Tokat en plein coeur de l'Anatolie Centrale

Lorsque j'ai découvert cette ville en septembre 2007, je ne pensais pas trouver autant d'intérêt et de plaisir à l'arpenter en tous sens. Elle était alors en pleine cure de jouvence et pourtant  je la trouvais déjà attachante, séduisante.

Cette cité de plus de 100 000 habitants est située en Anatolie Centrale, à l'Est d'Ankara.



Tokat


Tous les envahisseurs de l'Anatolie sont passés par là, des Hittites aux Mongols, entre temps les Perses, Alexandre le Grand, les Romains, les Byzantins, les Seldjoukides et j'en oublie. Tokat a tenu une place importante, située à la croisée de voies commmerciales.

Les communautés juives, arméniennes et grecques y étaient particulièrement représentées. 

Son charme ne se découvre pas au premier abord. Une avenue interminable traverse la ville de part en part. D'un côté, un promontoire rocheux en haut duquel la fortereresse s'élève au-dessus de la vieille ville.

   

De nombreux monuments et habitations éveillent la curiosité. La medrese Gök, autrement dit l'école coranique bleue, par exemple. Construite en 1277, son nom évoque le ciel (gök), terme turc qui désigne le bleu et ici, la couleur des céramiques qui la composent.

 

Aujourd'hui, ce charmant bâtiment abrite un musée que je n'ai malheureusement pas eu le loisir de visiter cette fois-ci.

  

                    

Tout proche, le taş han, ancien caravansérail et atelier ottoman ; je n'ai aucune peine à recréer dans mon imagination la vie qui devait l'animer du temps de sa splendeur.
             


                  

Derrière cette bâtisse qui laisse rêveur, les ruelles abritent d'anciennes maisons ottomanes ainsi que des échoppes où l'artisanat local est bien représenté.

 

C'est surtout le cuivre qu'on travaille par ici mais également le yazma, cet art anatolien ancestral d'impression sur tissus à partir de pochoirs, de teintures et de tampons. Ce sont essentiellement des foulards et des nappes réalisées ainsi.

     

Là encore, j'aurais aimé passé bien plus de temps pour découvrir ces richesses.

Je grimpe doucement, traînant mon regard dans ces ruelles aux maisons ottomanes, où les enfants sont surpris de voir cette étrangère toute seule qui parle aussi leur langue et qui les fait rire.

 

Des femmes sont en train de préparer des dizaines de gözleme (pâte fine qui sera farcie au fromage, à la pomme de terre, à la viande par exemple, puis refermée sur elle-même telle une pizza calzone et cuite en quelques minutes à peine). On m'en prépare une au fromage à déguster immédiatement, brûlante, emballée dans du papier journal.

   

  
                                        Eğlinize sağlık hanım efendiler

Il y a quelques mosquées intéressantes cachées çà et là dans la vieille ville. Et à côté de l'Ulu Camii, l'une d'entre elles située tout en haut, en direction de la citadelle, une place de jeux. Une voix cristalline s'élève derrière moi, je reste scotchée.
                   

             L'Ulu Camii et une vue intérieure - son architecture s'intègre dans la tradition locale
                    

Un garçon d'une dizaine d'années à la voix d'or, perché sur son vélo et accompagné d'un copain ! J'en ai la chair de poule, les larmes me montent aux yeux, un gamin dont la voix mériterait d'être entendue par des spécialistes, des connaisseurs, une voix rare, un timbre, un ange vient de passer... J'ai échangé quelques paroles avec lui, pourquoi n'ai-je pas eu le réflexe de prendre ses coordonnées, même pas une photo... je m'en mords encore les doigts.

Après ce moment d'intense émotion, je redescends sur l'avenue principale pour découvrir Latifoğlu Konağı, demeure historique du XIXème siècle, une des plus belles en Turquie. Pas de chance, elle est fermée pour restauration... Après discussion, le responsable accepte toutefois de me laisser entrer et de me montrer une partie des pièces. Un vrai régal qui me donne encore plus envie de revenir à Tokat.

  
         
 
 
                
                      Cette maison mériterait un article à elle toute seule, une pure merveille !



De l'autre côté de l'avenue, un peu difficile à trouver, la maison d'Atatürk récemment restaurée et ouverte au public. Elle abrite un musée ethnographique depuis quelques mois à peine. Encore une belle construction typique, qui correspond à mes critères de beauté en la matière.


            

Un autre régal pour l'estomac cette fois, la spécialité locale, le Tokat kebabı à ne manquer sous aucun prétexte. C'est une brochette d'agneau et d'aubergine cuite à la verticale dans un four à bois.

 

Le jus de la viande arrose le légume et l'on rajoute en fin de cuisson tomates et poivrons... ainsi que de l'ail grillé servi en gousses, je me lèche encore les babines en évoquant ces moments...


           

Je dois absolument revenir dans cette ville au charme méconnu, où les touristes étrangers sont si rares, ce qui n'est pas fait pour me déplaire. Dans ces coins déjà reculés du pays, lorsqu'on ose aller à la découverte de ses richesses, quelle récompense !

    

 

J'y suis restée deux jours et cela ne m'a pas suffi pour dire. Les masseurs les plus réputés en Turquie viennent tous de Tokat, eux aussi je n'ai pas eu le temps de les voir... et de les tester.

 

 


cigdem nuray 28/06/2010 19:04


Merci d'avoir repondu.Je ne pars pas en vacances cette annee mais lire vos commentaires ont fais comme si j y etais je suis tres touchee merci encore une 2eme et de lire la suite de vos visite a
Tokat. Iyi gezmeler kendinize iyi bakin.


Nat 29/06/2010 06:31



Her zaman cevap veriyorum, c'est la moindre des choses. Lorsque je retournerai à Tokat (ama bence bu sene olmuyor maalesef), je vous ferai signe, söz... Hoşça kalın.



CIGDEM NURAY 28/06/2010 18:15


je suis tres contente que cette ville vous a plue. Je suis de la ville et meme moi je suis toujours emerveillé d' y aller. Nous avons toujours passe nos vacances la bas et cela me manque tellement.
Au plaisir de vous lire a bientot.


Nat 28/06/2010 18:35



Je compte bien retourner à Tokat le plus rapidement possible, il me reste tant de choses à y découvrir... et à y faire découvrir, tout comme aux alentours. Sevgilerimle.



Isis 19/07/2008 20:03

Evet. Je présume que c'est pour cela que l'on l'a nommé ainsi, car elle marque les esprits comme la première gifle que l'on se prend:-)))

Nat 20/07/2008 06:13


Oui, effectivement !


Isis 19/07/2008 02:00

Au fait, Nat tu dois connaître la signification du mot Tokat...

Nat 19/07/2008 06:40


C'est une gifle, une claque non ?


Isis 19/07/2008 01:54

J'aimerai être originale et poster un commentaire différent des autres, mais impossible!! Je rejoins tous les fidèles simitophones;-)))
En tous cas , en te lisant j'ai pu imaginer et ressentir ton / tes émotion(s) que tu as pu éprouver à l'instant T....
Je cite très justement Gérard Jugnot:"Le rire se termine vite. L'émotion, on l'emmène avec soi. "
Ces femmes entrain de faire le yukfa.... et les gözleme, comme le font encore les femmes de mon village.
Longue Vie à cette Saga Bretzelo-simitienne!

Bises!

Nat 19/07/2008 06:41


L'émotion mais aussi le rire et l'étonnement sont toujours au rendez-vous en Turquie.


Mirage 18/07/2008 23:31

Une destination de plus à mettre sur la liste, qui s'allonge presque à vue d'oeil, des endroits que je voudrais visiter en Turquie!
De très beau bâtiments et des intérieurs qui font rêver, tant celui de la mosquée que celui de la maison ottomane. Tes photos sont vraiment magnifiques!

Nat 19/07/2008 06:45


Il ne reste plus qu'à vous installer provisoirement... ou définitivement ici... et le tour est joué !


M 18/07/2008 18:19

Magnifique cet article. Cela donne tout à fait envie d'aller y voir de plus près. En plus un coin où le tourisme de masse n'a pas encore fait de dégâts : un rêve. Merci Nat pour tous ces billets qui nous font connaître une Tuequie, profonde, riche culturellement et humainement parlant. Ce pays dont nous sommes tombés amoureux et pour lequel nous avons régulièrment besoin d'une dose; Mille mercis pour ces voyages qui nous rapprochent tant et pour ta spontanéité, ta fraicheur et ta joie de vivre que tu sais nous transmettre au fil de tes écrits. Schmoutz.....

Nat 18/07/2008 18:37


Ah je sens que vous allez inscrire Tokat au "menu" d'un de vos prochains périples en Turquie. Quant aux compliments, ça ira pour aujourd'hui, yeter !!! (hi hi). Merci tout de même et gros
schmoutz aussi.


Chantal 18/07/2008 11:58

à chaque nouvel article son charme et aujourd'hui c'est encore magnifique MERCI

Nat 18/07/2008 18:36


Pas difficile vu que Tokat est magnifique !


Cat 18/07/2008 10:26

Encore un magnifique reportage inattendu loin des sentiers battus comme tu sais si bien les faire. J'ai particulièrement apprécié tes clichés de la maison en cours de restauration avec ses belles fenêtres ouvragées! J'ai vu que JP t'avais taquinée sur ton article du 12 juillet! Il a fait un article aujourd'hui où il y fait allusion, je voulais te le signaler.

Nat 18/07/2008 18:36


Oui, j'étais sûre que tu allais réagir en voyant ses superbes fenêtres de Latifoglu Konagi. Je suis allée voir l'article de JP.... merci pour le tuyau.


Cedistic © 2014 -  Hébergé par Overblog