Deux églises arméniennes près d'Ani


En allant de Kars à Ani, outre les troupeaux et les paysans qui récoltent les foins en cette saison, quelques rares villages sont indiqués çà et là sans être visibles de la route principale tant ils en sont éloignés pour la plupart.

  

Il faut parfois quitter l'asphalte, prendre la piste qui mène à certains hameaux perdus au milieu de nulle part pour découvrir des trésors cachés, vestiges du passé, comme ceux visités l'an passé à la même époque lors de ma première visite dans cette région de la Turquie.

 
                                      Habitation traditionnelle dans le village d'Öğuzlu
              
                                         ... ainsi que les commodités !

A Öğuzlu, par exemple, entre les dindons et les poules qui habitent le quartier, les restes d'une ancienne superbe église du Xème siècle dominent les alentours.

    

                               

Sa construction serait imputable à Hassan Gnt'u, ancien préfet du roi Smbat, prince d'Arménie puis roi des Bagratides. En 1001, l'église aurait déjà fait l'objet d'une restauration. Un tremblement de terre en 1936 est à l'origine de la désolation des lieux.

   
                    Photo ancienne trouvée sur le net

Un dernier coup d'oeil sur les volatiles qui peuplent le site avant de continuer la route.

    
 
Quelques kilomètres plus loin, après avoir rencontré au passage des gardiennes d'oies, le village de Yağkesen et là, un choc ! 

 

Comme un mirage qui apparaît au fur et à mesure qu'on avance, entre quelques demeures et des meules de foin, la silhouette d'une petite église merveilleusement préservée près d'une rivière, Kızıl Kilise, en arménien "Karmir Vank". 

 

 

Elle semble presque sortir d'un livre d'histoire, avec sa tour conique, ses couleurs vives, ses niches en façade et ses fenêtres élégantes.

Le style de la construction ressemble à celui utilisé au Xème siècle mais les ornements des façades plus tardifs. Compte-tenu du peu de précisions quant à la date exacte de cet édifice, sa période se situe entre le XIème et le début du XIIIème siècle. La seule certitude est étayée par une inscription à l'intérieur de l'église datée de 1218.

 

                      

Quelques sculptures admirables et une inscription en arménien au-dessus de la porte rappellent ses nobles origines.
                          

Au XIXème siècle, elle portait le nom officiel de Surp Astvatsatzin (église de la Vierge Marie) et représente un exemple typique en matière d'architecture des églises arméniennes. 

               

Sa fonction initiale est très différente aujourd'hui ; en effet, l'église abrite le grenier à blé et à foin du village et une auge située sur la façade arrière accueille les chevaux en quête de casse-croûte, ce qui donne une image surréaliste des lieux.
 
                     
       

J'aurais bien aimé encore voir un monastère et une forteresse dans les alentours, mais en tentant de prendre un raccourci à travers les pistes au milieu de la steppe, nous nous sommes retrouvés... en zone militaire.  Cela fait bizarre quand on voit se rapprocher un petit bâtiment qui abrite... deux militaires armés jusqu'aux dents. Surtout quand l'un d'entre eux en sort et vous ordonne de loin... de s'arrêter.

Rien de bien méchant si ce n'est au final une discussion très joviale avec le jeune chargé de s'enquérir de notre présence dans un endroit aussi peu fréquenté. Après nous avoir indiqué la route à suivre (si on peut appeler cela une route), nous avons pris la bonne direction, surveillés par les défenseurs des lieux. 

Chantal 31/08/2008 10:35

après les oies du capitole de Rome tu as découvert les oies de la petite église perdue en Turquie !

Nat 31/08/2008 10:41


pas que les oies de la petite église, il y en a partout par là bas.


Céline 24/08/2008 11:22

Atterir chez les militaires sympathique... lol
Cette église paraît irréelle tant elle est belle et bien conservée en plein coeur de ce petit village pauvre et sale...

Nat 24/08/2008 22:05


J'aime particulièrement cette église, mais le village n'est pas si misérable que cela.


Jean-Yves 20/08/2008 10:54

En lisant les premières lignes et en voyant les deux premières photos, tout de suite m'est venu à l'esprit le film "BABEL".
3ème photo : Jolie photo, cette nuée d'oiseaux en arrière plan on aurait dit des mouches, bien naturelle avce de tels commodités...
Incroyable cette église au milieu de nul part !
Sympa l'idée de recyclage.
Drôle de rencontre avec ce militaires !

Nat 21/08/2008 04:55



J'ai vu Babel également que j'ai beaucoup apprécié, originale l'idée de rapprochement. J'aime bien ton "résumé" de l'article...



Cat 19/08/2008 13:31

Merci Nat de nous faire découvrir en détail ce petit edifice religieux si bien préservé (malgré l'usage qui lui est désormais réservé) au milieu de la steppe. J'aime ces paradoxes!

Nat 19/08/2008 14:58


La Turquie reste pour moi avant tout une terre de paradoxes et c'est pour cette raison entre autres qu'elle m'enchante sans cesse.


FERRADOU Martine 18/08/2008 23:00

Toujours aussi beau ton blog avec toutes ces superbes photos!!!! C'est un régal, merci.
J'ai lu "neige" et ton article sur Kars me cause particulièrement...
J'attends avec impatience tes prochains articles.Bien cordialement

Nat 19/08/2008 05:48


Merci Martine, Je crois que je vais finir par me replonger dans "Neige"... dès que j'ai un peu de temps. A très bientôt sur la blogosphère !


Mirage 18/08/2008 22:07

J'adore la première photo du troupeau de brebis sur ces steppes à l'infinie!!!Une certaine image de la liberté!

Et ces ruines ou monuments presque millénaires qui s'élancent vers le ciel, c'est presque hallucinant!

Bitte, bitte, bitte noch mehr Fotos!!!!!

Nat 19/08/2008 05:46


J'aime également regarder ces troupeaux souvent immenses avancer ... puis s'éloigner à perte de vue. Quand aux vestiges, tu as bien compris je pense l'effet qu'ils peuvent avoir sur moi. Yavaş,
yavaş pour les photos, cela prend tellement de temps.


Richard Lejeune 18/08/2008 16:21

C'est effectivement assez suréaliste de trouver de tels bijoux architecturaux ainsi plantés au milieu de nulle part. Et reconvertis !

Sans vouloir le moins du monde être indiscret, voire grossier : je n'ai pas bien compris une des remarques quant à la dangerosité éventuelle de voyager seule dans la mesure où, dans votre texte, vous écrivez : "notre présence", ou " Après nous avoir indiqué la route ..."
Sauf à comprendre un ancestral nous de majesté, j'en avais déduit que vous étiez accompagnée ...

Nat 18/08/2008 16:31


J'étais en effet accompagnée par des amis français à qui je voulais faire découvrir la région mais j'étais la seule à connaître le turc. J'ai voyagé de nombreuses reprises seule avec mon sac à dos
dans le Nord-Est, l'Est ou le Sud-Est du pays et je n'y ai jamais connu aucun souci. Mais dans les guides touristiques "grand public", il est tellement souvent écrit que les femmes seules ne
doivent pas par ci ou par là qu'à force, beaucoup de personnes sont perplexes et inquiètes.


sylviehoubre 18/08/2008 15:18

coucou cest sylvie, belle endroit ca donne envie d'y aller!!
une femme seule c'est possible?
bises

Nat 18/08/2008 15:20


Aucun problème en tant que femme seule, par contre aucun transport en commun ne dessert ces villages à ma connaissance, nous avions loué une voiture.


meryem 18/08/2008 12:40

Bonjour =)

J'aurai un petit service a te demander, sur le site de l'université Galatasaray, il est écrit que les étudiants étranger pour pouvoir y entrer doivent passer le concours YÖS, est ce que tu en sais plus? Ou bien tu connais des étudiants francais qui y sont et qui pourraient m'aider?
Merci d'avance.

Nat 18/08/2008 15:20


Je t'ai répondu par mail.


Delwiche 18/08/2008 07:42

et bien celle-là, même Ayhan ne la connait pas je parie !!! bises

Nat 18/08/2008 08:12


Ce genre d'endroits ne peut pas être visité en groupes, ou alors l'accès se ferait... en tracteur...


Cedistic © 2014 -  Hébergé par Overblog