Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 18 ans.

Du bretzel au simit

Ani, à la frontière arménienne - début de la visite

45 kilomètres séparent Kars d’Ani. Cette cité aujourd’hui en ruines est en fait l’ancienne capitale du royaume d’Arménie. Ce site exceptionnel, perdu au milieu de la steppe, se trouve à la frontière du pays dont il représentait la richesse, il fut un temps lointain....

 

 


Afficher Ani sur une carte plus grande


Le nom d’Ani vient d’Anâhitâ, déesse perse identifiée à Aphrodite et qui était adorée par les Ourartéens, les habitants du royaume d’Urartu qui a existé du Xème siècle av J-C pour disparaître aux alentours de 590 av J-C. 

Après avoir traversé le dernier village, la route s’arrête et une autre commence : l’entrée des lieux….

La première impression est surprenante, une citadelle composée de tours rondes à l’allure plutôt austère enserre une partie du site. On franchit la Aslan Kapısı (porte du lion) et là on pénètre dans un autre univers…

 

   Photo-474---les-tours-copy.jpg

                                                          La citadelle

Les vestiges principaux sont ceux de différentes églises, d’une cathédrale et d’une mosquée.

  
                               Cette ville prestigieuse comptait 100 000 habitants

 

   Photo-330---vue-eglise-cassee-copy.jpg

             
L’église du rédempteur dont il ne reste que la moitié, la foudre étant passée par là en 1957 !

Sa construction date de 1034 – 1036 et elle était destinée à accueillir un morceau de la Vraie Croix en provenance de la belle Constantinople.


                  

Une gorge serpente en contrebas du chemin et tout près de là, une église, celle de Saint-Grégoire-de-Honentz, l’église aux images comme elle est surnommée en turc (resimli kilise). Tant sa situation que ce qui lui reste à offrir aux yeux des visiteurs sont impressionnants.


                           




                  

Elle devait être splendide lorsqu'elle vit le jour en 1215, construite par le dévot et noble Tigran Honentz et dédiée à l'apôtre et premier patriarche arménien, Grégoire 1er. Les fresques murales partiellement visibles témoignent de son passé prestigieux.






C’est beau, c’est émouvant, on pourrait presque s’imaginer une voix sourde entonner un chant religieux, moment émotion !

Des dentelles sculptent les murs extérieurs, des représentations d’animaux et d’oiseaux sont encore parfaitement conservés….




               

                  

Cette église est sans nul doute celle qui m'aura le plus marqué à Ani. Elle continue d'imposer son insolente beauté au milieu de la nature.

                

J'ai eu du mal à poursuivre ma route. Je me tournais encore et encore pour la regarder, garder le souvenir de cette image presque irréelle...

               

Son dôme qui laisse passer la lumière, ses "jambes" frêles, ses courbes parfois nettes, parfois abîmées, font d'elle une merveille.

 

Nous poursuivrons dans le prochain billet la suite de cette visite dans un autre monde, dans une autre époque...

 


 


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Très tragique ... Sais-tu pourquoi aucun projet n'est en cours (?) afin de restaurer ces formidables vestifes ?
Répondre
N


J'ai entendu parler d'un projet de restauration mais je ne sais pas où il en est actuellement. Je vais faire quelques recherches.



Y
Le site d'Ani est magnifique et j'ai adoré le voyage que j'ai fait à l'est.
La Turquie est un pays extraordinaire, avec une histoire très riche.

Vivement les vacances et de nouvelles visites.
Répondre
N

Je partage tout à fait votre point de vue tant sur le site d'Ani que sur la Turquie et ses richesses multiples.


J
Nathalie...et bien je viens de regarder ce reportage...j'adore comme toi les "vestiges" du passé (glorieux et non)..j'aime ton adjectif "insolente" pour qualifier la beauté de cette église dont les détails me rappellent ceux de quelques lieux italiens..Je te mets dans mes blogopotes..
Bonne fin de semaine..à très bientot!!
Répondre
N

Ravie que tu aimes également les "vieilles pierres" celles qui sont pleines d'histoire et de vie finalement... et que tu me rajoutes dans tes blogopotes ! Bon week-end !


C
pourquoi n'essayent t-ils pas de la reconstruire à l'identique. ...
bises
Répondre
N

C'est un rêve que tu fais là chère Claude !!! Imagine-toi faire reconstruire une cité où vivait 100 000 habitants...


C
tu as réussi à transmettre ton émotion ! BRAVO et seul le silence est de mise
Répondre
N

Je suis heureuse si j'ai réussi à faire transparaître cet océan d'émotion qui m'a en effet inondé. Merci...


C
Nath,

J'adore tes articles retrçant l'histoire Turque ou ceux relatif à la population mais pourrais-tu mettre une petite carte pour que l'on localise l'endroit???
De France ça fait loin!!
Bises.
Cécile
Répondre
N

Tu as raison Cécile, je vais essayer de remédier à cela avec la suite du billet (si j'y arrive car la fois où j'ai mis une carte avec une localisation, j'ai beaucoup pesté). Bises


C
J'espère seulement que l'Etat se préoccupe de la conservation d'un tel lieu! Vraiment magnifique comme découverte, merci!
Répondre
N


Il y a de plus en plus d'endroits restaurés un peu partout en Turquie ces dernières années !