Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 13 ans

Le ballet incessant des paquebots à Istanbul


Le thermomètre flirtait hier en début d'après-midi avec les 26° et dans ces conditions, impossible de résister à l'appel des doux rayons du soleil automnal.


Il suffit de dégringoler les escaliers de Cihangir puis de dévaler la dernière pente pour se retrouver face au Bosphore.

Rien de tel que de s'asseoir et d'observer le spectacle des quelques paquebots géants qui arrivent ou qui repartent. En effet, leur point d'ancrage principal est situé à quelques dizaines de mètres de là, à Tophane.


   
                                                      En route pour la Mer Noire

Ces "monstres" sont impressionnants de par leur taille, leur infrastructure, cette part de rêve qu'ils emportent avec eux, permettant à des voyageurs venus du monde entier de faire escale pour quelques heures ou quelques jours dans l'ancienne Constantinople.

L'étonnement et le ravissement devant cette ville entourée d'eau est sans doute le même aujourd'hui que durant la seconde partie du XIXème siècle où de nombreux voyageurs arrivaient par la voie maritime.

   
                                                       Un géant quitte Istanbul


En une heure à peine, deux immenses bateaux quitteront Istanbul, escortés par deux remorqueurs de la sécurité maritime, en ayant pris grand soin d'actionner leur klaxon sourd à trois reprises.

L'un prendra la direction des Dardanelles alors que l'autre remontera le Bosphore pour continuer sa route vers la Mer Noire. Un troisième que je voyais grandir sur la ligne d'horizon vient amarrer à son tour. 

  
                                                Bienvenue au nouvel arrivant

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Cat 06/10/2008 14:59

Que serait Istanbul sans son Bosphore sillonné par ces monstres des mers?

Nat 06/10/2008 15:21



Il manquerait un élément important de son âme et de son énergie...



Jean-Yves 06/10/2008 09:48

Je n'ai pris le bâteau qu'une fois dans ma vie, du Havre jusqu'en Irlande, j'étais ado. et j'ai adoré ce voyage de 16 heures sur la Mer.
J'aime bien la deuxième photo !

Nat 06/10/2008 11:42



Pour ma part, j'ai descendu le Nil à deux reprises, d'excellents souvenirs !



Huguette Raynaud 05/10/2008 20:06

quel plaisir Nathalie de m'offrir chaque soir, un voyage sur les ailes du temps et de vous rejoindre à Cihangir.
Istanbul accueil , dont j'ai connu les premiers pas, Pala Sair, personnage connu sur Istikhal, et le boulanger qui hurlait existe-t-il encore?
et les géants sous mes fenêtres, merci de ma faire revivre ces jours heureux . Huguette

Nat 06/10/2008 06:55


Le boulanger qui hurlait ? Hormis le marchand de simits qui passe dans la rue en hurlant "simitçi", je ne connais pas de boulanger qui lui fait de la concurrence.


Selene 05/10/2008 17:46

26° ? BUAAHHHHH !
Je suis jalouse :)

Nat 05/10/2008 17:48


Suite aux averses du jour, on a perdu quelques degrés aujourd'hui !


chantal 05/10/2008 10:51

quand un bateau passe
quand un train siffle
quand un avion s'envole vers le ciel ....

un peu de nostalgie et d'envie de partir ?

Nat 05/10/2008 17:49



Pour ma part, je n'ai pas envie de partir, tu parles pour toi ?



Danielle de Strasbourg 05/10/2008 10:07

Rester ou partir??

Nat 05/10/2008 17:49



Moi, je reste...



gracianne BANCON 05/10/2008 09:26

L'extérieur des paquebots impressionne toujours autant.
Mais dès que l'on monte dedans, je n'aime pas cette impression d'être enfermée,orientée, entassée, parquée avec la foule des voyageurs, que je ne ressens pas sur un grand voilier.

Pourtant j'ai bien envie un jour d'effectuer une traversée en Cargo mixte.

Pour aujourd'hui, je préfère la place du Pêcheur. Pas tellement pour la pêche mais pour la gratuité du spectacle permanent d'un port.

Nat 05/10/2008 09:29



Je partage avec toi, bien plus que le spectacle des paquebots, celui des ports de pêche, des chalutiers de toutes tailles ou des barques qui s'y trouvent. Je peux rester des heures dans celui de
Rumeli Feneri qui est mon préféré.