Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 14 ans

Un anniversaire pas comme les autres, 5 ans de vie en Turquie


Je me souviens très bien de ce 24 août 2003 où j'ai atterri, une fois de plus, à Istanbul mais pour y vivre cette fois-ci, avec dans mes mains juste un billet aller simple et mes affaires.

Je suis immédiatement partie quelques jours en Cappadoce pour revoir ce coin de pays qui fait partie de ma première rencontre avec la Turquie en juillet 1998, avant de poser mes valises à Cihangir, ce quartier de Beyoğlu que je n'ai plus quitté depuis.

J'aurais eu des dizaines de raisons et d'excuses pour ne pas aller au bout de mes idées, de ne pas tourner la page de ma première vie sans pour autant la renier mais en gardant l'expérience acquise au fil des années, savoir ce dont je ne voulais plus mais aussi et surtout ce que je voulais et que j'attendais de la vie, de MA vie.

                  

Que n'ai-je entendu de balivernes, pas forcément méchantes, mais émanant d'hommes et de femmes qui pour la plupart, n'ont jamais mis les pieds en Turquie, qui ne savent pas comment ça fonctionne ici.

Certains se sont inquiétés pour moi (merci à eux) : quelle idée a-t-elle encore, notre alsacienne qui n'aime pas faire comme les autres... mais qui a simplement envie d'être elle ? J'allais me retrouver voilée (la face...), être battue (à la course à pied ?), je ne tiendrai pas trois mois là-bas (ici) et des dizaines de phrases du même acabit.

Cinq ans ont passé et je ne me suis jamais sentie aussi bien dans mes baskets qu'à présent. Enfin, je vis pour moi et du coup, je pense pouvoir donner plus, être plus à l'écoute, partager et recevoir tout ce que la Turquie et ses habitants me donnent au quotidien ; elle qui me nourrit de cette richesse humaine de plus en plus difficile à trouver en France mais aussi en Europe.

 
                                     Au loin le village d'Aşağı Aydere Köyü - 2600 m d'altitude

Personne n'a jamais le temps, ne prend jamais le temps, perdu dans sa course contre la montre, mais pour qui, pour quoi ? En Turquie, la notion de temps est différente. On a toujours quelques minutes à consacrer à l'autre, à l'écouter, à parler, à l'inviter à boire un thé ou partager son repas, à rester coucher si la route est trop longue ou s'il se fait tard.

Que de moments inoubliables aurais-je loupé si je n'avais pas suivi la route d'Istanbul et de la Turquie.

A l'époque où j'ai annoncé ma décision de venir habiter dans ce pays qui inquiète au vu des clichés et des medias qui ne lui donnent pas souvent une image très glorieuse, deux amis seulement, un homme (Hubert) et une femme (Annette), m'ont dit "vas-y, fais ce que tu as envie !" et l'un d'entre eux justement est là aujourd'hui.

Pourtant, ni l'un ni l'autre n'avait jamais mis les pieds en terre ottomane auparavant. Hubert a finalement découvert la Turquie durant sept semaines, sac à dos et appareil photo autour du cou, à sillonner une bonne partie du pays en transports en commun, à la rencontre de ce coin du monde qui ne ressemble à aucun autre. On ne ressort pas indemne d'un tel choc car c'en est un pour qui ne connaît pas, quand on ne sait pas ce qui vous attend au tournant de la rue, une leçon de vie.

 
                           Hasankeyf sur les rives de l'Euphrate, mon premier "coup de coeur"


Et j'ai encore une autre chance aujourd'hui, mon meilleur ami turc, Enver, est là également. Pour moi, il incarne une image de réussite, parti de son village que vous allez découvrir dans les prochains billets pour la France à l'âge de 16 ans. Lui aussi a changé de vie, est allé au bout de ses ambitions et a réussi puisqu'aujourd'hui il est à la tête d'une entreprise d'informatique à Grenoble.

Ce n'est pas non plus le "cliché" classique qu'il donne du turc vivant en France, moustachu et reclu dans son microcosme comme s'il était en Anatolie, bien au contraire. Parfaitement intégré, sa route a été bien plus difficile pour accéder aux marches de la réussite.

Grâce à mon blog, j'ai fait la connaissance d'autres turcs qui vivent en France, en Angleterre, au Luxembourg, en Belgique, qui eux aussi ont des postes à responsabilités, ont réussi à force de travail et de courage, à réussir leur vie européenne.

En tout cas, cette date anniversaire marque pour moi un constat que je me permets de qualifier comme une réussite quant à mon choix de vie. Je ne dirai qu'une phrase à tous ceux qui souvent aimeraient mais hésitent "Osez essayer, toute expérience est bonne à prendre, mais surtout faites ce que vous avez envie, on ne vit qu'une fois... aux dernières nouvelles !"

  
       Rumeli Feneri, là où la Mer Noire croise la route du Bosphore, un endroit pas comme les autres



Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

petite noire 17/01/2009 14:59

Un article très sympa. Ton blog est intéressant. C'est vrai que partir vivre comme ça en Turquie surprend. Je ne connais de ce pays que les échos et préjugés qui nous parviennent, et découvre avec tes photos de superbes paysages. Je n'ai aucune idée de ce à quoi ressemble ce pays. Et j'aime bien ton approche de cette expérience. Je ne sais pas ce que je veux faire, où je veux aller. Et si je savais, est-ce que je foncerais ? Qu'est-ce qui nous retient ? L'ordre établi et le doute ?

Nat 17/01/2009 15:18


Bonjour et merci pour ton message. Les préjugés sont pour la plupart du temps établis pour des lieux qu'on ne connait pas, les habitants de ces lieux qu'on ne côtoie pas. Souvent
on se cherche et on cherche, pour ma part je pense avoir trouvé en Turquie ce que je cherchais. Quant à ce qui nous retient, ce sont les autres qui ne comprennent que rarement ce
qu'on peut ressentir chaque personnellemment. Mais si on n'essaie pas, on ne sait si on fait bien de douter ou pas et on arrive à la fin de sa vie en se demandant "finalement, est-ce que j'ai fait
ce que je voulais vraiment ?" Bon week-end.  


LE PETIT CABINET DE CURIOSITES 28/08/2008 16:31

merveilleuse aventure et expérience qui est la tienne ..et merci pour ta générosité et pour nous faire parttager cette fabuleuse histoire qui est la tienne

Nat 29/08/2008 05:55



merci chère visiteuse d'Istanbul que j'ai eu le plaisir de connaître grâce au blog.



Richard Lejeune 26/08/2008 16:00

A mon tour de vous souhaiter, après ce premier lustre turc, de poursuivre longtemps encore cette vie qui tant vous tient à coeur et qui, à lire entre certaines lignes, semble vous être bien plus favorable que la "première".

Ce qui semble important, c'est que cette nouvelle option de vie vous sied à merveille; sans compter le fait que vous avez la bonté de partager cet engouement qui est vôtre avec tous ceux qui, comme moi, ne connaissent votre pays d'adoption que de manière historique et livresque.

Et je n'ai pas peur d'ajouter (vous me comprendrez si, comme je le pense, votre mémoire est vivace) que votre vision des choses m'a permis, sur certains points (pas sur tous, malheureusement) d'évoluer quant à mon optique de la tolérance.

Encore merci et bon anniversaire.

PS : un détail pour vous, une barrière pour moi : certaines réponses que vous faites en turc sans les traduire ...

Nat 26/08/2008 20:41


Merci Richard, non non, ma mémoire ne me fait pas défaut, surtout pour tout ce qui concerne mon blog, de bon ... et rarement de moins bon. Vous savez, la tolérance peut, à mon avis, s'acquérir avec
la connaissance de l'autre, on est bien tolérant avec ce qu'on ne connaît pas...
Ha ha, votre curiosité aimerait bien comprendre parfois les rares réponses que je mets en turc (volontairement). Cela n'aurait plus le même "charme" si c'était traduit, car parfois c'est
difficilement traduisible en français mais cela s'adresse à la personne qui m'a écrit.
Bonne soirée en vous remerciant pour votre fidélité.


Isis 26/08/2008 14:07

Chère Nath!
Très heureux anniversaire à toi! Daha nice mutluluklar dolu yillara...!
Jacques Salomé a dit :"Il faut créer beaucoup de vide en soi pour naître au recevoir", tu as su créer ce vide pour renaître et vivre une nouvelle vie.Tu te rends heureuse avec ta nouvelle vie et tu offres ce bonheur à l'autre aux travers de tes écrits , tes photos...
Merci d'être celle que tu es! Je t'embrasse bien fort!

Nat 26/08/2008 15:04


Isis, le retour... de Turquie ! Cette phrase de Jacques Salomé me parle bien. Grâce à cette nouvelle et seconde vie, je suis vraiment moi-même, ben de öptüm seni.


Perrine 26/08/2008 12:50

Bravo à toi d'avoir suivi ton coeur et de ne pas avoir écouté ceux qui ont essayé de te dissuader de partir!!
Et merci de nous faire partager, grâce à ce blog, tes expériences dans ce magnifique pays qu'est la Turquie!

Nat 26/08/2008 15:02


Merci ma chère Perrine, j'ai par habitude de faire ce que je pense et à priori, le résultat n'est pas si mauvais.


Cat 26/08/2008 11:52

J'ai eu un frisson d'émotion en lisant ton article! Ce que je retiendrai c'est que tu es une femme libre, libre là où la plupart des gens à l'esprit petit n'auraient même pas imaginé que tu puisses l'être! Tu as gagné ton pari, tu es allée au bout de tes rêves, tu peux être fière de toi Nat! Je te tire mon chapeau...

Nat 26/08/2008 15:01


La liberté n'a pas de prix mais quel état d'esprit !!!


Josette 25/08/2008 22:09

Trés bon anniversaire Nat pour tes 5 bougies !
La joie de vivre que tu nous transmets est le premier témoignage que ta vie en Turquie est heureuse. Alors... que ta route soit encore longue là-bas tant que tu t'y seras bien. Amitiés.

Nat 26/08/2008 05:21


Merci chère Josette, j'espère bien en effet que ma route en Turquie sera encore bien longue.


Jean-Yves 25/08/2008 14:02

En lisant ta première phrase je me suis imaginé l"espace d'un instant ce que tu as pu ressentir ce jour là, à ton arrivé.
J'ai souris en lisant "Certains ses sont .... même acabit.
Une telle expérience ne peut que vous enrichir.
Jolie photo que l'on pourrait prendre pour un tableau impressioniste, si il était peint.
Appaisante cette vue de "Hasankeyf"
Et encore plus celle de Rumeli Feneri.
Un jour j'espère vivre quelque chose d'aussi fort que toi. Ce n'est pas le moment aujourd'hui, mais j'y compte bien.

Nat 25/08/2008 15:40


Ces vues sont prises d'endroits divers qui sont parmi mes préférés même s'il est parfois difficile de faire un tiercé car chaque lieu est différent.


aytekin 25/08/2008 11:00

Nathalie, Bon anniversaire pour tes 5 ans en Turquie.
Daha nice yillara!
Cela me fait plaisir de voir une personne si épanouie dans son environnement. Moi qui se cherche encore (je parle de métier, lieu de résidence), me donne de l'espoir.
A bientôt.

Nat 25/08/2008 11:24


Çok teşekkürler sevgili Aytekin. Tu sais j'ai mis près de 40 ans pour me trouver, ne désespère pas, écoute-toi et tu vas bien finir par y arriver aussi, tu le mérites. Avec toute mon amitié.


Aline08 25/08/2008 10:42

Bon anniversaire alors! C'est vrai qu'on en entend des choses invraisemblabes sur la Turquie et les turcs. En ce qui me concerne cela va faire 7 ans que je suis en Turquie et je suis très heureuse ici également.
Quel dommage que tu sois passée du coté d'Artvin alors que j'étais en vacances! A une prochaine fois peut-être?

Nat 25/08/2008 10:45



Merci ma chère Aline, tu as une longueur d'avance sur moi. Cela me ferait vraiment plaisir de te voir dès que je reviens du côté de Karadeniz bölgesi. Mais cette année, je ne suis pas remontée
par Artvin, l'an passé par contre j'étais dans le coin. A très bientôt et donne nous encore plein de bonnes recettes. Öptüm