Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 14 ans

La Journée Européenne de la Culture Juive fêtée à Istanbul

Article publié dans le journal "Aujourd'hui la Turquie" d'octobre 2008

Cette journée a été lancée en 1996 dans le Bas-Rhin sous la formule « journée portes ouvertes » par l’association juive B’nai B’rith Hirschler de Strasbourg, en partenariat avec l’Agence de Développement Touristique du Bas-Rhin.

De nombreux sites juifs tels que synagogues, cimetières, musées, etc, ont ainsi été ouverts au public chaque été (200 sites répertoriés rien qu’en Alsace). Des animations, des visites guidées, des conférences et des concerts, y ont été organisés.

    
                         Choeur Ilahileri sous la direction de Cako Taragano - synagogue italienne

Le projet devient international en 2000 avec la création de la « Journée Européenne de la Culture Juive » dont les objectifs sont :

-       De rassembler et de sensibiliser les Européens au patrimoine historique et culturel commun, dans un esprit de tolérance et de dialogue

-       De faciliter l’accès à la culture

-       De souligner la nécessité de préserver ce patrimoine de la destruction et de l’oubli

-       De développer un tourisme européen autour de la culture.


 

   
 Linet Şaul, chanteuse d'opéra, accompagnée par Albert, Alper et Tracy D. Aziz -  chants populaires judéo-espagnols - Synagogue Aşkenaz

Cette journée est aussi le résultat de l’apparition de nouvelles dynamiques de coopération entre 30 pays et régions qui veulent participer au même moment à un projet commun.

A Istanbul, ce dimanche 7 septembre 2008, la foule est au rendez-vous dans le quartier de Galata, un des coins de la ville où la population juive a été la plus concentrée.

Les juifs de la ville se retrouvent pour une journée de fête où la musique et le chant sont rois, des musulmans, des touristes, viennent quant à eux découvrir et enrichir leurs connaissances d’une culture finalement méconnue.

   

Groupe Klez-Mez composé de E. Bora Gürel, Özlem Gürel, Sumru Ağıyürüyen et Yuri Ryadchenko - synagogue Aşkenaz 

Trois synagogues de la ville sont exceptionnellement ouvertes au public : la synagogue italienne, la synagogue Aşkenaz (de la communauté Askhenaze qui lui a donné le nom) et la synagogue Newe Şalom, la plus récente et sans doute la plus tristement connue suite aux deux attentats commis en 2003 et en 2006 et qui ont fait à eux deux plus de 40 victimes.


                  
                                          Public nombreux et enchanté

Des récitals et concerts y sont donnés par d’éminents artistes juifs, l’ambiance est particulièrement joyeuse et animée.


Un récital de piano est donné par Angelika Akbar dans le musée de la banque ottomane, pour la plus grande joie de ses auditeurs.


                
                                                     Angelika Akbar

A Newe Şalom, un mariage fictif est organisé en fin de journée afin que le public découvre les rites et coutumes juives à cette occasion.


   
                              Célébration fictive du mariage - Synagogue Newe Şalom

Le centre culturel Schneidertempel, quant à lui, propose une exposition de dessins ainsi qu’un concert, tandis que celui de Newe Şalom, ce sont des peintures et sculptures réalisées par des artistes juifs qui sont présentées.

L’ancienne synagogue Zülfaris, reconvertie en 2001 en musée juif à l’occasion du 500ème anniversaire de l’arrivée des juifs d’Espagne dans l’empire ottoman, permet de découvrir l’histoire de cette communauté qui a pu vivre dans sa nouvelle patrie sans discrimination. Une exposition temporaire de photos concernant la vie d’Aron Angel s’y tient.

                   

                                               L’ancienne synagogue Zülfaris

Au centre culturel italien, un concert est suivi par une exhibition de danse par le groupe Karmiel composé de 30 danseurs de réputation internationale.

Plusieurs conférences, lectures et diaporamas sont également proposés au centre culturel Newe Şalom et à la synagogue italienne. Des visites guidées culturelles permettent de découvrir l’héritage juif.

                          L'ensemble Yinon Muallem - Synagogue italienne

A chaque endroit, de délicieuses pâtisseries juives sont offertes aux visiteurs.

Cette journée riche à tous points de vue s’est terminée en apothéose par un geste symbolique très fort. En effet, la communauté juive a offert un iftar (repas du jeûne) aux musulmans en cette période de Ramadan. Tout le monde s’est retrouvé dans la salle des mariages de la mairie de Beyoğlu mise à disposition à cette occasion. 

  
                                              Iftar offert par la communauté juive

Une prière à haute voix a été faite à l’invitation de l’imam sur place pour remercier les frères juifs de cet acte d’amitié.

Des gestes de ce genre, de part et d’autre, d’une richesse sans nom, ont clôturé en beauté ce dimanche pas comme les autres dans le quartier de Galata à Istanbul.

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jean-Yves 07/10/2008 12:41

N'as-tu jamais pensé à enregistrer et nous faire partager ces sons !?

Nat 07/10/2008 12:53



Mon appareil photo n'enregistre pas et je prends déjà des notes en même temps, tu vois le tableau. Par contre, à la sortie de l'un ou l'autre concert, il y avait des cd à vendre, j'aurais pu en
effet... rdv pour l'édition de l'année prochaine...



Mirage 07/10/2008 09:16

Pour répondre à ta question un temps soit peu rhétorique, je dirais que pour ce qui est de l'Europe de l'ouest c'est malheureusement de plus en plus le cas!

Est-ce que la synagoge devant laquelle nous étions passées à Balat était ouverte pour l'occasion? J'ai trouvé une info sur le forum, je te l'envoie d'ici peu.

Très beau geste que l'iftar offert par la communauté juive! Cela me fait penser à une initiative en Hollande, où la communauté musulmane d'une petite ville voulait fêter la fin du ramadan avec la communauté juive vu que cette année Rosh Hashana tombait à la même date. Malheureusement je ne retrouve plus l'article.

Nat 07/10/2008 10:15



Ce ne sont que les synagogues et bâtiments de la communauté juive dans le périmètre de Galata qui étaient ouverts au public pour l'occasion, étant donné toutes les manifestations, concerts
et autres qui s'y déroulaient. Cela permetttait aussi de profiter au maximum de la palette récréative offerte.



Jacqueline 06/10/2008 21:12

Quel exemple pour nous tous...
le respect de l'autre!
Merci Nathalie

Nat 07/10/2008 06:23


Finalement c'est cette marque de respect qui aura le plus attiré l'attention de tous, serait-ce devenu si rare ???


Cat 06/10/2008 14:58

Interessante initiative qui permets d'en savoir plus sur un monde que nous ignorons souvent!

Nat 06/10/2008 15:22



Il faudrait l'étendre à d'autres religions afin de les connaître mieux aussi.



Perrine 06/10/2008 10:53

Bel exemple d'ouverture d'esprit et de tolérance de part et d'autre!!

Nat 06/10/2008 11:44


La tolérance est bien plus au rendez-vous en Turquie que dans beaucoup de pays d'Europe.


Jean-Yves 06/10/2008 10:13

Je vais m'arrêter sur tes photos, Cette ambiance de couleur chaudes.
Je suis comme un petit enfant devant le sapin de noël, quand je vois un artiste avec son instrument et encore plus quand il s'agit du violon.

Nat 06/10/2008 11:43


Je me suis rendue compte qu'il n'est pas facile de prendre des musiciens à l'oeuvre en photo, entre les micros, les doigts qui bougent parfois plus. Tu aurais entendu ce violon.... à te donner des
frissons.


chantal 06/10/2008 09:09

Accepter d'apprendre à connaître et amitié feront bien plus que les grands discours et ayant vécu dans d'autres pays que le mien je n'en ai acquis que de l'enrichissement

Nat 06/10/2008 09:16


Je partage ton avis.


Danielle de Strasbourg 06/10/2008 08:18

La communauté juive d'Istanbul,une longue histoire.Beaucoup parlent un français un peu désuet et bien d'autres langues.Un grand salut à mes anciens élèves juifs et à leurs familles qui m'ont beaucoup apporté,salut Riva et les autres.

Nat 06/10/2008 08:55


Comme tu dis, une longue histoire...


gracianne BANCON 06/10/2008 07:57

Ce qui prouve bien que les humbles sont capables de plus de discernement, de spontanéité et de fraternité que les fanatiques de la politique.
Mais cela, on le sait bien !

En Afrique noire, pour ne parler que du Burkina Faso que je commence à bien connaître, les Catholiques fêtent la fin du ramadan et les Musulmans Noël... tout cela avec un arrière-plan animiste.

Les fêtes religieuses ne sont-elles pas l'occasion de se retrouver, de chanter, se rapprocher, communiquer (communier) avec Dieu comme dénominateur commun ?

Nat 06/10/2008 08:04



Je trouve ton exemple au Burkina Faso très intéressant également. Pourquoi se compliquer l'existence inutilement, elle l'est souvent déjà bien assez.