Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 13 ans

Un air grec sur l'île de Bozcaada

Bozcaada, dont le nom grec est Tenedos, est une petite île de 6 km de long sur la mer Egée et située à l'entrée du détroit des Dardanelles, à l'ouest de la Turquie. 

     Carte Bozcada
      
C'est aux abords de cette île, selon la légende, que le navire qui avait laissé le cheval de Troie dans la ville du même nom, se serait caché. Si l'on remonte dans le temps, Tenedos a été fondée par des Eoliens, tribu de la Grèce antique.

Elle a toujours fait l'objet d'âpres discussions par les puissances maritimes de Venise et de Gënes, également par les Byzantins et les ottomans, de part sa situation stratégique à l'entrée du détroit des Dardanelles.

Sa population actuelle se situe aux alentours de 2500 habitants, presque tous turcs et musulmans alors qu'en 1908, ses 5000 âmes étaient de langue grecque et orthodoxe. Par contre, en plein coeur de l'été, c'est entre 25 et 30 000 personnes qui occupent l'île. Pourtant, on ne les voit pas, où pouvent-ils donc bien se cacher, je me le demande encore.

 

Au moment de la Guerre des Balkans, l’île, occupée par les Grecs, leur appartient de 1912 à 1923. Elle sert de base aux forces anglaises et françaises lors de la Bataille des Dardanelles et redevient possession de la Turquie le 20 septembre 1923 à la signature du traité de Lausanne.

En arrivant par le ferry, on aperçoit immédiatement l'imposante forteresse du XVème siècle à l'entrée du port. Les habitations du seul bourg sont toutes regroupées tout autour de ce dernier, d'un côté plus turques et de l'autre... plus grecques. En effet, les maisons y sont blanches et les volets souvent bleus, comme là-bas !

 
                     

             

Une végétation opulente inonde les ruelles étroites et pavées où la recherche de l'ombre est la principale préoccupation pour s'abriter de l'intensité du soleil.

 

 

Tout le long de la rive sud, à l'opposé, de superbes plages de sable où l'on vient rôtir des heures durant car la baignade y est d'une fraîcheur insoupçonnable. Dommage car j'ai rarement vu une eau aussi belle et propre qu'à Bozcaada.

  

Deux mosquées et une église grecque, rarement ouverte, sont les représentantes religieuses de l'île, de même qu'un tout petit monastère grec dans les hauteurs face à l'une des plages les plus courues, celle d'Ayazma.

  

                                          L'église grecque et son clocher

                  

L’économie de l’île repose sur le tourisme et la viticulture car rien d'autre ne pousse sur cette terre argileuse.  Les vignes couvrent l’île sur 1065 hectares et Bozcaada est passé dans la littérature vinicole avec des raisins aux noms imprononçables tels que Çavuşüzüzmü par exemple.

 

Amateur de bons vins que je suis, mon palais n'a pas apprécié le goût très particulier de ces breuvages...

  

L'activité n'est pas très intense sur place, on vient pour se reposer, bronzer... et profiter ce jour de juillet 2007 d'un groupe folklorique de jeunes géorgiens qui ont effectué leur représentation sur la place principale.

    

                                

Vers la fin de l'après-midi, les touristes, turcs en majorité, réfléchissent à la composition de leur dîner, plutôt poissons ou plutôt spécialités grecques ? En fonction du choix, il faudra se diriger d'un côté ou de l'autre du village.


                                         

 

Les pensions sont nombreuses et pour toutes les bourses. De même, il est facile de se loger chez l'habitant à moindre coût même si aucune pancarte "pansiyon" n'est accolée devant les demeures. On reconnaît ceux qui recherchent un toit et on vous accoste complaisamment.

             

Bon séjour ! Vous repartirez frais et reposé après avoir passé quelques jours dans ce petit coin de paradis.

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Catherine 07/03/2012 10:22

Ton article donne l'envie de faire instantanément la valise,finalement non!c'est encore l'hiver, attendons patiemment la belle saison....tu nous as fait rêver, c'est déjà bien.A bientôt

Yasmine 05/12/2008 00:43

j'ai connu Bozcaada avant que les touristes y affluent car mon père y a habité ...j'y venais en vacances depuis la France il y a plus de 20 ans et j'en ai gardé des souvenirs formidables!!
on a cotoyé grecs , turcs là bas et passé en mer avec les pêcheurs ..de très bons moments
ça me fait tout drôle de la voir si peuplée ..
ayazma était alors vide...et pratiquement pas de voitures sur l'île car pas de bac!

faudra quand même que j'y retourne!!! merci pour vos magnifiques prises de vue sur tout le site...

Nat 05/12/2008 05:28


Bonjour Yasmine, je comprends les souvenirs qui peuvent remonter ainsi à la surface. En 20 ans, que de choses ont du y changer. C'est à la fois peuplé... mais non surpeuplé, les lieux restent
encore bien agréables.


Mirage 13/07/2008 22:18

"Continue de nous faire rêver Nathalie et de nous faire découvrir ce pays enivrant étonnant, saisissant et merveilleux qu'est la Turquie!
"
C'est tellement vrai, Isis!
Je viens de téléphoner pendant plus d'une heure avec mes parents principalement pour leur parler de mes deux merveilleuses semaines à Istanbul. Eux qui justement m'ont fait découvrir Istanbul pour la première fois il y a 41 ans et qui gardent un souvenir si positif de leur voyage dans le sud/sud-ouest de la Turquie il y a tout juste 10 ans. D'ailleurs ma mère regrette profondément que vu leur âge et handicaps ils ne soient plus en mesure de faire de tels voyages. Mais ils attendent avec impatience que je descende dans le Midi pour leur montrer les photos.
Si seulement je pouvais les persuader de se familiariser avec internet, ils auraient au moins la possibilité de rêver grâce aux articles toujours si intéressants et pertinents de Nathalie!

Nat 14/07/2008 05:29


41 ans auparavant ! J'aimerais bien venir en arrière, même plus pour découvrir Istanbul et la Turquie encore différemment ! Hum, pour tes parents, ils peuvent toujours avoir des livres avec de
belles photos pour découvrir ou redécouvrir la Turquie plus facilement.


Isis 13/07/2008 09:56

Oui, le blanc ne retient pas la chaleur et le bleu car ça éloigne les moustiques!:-))

Nat 13/07/2008 14:53


Réponse juste à 50 % !!!!


Isis 13/07/2008 02:01

Bonsoir Nath!
Comme chaque soir ton blog est ma bouffée d'oxygène!
Merci pour ce magnifiques billet historico- culturel!
Au fait, tu sais pourquoi les maisons sont blanches aux volets bleues??..... Réponse au prochain numéro, ;-))Je suis sûre que tu le sais déjà.
De voir ces belles photos, je me sens relaxée et émue à la fois, cela m'a rappelé mon enfance, car sur l'une des photos on voit une mamie et un chat entrain de flemmarder à l'ombre!..... Qu'est-ce que j'aimerais y être, et déambuler dans ces ruelles aux blanches maisons , aux façades ornées de magnifiques et exubérantes volubilis,ou alors me mettre à l'ombre de ces vignes qui sont là depuis des temps immémoraux et qui s'enracinent et s'étendent chaque année davantage.... humer le parfum suave des lauriers......Sentir l'âme de cette île....

Continue de nous faire rêver Nathalie et de nous faire découvrir ce pays enivrant étonnant, saisissant et merveilleux qu'est la Turquie!

Öpüldün! Hosca kal!

Nat 13/07/2008 05:14


Et bien non chère Isis, au risque de te décevoir, je ne sais pas pourquoi les maisons sont blanches et les volets bleus ! Le blanc ne garde pas la chaleur et le bleu évoque la couleur de la mer,
serait-ce aussi simple que cela ???


Mirage 13/07/2008 00:37

Un grand merci pour ce reportage!!!
Quand Armelle et Vivian d'instinct nomade avaient parlé de leur séjour à Bozcaada, je m'étais bien demandé où c'était. Maintenant je sais, et c'est vraiment très tentant, une vrai concurrence pour les îles aux princes!!!
J'espère vraiment que j'aurai l'occasion de découvrir tous les sites que grâce à tes articles je voudrais visiter!

Par ailleurs je ne peux que m'associer à ta réponse à Sylvestre. Personne ne peut refaire l'histoire, il faut savoir bâtir un avenir meilleur sur ce que l'histoire nous a légué. Ressasser sans cesse dans l'aigreur les souvenirs des générations antérieures ne peut mener à rien de bon. Et je crois que tant toi comme Alsacienne que moi comme Sedannaise, mariée depuis 28 ans avec un Allemand, savons de quoi nous parlons!

Nat 13/07/2008 05:08



Bozcaada n'est à mon avis pas comparable aux îles aux Princes, pas de calèches, maisons différentes. Mais le charme y est présent, c'est certain. Pour ce qui est de visiter tous les sites, il va
falloir prendre une année sabatique et faire la tournée du pays !



Selene 12/07/2008 20:31

Et on peut pas louer un appart' pour toute l'année ? ;-)

Ca donne envie, c'est sûr...

Nat 13/07/2008 05:06



Tout est possible en Turquie, il suffit de demander.



nasah 12/07/2008 18:49

et les Turcs de turquie non mulsumans emmenés en Grèce? etc... ? je crois qu'il y a eu malheureusement de la souffrance de part et d'autre.
Très beau reportage sur cette île qui a l'air magnifique dans sa diversité, des photos qui font rêver, reposantes et rafraîchissante par leur beauté !

Nat 12/07/2008 19:24



C'est en effet un endroit vraiment reposant, je n'ai jamais aussi "glandé" que là-bas, pourtant ce n'est pas dans mes habitudes..



Chantal 12/07/2008 17:49

c'est un petit paradis ou je louerai bien l'été prochain !!! merci pour cette idée de vacances

Nat 12/07/2008 19:23


J'en ai encore plein d'autres dans mes tiroirs...


J-P SILVESTRE 12/07/2008 17:48

Vous vous êtes sûrement inquiétée du sort de ces cinq mille Grecs qui habitaient l'île en 1908 ou de celui de leurs descendants ? Excusez-moi de poster un commentaire dont la réponse risque de ternir l'image de ce petit paradis...

Nat 12/07/2008 19:23


Vos réflexions "aigres-douces" ne me surprennent pas, cher Jean-Pierre ! Je vous répondrai simplement que ni vous ni moi ne pouvons refaire l'histoire....