Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 13 ans

Ma visite au fond d'une mine de charbon de Zonguldak

Les mines font partie de mon enfance. Dans mon Alsace natale, ce sont les mines de Potasse qui composent le paysage aux alentours de Mulhouse avec des chevalements aux prénoms tels que Théodore, Rodolphe, Fernand ou Amélie, du nom de ceux qui ont tenu une place importante dans la découverte et la mise en place de l'exploitation de la potasse découverte en 1904. 

 

      IMGP2353-copy-copie-1.jpg

       Maison alsacienne à l'écomusée d'Ungersheim près de l'ancienne mine Rodolphe

C'est là qu'adolescente, j'escalade les tas de sel de potasse des alentours juchée sur la moto des copains, souvenirs, souvenirs !

Je découvre de plus près cet univers lors d'une journée "portes ouvertes" organisée à la fin des années 80, le père de ma fille étant lui-même, durant quelques années, mineur "au jour", à la fabrique.

Début avril 2008, je lis avec intérêt un dossier consacré  aux mines de charbon de Zonguldak dont j'ignore alors l'existence. Ce jour-là, je me dis que je dois trouver le moyen de réaliser un article sur ce monde à part.

23 juin 2008 : une rencontre précipite cette envie enfouie au fond de moi ; celle avec Hülya et Sezai qui habitent en Belgique et dont la route croise la mienne devant la mosquée de Küçük Aya Sofia alors que je veux faire visiter cette petite merveille à une amie venue d'Alsace pour quelques jours. Je vous ai déjà parlé d'eux. Autour d'un thé que je leur ai proposé de boire ensemble, j'apprends qu'ils passent la journée à Istanbul avant de rejoindre leur famille pour quelques semaines dans la région de Zonguldak dont ils sont originaires.

   
                    Ma première erncontre avec Hülya et Sezai le 23 juin 2008

Mon sang ne fait qu'un tour et le mot "mine" vient immédiatement dans ma bouche. Le hasard fait que Sezai connait très bien cet univers où il a travaillé durant une dizaine d'années mais en Allemagne. Je lui parle de mon idée et sa réponse me laisse pantoise : je peux t'organiser cela, j'ai plein d'amis qui y travaillent, viens quand tu veux !

             

C'est le genre de choses qu'il ne faut pas me dire. Je réfléchis les deux jours suivants quand et comment je peux me déplacer là-bas.  Vu le programme chargé des semaines à venir, il ne reste plus que... le week-end suivant. Echange de coups de fils, organisation, me voilà partie samedi 28 juin vers cette région de la Turquie que je ne connais pas et que je vous ai fait découvrir à travers plusieurs billets et quelques autres encore.  

La descente est prévue au puits de Kozlu, un des plus importants, le lundi 30 juin au matin. Mais le plan de la journée s'effondre rapidement dans un bureau de l'administration du puits alors que nous sommes sur le point de nous faire enregistrer pour l'expédition prévue. En effet, la programmation de la visite du premier ministre turc prévue le lendemain au même endroit fait que toute descente est interdite aujourd'hui...


                                         Les grisoumètres pour les visiteurs

Sezai et son ami mineur voient déjà la chance filer entre nos doigts mais je n'allais pas en rester là et accepter la situation aussi simplement.

Il n'y a pas que Kozlu dans les environs, je peux descendre dans une autre mine, mais je veux y aller aujourd'hui. Le lendemain matin, je repars pour Istanbul et je ne veux pas rentrer bredouille, c'est hors de question. J'ai tellement attendu cet instant, il faut trouver une autre solution.

Je prends la direction de la suite des opérations, plus habituée que mes amis à aller au bout de mes idées à l'aide de mes méthodes de communication.
            

Après avoir discuté avec plusieurs responsables de Kozlu, je demande à l'un d'entre eux d'appeler aussitôt devant moi la mine d'Üzülmez, ce site devant lequel nous sommes déjà passés ces derniers jours et qui m'avait "interpellé". Cela semble possible de descendre aujourd'hui mais... il me faut une autorisation officielle, celle de prendre des photos dans le seul puits de Zonguldak dont la profondeur permet la prise de vues sans risque, ce qui aurait été impossible à Kozlu.

 

Une seule personne est à même de délivrer le laisser-passer, c'est le directeur de l'exploitation de toutes les mines en personne qui se trouve au Beyaz Saray (Le Palais Blanc) en plein centre de Zonguldak, siège administratif central des Mines.

  
                        Hülya et sa belle-soeur Emine, revêtues de la tenue adéquate.

Aussitôt dit, aussitôt fait, la voiture prend la route du palais et nous nous retrouvons dans le bureau du responsable de la presse et de la communication à qui, pour la énième fois de la journée, j'explique mes objectifs. Il me laisse son ordinateur pour taper la dilekçe - demande - nécessaire avant de m'accompagner dans l'impressionnant bureau du directeur.

 

Ce dernier nous reçoit aimablement quelques minutes, bien qu'occupé à organiser les menus détails de la visite ministérielle du lendemain. Je ressors de là avec ma précieuse signature et le document est immédiatement faxé à l'exploitation du puits d'Üzülmez.

 
          Sezai et son ami mineur dans la cage d'ascenseur qui permet de rejoindre le fond

Il ne nous reste plus qu'à se rendre à Üzülmez pour réaliser... un de mes rêves fous ! 

J'ai encore tant de choses à dire sur ces moments intenses vécus grâce à mes nouveaux amis que je ne remercierai jamais assez pour cela.

 
 De gauche à droite, Turan, l'ingénieur accompagnateur, un mineur et le chef d'équipe du forage visité

Aussi, je vous propose de poursuivre la visite dans mon prochain billet et de continuer un bout de chemin dans les galeries ensemble.

 

 


 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

pascal 01/03/2012 20:58

bonsoir Nath,

super article, avec un bout d'Alsace aussi (cité Anna me rapelle un ami), et bien débrouillarde comme dab!

Nat 02/03/2012 06:31



Oui, c'était "des cités de Wittelsheim, Staf et Pulversheim à celles de Zonguldak"...



Mirage 03/09/2008 21:20

La maison alsacienne comme première photo d'un de tes articles, cela frôle presque le "choc culturel"!!!! (hihihi!!!!)
Par contre j'ai reconnu tout de suite le çayhane de Küçük Aya sofia, un petit oasis si agréable.
Et pour finir, respect, respect pour ta tenacité!

Nat 04/09/2008 05:31


Je n'ai pas trouvé de photo du puits Rodolphe qui est à présent dans l'enceinte de l'écomusée, voilà pourquoi... Ah le çay bahçesi de la medrese de Küçük Aya Sofia, quelle tranquillité !


bunny le chti 03/09/2008 18:08

salut
je suis un ancien mineur du pas de calais
je te félicite d'être descendu car faut avoir le courage
bonne soirée

Nat 03/09/2008 19:54


Je suis ravie qu'un ancien mineur français soit "tombé" sur mes articles concernant les mines de charbon en Turquie. Bonne soirée également à vous.


Jean-Yves 03/09/2008 15:34

Alors tout d'abord la maison, j'aime ce style, et la barrière qui va avec.
Alors ton histoire est fantastique. On voit le caractère, tu ne te laisse pas démontée. Je vais t'angager pour renégocier mon contrat de travail...hi hi hi.
à demain pour la suite de ces aventures.

Nat 03/09/2008 17:55


J'avais oublié de mettre la légende sous la photo de la maison alsacienne, je viens de le faire à l'instant.  Il m'en faut plus pour que je baisse les bras...


Cat 03/09/2008 11:38

C'est bien aussi de connaitre l'envers du décor de tes reportages. J'admire ta ténacité!

Nat 03/09/2008 17:54


Coriace l'alsacienne !


Chantal 03/09/2008 11:34

eh bien ta persévérance t'a permis cette visite que je partage avec curiosité
merci

Nat 03/09/2008 17:54


Il faut toujours perséverer...


Danielle de Strasbourg 03/09/2008 11:14

Je croyais que les Bretons étaient têtus...mais,les Alsaciennes!!!!Les rencontres sont souvent la porte ouverte vers d'autres découvertes.Mon compagnon,féru de photographie,demande la marque de ton appareil,il apprécie ,comme moi, tes photos...

Nat 03/09/2008 11:30


Les Alsaciennes, surtout quand elles s'appellent Nathalie, le sont sans doute encore plus ! J'ai un Canon EOS 350 D mais si c'était à refaire, je prendrais un boîtier plus performant... Il est
parfois limité pour certaines prises de vues.