Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 17 ans.

Du bretzel au simit

Une maison pas comme les autres dans le village d'Aşağı Aydere Köyü


En revenant de notre belle promenade à travers les champs alentours, nous apercevons deux femmes dont une qu'Enver connaît très bien.

 

Il s'agit de Ballı teze (tante Balli) chez qui il a passé beaucoup de temps étant très jeune enfant. Que de doux moments ont-ils vécu ensemble et il reste cet attachement, cette complicité que je décèle au premier regard.

                  

Elle nous invite dans sa maison que l'apparence extérieure ne différencie d'aucune autre. Mais à l'intérieur, quel ravissement dans cette demeure plus que centenaire.

Les portes du salon donnent sur la cuisine et lorsqu'on les referme, on pourrait penser qu'un simple placard se cache derrière.

                 

Un plafond de bois tel que je les aime, de la dentelle toujours en bois qui en fait le tour, le sol composé de larges planches de bois également,  le poêle au milieu de la pièce, et quelle pièce ! Nous voilà dans ce qu'on appelle la "köy odası", la pièce du village.



Imaginez-vous une quarantaine d'années en arrière. Les tapis jonchaient alors le sol et les villageois se retrouvaient là le soir pour les veillées, les adultes assis tout autour dans la pièce et les enfants par terre.

 

Un des anciens racontait les histoires du passé, véridiques ou légendaires, et le sas, instrument de musique traditionnel turc, meublait les intermèdes musicaux.



Au moment de reprendre la parole, le conteur demandait comment continue son histoire. Si personne ne répond, il reprenait lui-même la suite... Mais si un enfant, tel que cela a été le cas pour Enver, disait connaître la suite... et que finalement ce n'était pas le cas, il fallait donner quelques pièces de monnaie au conteur pour poursuivre son récit...

                 

Mais aujourd'hui, les mamies s'intéressent à la technologie. Quel est donc cet appareil magique qui sert de téléphone et d'appareil photo à la fois ?



Un test photo est fait immédiatement et l'amie de Ballı teze offre son joli visage de pomme ridée par le temps à l'immortalité.



Après un bon thé et du pain frais fait maison tout croustillant et encore tiède, il faut revenir à la maison. Au passage, nous croisons Zeker dede, que vous connaissez déjà à présent, qui me lance un p'tit salut du béret.

                 


Ce soir, quelques hommes de la famille se retrouvent devant la maison pour papoter et rigoler autour d'un thé. Tous chapeautés, ils sont plein d'humour et j'ai fort à faire pour avoir le dernier mot avec eux.

 

Ainsi s'écoule la vie du village, après la journée de travail dans les champs, on se retrouve, le plus nombreux possible et l'on devise... on refait le monde.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cat 02/09/2008 12:26

Je trouve que ce genre d'article c'est ce que tu fais de mieux! Cette opinion n'engage que moi bien-sûr!

Nat 03/09/2008 10:37


Peut-être que c'est dans cette catégorie-là que mon coeur parle le plus...


Jean-Yves 01/09/2008 17:09

Eh j'étais content d'avoir reconnu Dédé...
Coup de Coeur pour la photo de la Tante et d'Enver son bras autour du coup. Elle pose avec plaisir sans se soucier de rides qui parcours son visage. Elles me font penser aux lignes d'un tronc d'arbres que l'on a coupé... on s'en sert pour compter le nombre d'années vécues.

Nat 02/09/2008 11:13


La comparaison est vraiment très belle.


Isis 31/08/2008 22:30

Ces personnes ne sont peut - être pas à la pointe de la dernière technologie, vivent simplement (anil terleriyle ve bilek gucleriyle) ( à la sueur de leur front et à la force de leur poignet)..... mais elles ont cette richesse.... qui se fait rare... qu'est la richesse du coeur.

Bu koy odasi me rappelle celui de ma grand-mère maternelle, l'ambiance y était exactement comme tu l'as décris chère Nath; l'estrade s'appellait "sedir" chez nous. Ces pièces étaient décorées richement et étaient super cosy.On avait qq fois droit à gouter au marc de café resté au fond du cezve- servi aux invités.... Le café qui étaient un produit de luxe à l'époque.

Chez nous, y'en a plus du tout malheureusement. Mon oncle a détruit celui de ma grand-mère!!

Bonne soirée et bises brumeuses de chez la Queen!

Nat 01/09/2008 05:47


Queen Isis, décidément, tous ces billets te "parlent" beaucoup je constate. Il va vraiment falloir que je vienne dans ton köy c'est certain. Tu as raison, la richesse de coeur est à mes yeux la
plus belle qui soit... et la plus riche.


Chantal 31/08/2008 16:12

Ce que tu as trouvé en Turquie c'est ce que nous ne trouvons plus que dans un écomusée en Franc. Toi tu as pu vivre ces instants avec eux et c'est magique de simplicité et de chaleur humaine

Nat 01/09/2008 05:46


Oui, tu me fais penser au magnifique écomusée de Haute-Alsace d'Ungersheim près de Mulhouse.


cecile dossetto 31/08/2008 11:50

Qu'est ce que ces personnes ont l'air paisible et heureuses de vivre!!
cécile

Nat 31/08/2008 11:54


Oui, en effet elles sont "zen"... et c'est tant mieux.