Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 13 ans

Les bergers des alpages du Nord-Est de la Turquie



Même si une carte a été publiée au début de mon périple pour situer la région de Kars et d'Ardahan, du temps a passé depuis et de nouveaux lecteurs sont arrivés entre temps.

Voici donc à nouveau la carte de la Turquie avec le nom de toutes les provinces et qui permet de localiser ce coin du pays où j'ai traîné mes guêtres le mois dernier durant une semaine. Le village d'Aşağı Aydere Köyü ainsi que les alpages sont situés un peu au nord-est d'Ardahan, près de la frontière géorgienne et sont localisés plus ou moins précisément sur la carte...



 Aşağı aydere köyü, Hanak, Türkiye


Lorsqu'on est dans les alpages, on voit régulièrement plusieurs tentes visibles souvent de bien loin de par leur taille, ce sont celles des "çoban", les bergers.

Ils viennent là en famille en mai et restent jusqu'à mi-septembre en général. Ils sont soit kurdes, soit türkmen.

 

Tous les ans, en avril, les maires des villages descendent à Hanak, la ville la plus proche et rencontrent des bergers qui proposent leur candidature pour garder les troupeaux durant la belle saison.

Les personnes susceptibles de faire l'appel iront ensuite avec les maires dans les villages mêmes finaliser leurs affaires avec les propriétaires concernés.
  
 

Lorsque je suis allée aux alpages d'Aşağı Aydere Köyü, j'ai immédiatement localisé les tentes des bergers et ai émis le souhait d'aller à leur rencontre afin de passer un petit moment avec eux.


 

   

Seule mise en garde qui m'a été faite, les chiens, les fameux "kangal" qui peuvent être très féroces et dont il faut se méfier.... mais à l'heure de la sieste, il n'y a pas trop de soucis à se faire !

  

Comme partout, l'accueil est chaleureux. Mehmet, le berger avec qui je parle en premier, est kurde et vient d'Iğdir, près de la ville d'Ağri située à proximité du mont Ararat.

Ils sont en tout une quinzaine de personnes à s'occuper des bêtes du village.

                

Sa ravissante épouse me propose de venir avec elle car une autre femme est en train de préparer du pain derrière les tentes. Là, je retrouve  cette technique de four à ciel ouvert que j'ai déjà vue par ailleurs et que je trouve particulièrement intéressante.


                    

Un trou aménagé dans le sol, on y fait du feu et lorsque les braises sont suffisantes, on plaque les fines galettes de pain contre la paroi en faisant attention de ne pas se brûler bien entendu.

                

Quelques minutes suffisent pour que les pains croustillants et savoureux soient cuits. On m'en offre un que je manipule avec précaution tant il est brûlant et Mehmet demande immédiatement qu'on y rajoute un fromage de leur propre fabrication.

Accompagnée par les enfants et par l'épouse de Mehmet, nous allons  faire un tour sous la tente principale. Comme dans les maisons, le poêle est présent là aussi, posé à l'entrée.

 

Une fois de plus, j'aurais passé un moment agréable mais bien trop court à mon goût avec ces personnes qui ont une vie particulière mais combien utile à la population locale. La femme de Mehmet aurait aimé tuer un agneau en mon honneur si elle en avait eu un à portée de main, j'en suis touchée.

                

Une des mignonnes petites au sourire éclatant nous accompagne quelques pas, intimidée et curieuse à la fois.

Ces quelques jours de bonheur simple mais intense s'achèveront le lendemain, toutes les bonnes choses ont une fin. 

                

Là encore, comme au village, en compagnie de Tamile, de Ferman, d'Ismail, de Ballı teze et de hanım nine entre autres, comme aux alpages des türkmen avec mes petites amies Yağmur et Birgül que vous connaissez maintenant également, je ne manquerai pas de revenir. 

 

Merci pour tous ces moments passés avec cette grande famille d'adoption qui m'a tendu les bras avec tant de chaleur et d'amitié comme on sait si bien le faire en Turquie.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Mirage 18/09/2008 23:47

En réponse à Isis, c'est vrai que quelques jours dans ces alpages sous la terre ou sous la tente, cela me tenterait bien! Mais en plein été de préférence!!!!

Nat 19/09/2008 05:32



De toute façon, tu ne trouveras pas de tente dans les alpages après la mi-septembre... ni personne d'autre d'ailleurs.



Richard Lejeune 18/09/2008 19:39

Terriblement "traumatisé" par les conditions atmosphériques déplorables de l'été belge, ma seule question (surtout quand j'apprends que tu étais dans ce village le mois dernier, donc en août, et que je vois le gars avec un pull sous son veston): quel est le climat de ces régions frontalières avec les terres d'URSS (pour faire simple) ?

Nat 18/09/2008 20:49


Ha ha, ton commentaire m'a bien fait rire. Rassure-toi, en journée, il faisait très beau et très chaud (une trentaine de degrés), hormis durant les périodes orageuses où forcément la température
baissait brutalement et la nuit. Le village étant à 2600 m d'altitude et les alpages à 3200 mètres, les fluctuations sont bien plus importantes et rapides. De plus, je dirais que les gens sont très
frileux ici.


Isis 18/09/2008 19:37

Comme d'habitude de belles photos, de nouvelles découvertes émaillés de jolis textes!

Ce qui ressort des commentaires , c'est que de plus en plus de gens troqueraient bien leur vie de confort( pour qq jours au moins )et aller vivre à la turkmen.
Je sais que tu es en vacances en ce moment, profites en bien, je ne sais pas si tu iras chez moi, fais le moi savoir......et bon repos

Bises

Nat 18/09/2008 20:45


Entre vivre quelques jours dans des conditions différentes de la normale ... et toujours, il y un autre pas que sans doute moins feraient. Je pars en fait samedi matin... mais pas chez toi
directement, dans la région. öptüm


cecile dossetto 18/09/2008 12:52

Trés belle photo de la jeune fille, elle a un magnifique sourire.
Impressionant le pain qui "colle" aux parois!!!
cécile

Nat 18/09/2008 18:46


Décidément, ce pain a l'air d'en étonner plus d'un..


chantal 18/09/2008 12:04

elle est vraiment en OR cette famille qui t'a fait partager tant de petits bonheurs simples.

Nat 18/09/2008 18:45


Ce sont les plus simples qui sont souvent les meilleurs et c'est effectivement une famille en OR !


Jean-Yves 18/09/2008 10:05

Merci pour cette carte. C'est vrai que j'ai pris le train de la turquie en cours de route. Et n'est pas eu le réflexe d'aller voir tes précédents articles. Quel molosse ce chien. Imprssionnant cette façon de faire tenir en équilibre contre la paroi le pain fait maison au grand air.
Tes périples sont tellements divers et variés que la Turquie entière doit te connaitre maintenant. Difficile pour toi d'aller visiter tout le monde.

Nat 18/09/2008 18:45


Non, non, je ne connais pas encore le pays tout entier, j'ai encore beaucoup à faire, à découvrir... et à vous faire découvrir. Le plus dur est de jongler entre les lieux où je veux retourner
régulièrement (et il y en a beaucoup) et ceux que je veux enfin voir...