Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 17 ans.

Du bretzel au simit

Sous le soleil, Kars affiche un sourire radieux - 2ème partie

Au bas de la citadelle de Kars, un pont de basalte de 53,70 m de long et 8 m de large enjambe la rivière. Sa construction originale date de 1579 sous le règne du sultan Murat III mais il fut détruit lors d'un tremblement de terre.

 

En 1719, Hacı Ebubekir, notable de Kars, en a fait ériger un nouveau au même emplacement que le premier et qui n'a plus bougé depuis. L'inscription qui s'y trouvait a été effacée par les Russes lors de l'invasion et une nouvelle a été refaite au milieu de l'arche centrale.

  

A deux pas de là, le hammam de Topcuoğlu, un des trois de la ville, qui date d'il y a plus d'un siècle. Sa dernière utilisation remonte à 7 ans. 

 

Depuis sa restauration il y a un an, il sert de lieu d'exposition. Il accueille d'ailleurs des photos anciennes de Kars qui permettent de découvrir la ville sous son visage d'il y a quelques dizaines années.

 

En retournant vers le centre-ville, tout près de l'église des Apôtres, se trouve Evliya Camii qui date également de 1579, sous le règne de Murat III (comme le pont évoqué plus haut). L'ensemble se compose de la mosquée, d'une medrese (école coranique) et d'un hammam. 

 

Détruite au début du XVIIème siècle, la mosquée fut reconstruite peu de temps après. Seul, le minaret est d'origine. L'intérieur est agréable est lumineux.

             

Dans un bâtiment attenant se trouve la tombe de Horasanlı Hasan-ı Harakani dont l'aménagement extérieur a été réalisé en 1950 par un commandant de l'armée.

              

A quelques pas de la statue équestre d'Atatürk évoquée dans la première partie consacrée à Kars, se trouve Fethiye Camii qui date du début du XIXème siècle.

 

En fait, en observant la première fois ce bâtiment, il m'est apparu évident que celui-ci était d'abord une église.
               

                

C'est en visitant l'exposition de photos dans le hammam de Topcuoğlu précité que j'ai découvert le cliché ci-dessous, celui de l'église russe d'origine du nom d'Alexander Nevskij. L'édifice est devenu mosquée après la libération de Kars de l'occupation russe.

 

En se dirigeant vers l'extérieur de la ville, une halte s'impose dans le joli petit musée de Kars restauré l'an passé et que j'ai enfin pu découvrir.

La façade extérieure ne laisse pas imaginer l'intérieur lumineux. Sur deux niveaux, des vitrines permettent de découvrir des objets de l'âge du bronze et des différentes périodes qui ont composé l'histoire, tant de Kars que de ses alentours (ourartéenne, gréco-romaine, seldjoukide et ottomane).

  

Quelques objets auront attiré mon attention, en particulier deux superbes portes de bois provenant de l'ancienne église russe orthodoxe de la ville. 

                 

Réalisées avec une technique de gravure en relief comportant des motifs ornementaux et le haut avec deux oiseaux, elles sont de toute beauté.

   

Alors, finalement, cette ville si décriée, si montrée du doigt, n'a-t-elle pas des atouts qui lui donnent un charme plus grand ?  

               
                                Bâtiment administratif municipal

Même en levant juste le bout du nez, des détails d'architecture ont leur intérêt à condition d'y être sensible.

    

Sinon, il reste toujours ses habitants, son marché et aussi ses spécialités comme le miel très réputé ou le graviyer de Kars, un fromage qui ressemble au gruyère. 

                  

Tout cela pour dire que Kars mérite un tant soit peu d'attention et que le temps et la curiosité sont nécessaires partout pour découvrir la face cachée, qui ne se révèle pas d'emblée, qu'il faut chercher, découvrir.

 

 


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chantal 31/08/2008 10:29

Ah les portes !!! quelle merveille

Nat 31/08/2008 10:40


Tu craques aussi comme moi...


Jean-Yves 21/08/2008 08:58

Merci, je n'avais jamais eu cette idée de mettre en avant tel ou tel chose, bâtiment, et autre, avec l'histoire de la foule ou pas !
Je viens d'apprendre un truc de photographe ?

Nat 21/08/2008 12:53


Pas un truc que j'ai appris mais plus j'observe et plus je "vois" différemment la scène selon le contexte.


Jean-Yves 20/08/2008 10:31

Je reste toujours ébailli par le spectacle qu'offre les peintures ou fresques, je ne sais pas comment on dit, des dômes.(5ème photo)
Masi dit moi je n'ai pas vu grand monde sur ces photos, la population était en vacances ? ou était-ce volontaire de ta part ?

Nat 21/08/2008 05:00


Oui, c'est l'intérieur du dôme. Non, réellement, hormis dans la rue principale de la ville où sont la plupart des commerces, et au marché, il n'y a grand monde dans les rues de Kars... Ce n'est pas
la foule d'Istanbul. Parfois, je prends des photos quand il y a foule, parfois quand c'est désert, cela dépend de ce que je veux mettre en avant.


Cat 19/08/2008 13:39

La porte que tu nous montre est vraiment magnifique! Quelle finesse dans le travail du bois. Encore un joli partage!

Nat 19/08/2008 14:58


Les belles portes me feront toujours craquer !


Mirage 18/08/2008 22:23

@Nathalie
Merci pour le compliment! C'est à partir d'un moteur de recherches allemand que j'ai rapidement trouvé l'article du ministère. Même à ce niveau, on ressent le différence entre 0,5 million de Turcs en France et presque 3 millions en Allemagne!!!

@Richard
En effet vaste débat où même de nombreuses nuits blanches de discussion n'aboutiraient pas à un concensus!
La situation est comme elle est. Il peut certes y avoir des restitutions. Le principal c'est que la communauté internationale comprenne que les querelles ne serviront pas la cause de la sauvegarde de notre patrimoine humanitaire et que un drame comme celui de Bagdad ne doit pas se reproduire. Il faut aussi que ces trésors soient accessibles à tous.

Et lorque l'on a eu la chance, comme Nathalie et moi, de découvrir quelques uns des joyaux de la collection d'art islamique du Louvre au musée Sabanci, on ne peut que se réjouir que le Louvre construise enfin un espace pour accueillir cette merveilleuse collection : http://www.saphirnews.com/L-art-islamique-retrouve-une-place-de-choix-au-Louvre_a9365.html?PHPSESSID=790487489831d1176ebb3e4c6112ddc7

Nat 19/08/2008 05:47


Effectivement ton moteur de recherche m'a l'air bien performant, va falloir me l'indiquer afin que je le teste aussi. Concernant les trésors comme ceux que tu évoques et que nous avons eu le
plaisir de voir toutes deux, il est certain que c'est un plaisir de pouvoir en profiter dans des lieux accessibles à tous.


Richard Lejeune 18/08/2008 16:09

Grand merci à vous pour la célérité avec laquelle vous avez sympathiquement répondu à mon attente. Ces documents supplémentaires m'ont déjà permis de me faire une idée un peu plus complète de ce que propose ce musée qui, au demeurant, semble très clair, très aéré ...

Merci aussi à Mirage - si je peux me permettre d'utiliser votre blog à cet effet - pour les quelques précisions qu'il (ou elle) a apportées. Et notamment de rappeler que la majorité des musées occidentaux sont le produit ou de guerres ou de pillages des civilisations anciennes.
Toutefois, cette question reste un grand et intéressant débat : vaut-il mieux laisser le patrimoine dans son pays d'origine, parfois exposé dans d'exécrables conditions, faute d'argent ? Ou admettre qu'il sera mieux préservé dans les grands musées européens ?
Vif débat s'il en est.
J'ai à ce propos souvent expliqué à mes Etudiants que les plus belles Caryatides ne sont pas celles que l'on voit se déliter sur l'Acropole, à cause de la pollution qui monte de la ville, mais celles qui sont présentées, parfaitement intactes, au British Museum.
Sans parler des musées irakiens, Bagdad en tête, bombardés par les Anglo-américains lors des récentes guerres. Il est un fait que si leurs collections avaient été exposées à Paris ou à Bruxelles, nous ne les aurions pas irrémédiablement perdues !

Mais je suis également conscient que d'autres arguments, allant à l'encontre des miens, peuvent tout aussi bien être avancés.

Grand, intéressant et vif débat ...

Nat 18/08/2008 16:25


De rien, si cela vous a permis de satisfaire un tant soit peu votre curiosité dans la mesure du possible. Mirage (elle) apporte souvent des informations intéressantes et complémentaires, étant
elle-même passionnée par la Turquie. Quant à la richesse des musées par rapport aux sites du coup vidés de leurs trésors, c'est en effet un vaste débat.


Claude B 18/08/2008 06:29

j'ai l'impression sur les photos qu'ils ont supprimés les ouvertures dans le dôme, voir même qu'il ont mis un plafond...c'est dommage,
ces monuments et cette porte est somptueuse.
bonne semaine.

Nat 18/08/2008 06:35


Tu parles de l'ancienne et superbe église russe je suppose ?


Mirage 17/08/2008 22:46

Sympathique visite de Kars! Et entièrement d'accord que cette ville mériterait plus d'attention de la part des touristes.

A propos du musée dans l'église des Apôtres, si j'ai bien compris l'article en allemand et en français du ministère de la culture (http://www.kultur.gov.tr/FR/BelgeGoster.aspx?4C64CBA40EAEACBD6407999D5EC50F8944DDA1FD01B53200), il s'agirait en fait du prédécesseur de l'actuel musée que tu as visité.

D'après ce site, il semble ne pas y avoir de musées egyptologiques en Turquie, même si Selim Ier a conquis une partie de l'Egypte actuelle en 1517. C'est d'ailleurs suite à cette conquête que les sultans ottomans portaient le titre de calife.
Mais il faut bien dire que ce sont les Européens qui ont développé l'égyptologie et "pillé" les sites pour remplir leurs musées. Les ottomans ne semblaient pas avoir ce penchant!

Nat 18/08/2008 04:56



Merci Mirage pour toutes ces précisions bien intéressantes. Je viens de lire l'article auquel tu fais référence (comment ai-je fait pour ne pas "tomber" dessus ?), effectivement le musée actuel
semble bien être le prolongement de celui qui était dans l'église.



Richard Lejeune 17/08/2008 20:07

Merci pour ces deux articles à Kars consacrés. En tant qu'historien, j'avais évidemment déjà "rencontré" cette ville - ne fut-ce que grâce (ou à cause ?) de Tamerlan, puis du fameux traité de Brest-Litovsk; mais l'iconographie encadrant vos deux billets m'ont permis de la découvrir sous un autre angle que livresque. Et notamment les trésors de ce qui semble être un superbe et intéressant musée. (Une critique - je sais, je suis incorrigible ! : j'aurais vraiment apprécié que vous nous montriez plus de vues de ce qui y est exposé ...)
Mais peut-être suis-je en train d'anticiper sur un de vos prochains articles ?

Oserais-je maintenant me permettre une question ? Non, deux, à vrai dire...
Dans la première partie de cette évocation de Kars, vous faisiez allusion à un petit musée créé dans l'église Saint Arak'elos : quel type de collection abrite-t-il ?

Et ma deuxième question, elle est d'envergure : y a-t-il, à votre connaissance, quelque part sur le territoire turc, un (ou des) musée(s) égyptologique(s) ? Et si oui, pourriez-vous m'indiquer où il(s) se trouve(nt)et ce qui le(s) caractérise.

Grand merci à vous.
Richard

Nat 17/08/2008 20:24


Bonsoir incorrigible Richard (clin d'oeil), n'étant pas historienne pour un sou, je suis toutefois "obligée" de faire des fouilles pour trouver des informations historiques sur des lieux finalement
aussi peu "réputés" mais au moins j'en apprends tous les jours au passage.
J'ai d'autres photos prises à l'intérieur du musée mais je ne peux pas tout publier malheureusement. Suite : je viens de créer un album photos que vous trouverez en page d'accueil du blog avec
une série de photos du musée de Kars en espérant que cela vous plaira.
Concernant votre question sur le musée qui se trouvait dans l'église des Apôtres dans les années 60-70, il n'existe plus malheureusement à ce jour. Je n'ai trouvé aucune information concernant les
pièces qui y étaient exposées.
Après réflexion, je ne connais aucun endroit dans le pays où se trouverait un quelconque musée égyptologique (cela m'intéressait aussi...). Il ne me semble pas (vous me corrigerez si je me trompe)
que la Turquie et l'Egypte n'ont pas eu quantité de liens communs comme cela a été le cas pour la Grèce ou l'empire romain. Bien cordialement.