Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 17 ans.

Du bretzel au simit

De retour à Ani, ancienne capitale du royaume d'Arménie - 1


Que n'aurais-je donné pour revoir Ani une fois de plus tellement ce site me donne d'émotions, de frissons et fait travailler mon imagination. Et me voilà de nouveau face aux tours que l'on aperçoit déjà de loin en arrivant par la seule route qui s'arrête ici, à l'entrée d'un autre univers, d'un nomansland d'une époque glorieuse révolue.

Aussitôt l'Arslan Kapısı (porte du lion) franchie, je me retourne pour voir l'envers du décor. A l'extérieur, c'est un dégradé de tours rondes, à la forme joviale et à l'intérieur, les marques du temps se font déjà sentir.

 

Je ne vais pas reprendre l'historique et la description des lieux que vous trouverez dans mes deux précédents billets parus il y a deux mois à son sujet http://dubretzelausimit.over-blog.com/article-20539210.htmlhttp://dubretzelausimit.over-blog.com/article-20564427.html.

 
                         Une partie significative du mur d'enceinte visible de l'intérieur

Je vais surtout m'efforcer de publier des images différentes, d'autres angles pour partager avec vous la beauté de ces vestiges.

De loin pour qui vient la première fois, le paysage peut paraître désolé, on aperçoit bien au loin à gauche un semblant de minaret proche d'un mont surmonté au demeurant d'une citadelle. Quand les yeux vont plus à droite, c'est manifestement bien d'une ruine qu'il s'agit là juste à côté d'une église surmontée d'une tour cônique qui paraît en meilleur état.




Vous ne ressentirez pas forcément les mêmes sensations et vous étonnerez des sentiments que peut me procurer une telle vue. Mais si un jour vous avez la chance d'y aller, je ne doute pas un seul instant que vous ne serez pas vous même émus devant ces monuments, souvent imposants, qui habillent la nudité de cette vaste étendue à la frontière de l'Arménie.



Se laisser porter par ces pierres qui ont tant vécu et qui auraient tant à raconter si on leur donnait la parole. Elles en ont vu passer des rois et des princes, mais aussi des personnes aux idées moins nobles.

L'église du rédempteur (Surp Amenap'rkitch) m'apparaît une fois de plus avec son image déroutante, brisée, cassée en deux par la foudre en 1957.

                    
                     L'entrée a été murée sans doute pour éviter tout risque d'affaissement

 Les nuages semblent lui donner un air encore plus mystique comme si elle allait continuer à s'élever dans les cieux.
       

L'édifice se serait-il affaibli depuis l'an passé ? Un étai le soutient à présent, comme une vieille dame dont la présence d'une canne lui permettrait de continuer à rester debout.

                     

C'est un des monuments où je m'attarde sans me lasser afin de le dévisager sous tous les angles, l'admirer, essayer de l'imaginer du temps de sa splendeur.

En fermant les yeux, je devine le son de chants sacrés entonnés par des hommes à la voix grave, comme ceux entendus il y a quelques jours à peine lors de l'enterrement de mon ami arménien Kato.

La visite des lieux continuera demain, une fois intégré ce premier choc et pris l'habitude d'aller à la rencontre de l'histoire composée de murs, d'images et de l'immensité environnante.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chantal 31/08/2008 11:07

je me souvenais très bien de tes précédents billets à ce sujet et merci pour ces nouvelles photos

Nat 31/08/2008 11:49


Bravo pour ta mémoire !


Jean-Yves 20/08/2008 11:08

On doit se sentir tout petit au milieu d'un paysage comme celui-ci. Une fois que l'on y est j'imagine ton imagination s'accélérée...

Nat 21/08/2008 04:52


Oui, c'est vrai qu'on s'y sentit petit, tout petit !!!


Mustafaaa 19/08/2008 22:57

Que d'émotion ces billets, enfin je souhaite partagé avec vous, un autre sujet qui est le cumul culturel de la Turquie méconnue en Europe et en France, que faire pour briser cela, quand pourra t'on voir de la musique classique turc ou bien un virtuose se reproduire sur une chaine télévié Française.
N'hesiter pas a faire part de vos remarque.

Nat 20/08/2008 04:55


Le sujet dont vous me parlez m'intéresse beaucoup. L'année culturelle de la France en 2009 sera sans doute un tremplin. Là aussi, je vous propose que nous en reparlions par mail ou de vive d'ici
quelques jours (début septembre) quand je serai un peu plus disponible car j'ai quelques idées sur la question.


Richard Lejeune 19/08/2008 21:34

Remarquables documents que ceux-là : ils me font penser à une tour éventrée qui, voici quelque quarante ans, comme ici, m'impressionna beaucoup : elle se situait à Châteauneuf du Pape, en Provence, proche d'Avignon où j'étais descendu de ma Belgique natale, pour le prestigieux festival.

Question (encore, me direz-vous, mais il est insatiable, ce Belge !) : tout ce que vous nous faites ici découvrir, Nat, fait-il partie d'un éventuel circuit touristique que, mon épouse et moi-même, pourions dans un certain avenir envisager d'entreprendre ? Ou ne le visitons-nous en votre compagnie que parce que vous connaissez quasiment mieux que votre ombre tous les recoins de la Turquie ?

Quoiqu'il en soit, cela reste un plaisir qotidien de vous suivre ...

Nat 20/08/2008 04:53


Ce serait mentir que de dire que je connais tous les coins et recoins de la Turquie... mais disons que je m'y attèle. Les endroits que je découvre et que vous découvrez avec moi, je les trouve de
plusieurs façons, parfois dans le guide le plus complet à mes yeux Lonely Planet, ensuite en fouillant sur le net car beaucoup d'endroits ne sont pas dans les guides, ensuite en prenant note des
informations que me donnent les personnes que je rencontre et qui sont du cru (souvent ma source la plus riche).
Sans vouloir décrier les circuits touristiques car il y en a de bon niveau aussi pour des petits groupes avides d'endroits similaires à ceux que j'apprécie, je passe plus de temps dans les
différents endroits qu'un groupe pourrait le faire lors d'une tournée. J'ai toutefois déjà organisé à deux reprises des circuits dans le Nord-Est, l'Est et le Sud-Est et apparemment mes amis
étaient satisfaits des lieux visités qu'ils n'auraient sans doute pas vu en totalité autrement et n'auraient pu découvrir seuls. Je suis ouverte à toute proposition en ce sens et nous pourrons en
reparler dans les prochains jours par mail si vous le souhaitez.


cecile dossetto 19/08/2008 20:52

Tes photos sont impressionnantes!!! Les étendues sont magnifiques, tu as dû ressentir beaucoup d'émotions, merci de nous les faire partager.
cecile

Nat 20/08/2008 04:46



C'est un plaisir de partager mes découvertes.



Delwiche 19/08/2008 20:05

Nous y étions en 2004, sous un ciel noir, je viens de retourner à nos photos, quel choc, ce moment restera gravé en nous

Nat 19/08/2008 20:38


Je ne savais pas que vous y aviez été aussi. Tu peux donc confirmer l'émotion qu'une personne un tant soit peu sensible aux lieux peut ressentir. Je peux m'imaginer ce qu'un ciel d'encre peut
donner comme impression.....