Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 14 ans

A pied, en bateau ou en bus à Istanbul, quelques moyens parmi d'autres


A Istanbul, on se déplace beaucoup mais heureusement avec tous les moyens de transport qui existent ici,  vous arriverez à bon port.


A pied bien sûr, on peut aller partout. Mais quand on a quelques dizaines de printemps au compteur, ce n'est pas facile de monter et descendre continuellement.


         


Les bus sillonnent la ville de long en large. Et même quand on n'est plus tout jeune, on prend sa canne à la main et on s'installe de préférence près d'une fenêtre pour profiter du spectacle permanent de la rue.

              

A ce propos, je reste toujours admirative devant le respect aux anciens et aux femmes également, à qui on laisse immédiatement sa place que ce soit dans le bus, le mini-bus, le tramway ou le métro. Combien de fois m'a-t-on remercié par un "teşekkürler yavrum" (merci mon petit") pour avoir cédé ma place ... 

Le vapur, ces bateaux qui relient les rives des deux continents, font partie des transports indispensables à Istanbul. Même si les trajets sont pour la plupart très courts, on en profite pour faire un petit somme pour se requinquer. 

             

Et si on a un peu plus de temps devant soi et assez de place, il n'est pas rare de voir l'un ou l'autre passager terminer ici sa nuit...

  

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Müge 15/11/2008 18:35

Pour moi qui habite à Moda donc tout près de l’embarcadère de Kadıköy, le moyen de transport le plus confortable est le bateau. Quand j’étudiais au Lycée Saint-Benoît je prenais le bateau de Kadıköy-Karaköy, puis aux années de l’université (d’Istanbul) j’ai pris le bateau de Kadıköy-Eminönü, et maintenant je prends tous les jours soit le bateau de Kadıköy-Beşiktaş (pour aller à notre cabinet d’avocats) soit Kadıköy-Eminönü (pour aller au palais de justice de Sultahahmet). Et si je dois aller à l’aéroport d’Atatürk? Aucun problème. Je prends le “deniz otobüsü” (bus de mer) de Kadıköy-Bakırköy :-)

Amitiés,

Nat 15/11/2008 19:22



C'est clair que le bateau tout comme les systèmes de transport sur rails ont le mérite de ne pas connaître les bouchons et d'arriver à l'heure aux rendez-vous. Il m'arrivait pendant longtemps de
faire une traversée sans but précis vers Üsküdar ou Kadıköy juste pour le plaisir...



Caméléon des Neiges 13/11/2008 22:42

Il faut aussi préciser, qu'à la différence de nos grandes villes européennes, même aux pires heures de pointe, il n'y a pas de tension ou d'agressivité.
Vous êtes coincé au milieu du tram, vous pensez que vous n'arriverez jamais à atteindre la porte pour le prochain arrêt mais vous dites 'pardon', vous effectuez une pression, et toute le monde fera un effort, se compressera encore un peu plus pour vous laisser vous glisser.
C'est en tout cas l'expérience que nous en avons.
J'ai beaucoup apprécié les photos de personnages.

Nat 14/11/2008 05:48


Hormis ceux qui veulent sortir et ceux qui veulent rentrer en même temps, effectivement on se poussera toujours quitter à sortir du tram pour vous laisser descendre... avec le sourire en prime.


Arlette 13/11/2008 20:00

Encore quelque chose à découvrir, les transports en commun. Je trouve que c'est un des meilleurs endroits pour connaitre la mentalité des habitants d'un pays.

Nat 13/11/2008 21:01



Les transports en commun sont effectivement un indicateur sociologique intéressant et permettent ainsi d'être plus proche de la population locale.



Mirage 13/11/2008 14:39

Détrompe-toi, Cat, ça dépend du jour et surtout de l'heure! Aux heures de pointe, ce n'est pas mieux, sinon pire, qu'à Paris.

Mais même dans un tram archi-bondé où tu es encore plus coincé que les sardines dans leurs boîtes, tu peux avoir l'heureuse surprise qu'un plus jeune ou un homme se lève pour te laisser sa place!

Nat 13/11/2008 17:48


Merci pour ces précisons Mirage qui sont parfaitement exactes.


chantal 13/11/2008 11:03

Emotion avec cette vielle dame qui porte son fardeau mais sûrementaussi celui des ans et des soucis

Nat 13/11/2008 17:47


Oui, elle m'a aussi ému cette brave dame.


Cat 13/11/2008 10:27

Ca a l'air autrement plus reposant que sur la ligne A du RER parisien!

Nat 13/11/2008 17:47


Ca dépend des heures...


Danielle de Strasbourg 13/11/2008 10:21

Les "minibüs" existent-ils toujours de Taksim vers Sariyer par exemple?Les premiers mots que j'ai appris:"inecek var"!!!

Nat 13/11/2008 17:47


Depuis 5 ans que j'habite ici, je n'ai jamais vu de minibus allant de Taksim à Sariyer. Par contre, je me demande si tu ne confonds pas la liaison minibus Besiktas-Sariyer qui monte Barbaros Bulvar
en passant par Maslak etc... Au début, je m'étais trompée en disant "inek var" et tout le monde a bien ri car je venais de dire "il y  a une vache" au lieu de "quelqu'un veut descendre".


nasah 13/11/2008 09:16

Pour continuer sur le vapur, il n'est pas rare de voir également des marchands ambulants faire l'éloge ou la démonstration d'objets en tout genre ( dans le train également, même sur de courts trajets ! ) sans parler des rencontres inattendues !

Nat 13/11/2008 17:43



Tu as absolument raison. Il faut que je fasse une petite collection de photos de vendeurs dans les transports en commun afin de pouvoir consacrer un billet sur le sujet. En hiver, il y en a moins
sur les vapur, il faudra donc patienter.



CARAMBAOLE :0114: 13/11/2008 08:39

je vous souhaite une bonne journée
j'ai pris plaisir à vous lire ce matin

Nat 13/11/2008 17:41


Merci, pourquoi les autres jours, vous ne prenez pas plaisir à me lire ? (clin d'oeil)