoup même si j'avais un sérieux problème de contre-jour...