Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 17 ans.

Du bretzel au simit

Güney, hameau de Seydiler, en Mer Noire

Güney, ce hameau perché à 1000 mètres d'altitude, où vivent huit familles en hiver et une douzaine en été, est rattaché à la commune toute proche de Seydiler, elle-même située à une trentaine de kilomètres au nord de Kastamonu et à une bonne cinquantaine de kilomètres de la Mer Noire.


Agrandir le plan



Chaque famille est connue par son surnom : il y a par exemple Kadılar, les juges de l'époque ottomane, les İnce kaşlar (fins sourcils !), les Sofular (ceux qui sont instruits, au sens religieux), les Yesirler (prisonniers de la Première Guerre Mondiale").

Pour ma part, je suis chez les Hacılar, ceux qui ont fait le pélerinage à La Mecque. L'origine historique de ce surnom vient de Hüseyin Bilaloğlu, arrière-arrière-grand-père de Talip, le mari de mon amie Tülay. Il a vécu de nombreuses années à Damas et à Alep en Syrie où il exercait le métier de cuisinier. A trois reprises, en compagnie de ses chameaux, il a été le premier homme originaire de Kastamonu  à faire le pélerinage de La Mecque.

    
           
                   Hikmet et Selim, les enfants de Tülay et Talip, les "hacılar" de Güney

Pour la petite histoire, lorsqu'Atatürk est venu à Kastamonu en août 1925, il a proposé à Hüseyin de devenir son cuisinier personnel à Ankara. Mais ce dernier, ayant beaucoup  vécu à l'étranger, souhaitait alors rester auprès des siens. Deux ans après, il est d'ailleurs décédé.

J'ai rencontré hier matin les "ince kaşlar", trois générations de femmes, la grand-mère Necibe, sa fille Sevim et ses deux petites-filles de 11 et 14 ans, Ferda et Eda. J'avais beau scruter les sourcils de chacune, pas de finesse particulière à noter. J'ai donc posé la question à Sevim pour connaître le possesseur de sourcils aussi fins. Il s'agissait en fait de son arrière-grand père paternel.... Voilà ma curiosité satisfaite.

                       
                                      Necibe, la grand-mère des "ince kaşlar"

Les familles de Güney et des villages alentours vivent ici de l'élevage (bovins, ovins, poules et dindes) et de l'agriculture, essentiellement du blé, de la betterave sucrière et de la pomme de terre.

  
                          Des champs à perte de vue sous une petite couverture de neige

  
                                          Seraient-ce les dindons de la farce ?

Les journées hivernales sont rythmées par la sortie quotidienne des vaches qui passaient régulièrement sous ma fenêtre à heures fixes, allant ou revenant de la rivière pour s'abreuver.

  
                  Le trafic des vaches est bien plus intense que celui des véhicules à Güney

Pour ceux qui cultivent, ce sont les vacances actuellement puisqu'il faut attendre le mois d'avril en général pour reprendre les travaux des champs après 4 à 5 mois de repos consécutifs à la rigueur de l'hiver.

Certaines maisons du hameau sont telles que je les aime, avec une âme toute particulière. La partie basse est composée de foin et de boue mélangés et le haut de briques de terre cuite jointes par de la boue jaune (qu'on ne trouve pas partout).

 

                                         Maisons traditionnelles de Güney


                            

D'autres sont construites avec d'épais  murs en "yağlı çam", résineux qu'on trouvait dans la forêt existant aux alentours il y a plus d'une centaine d'années.

 

Je reviendrai sans doute à Güney à un autre moment de l'année pour continuer la découverte de cette région authentique où les habitants sont aussi chaleureux que partout dans le pays.


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nadine 07/10/2014 21:02

merci de ce petit reportage et de ces images de guney: ma fille margaux a la chance d'y etre actuellement, invitée par tulay dont nous avons fait l'heureuse connaissance à la mi-septembre, lors de notre séjour à istanbul!

suzan 26/01/2009 23:25

C'est très intéressant!!!Vous me charmez avec les informations que vous fournissez!!!Félicitation et merci d'avoir créer un site pareil (riche en information et découverte)

Nat 27/01/2009 05:27



Merci Suzan, un des objectifs est de faire connaître... ce qui est guère ou peu connu.



fée des agrumes 13/12/2008 14:22

Bien des Turcs vivant en France viennent de petits villages. Je suis contente d'en apercevoir ici.

Nat 13/12/2008 17:12


D'ici demain, tu en verras bien plus encore...


Richard Lejeune 13/12/2008 11:10

Qu'est-ce qui motive la différence du nombre de familles en été par rapport à l'hiver ?

Nat 13/12/2008 17:08


Tout simplement par les familles qui résident à Istanbul (ou ailleurs) toute l'année et qui viennent soit pendant les vacances, soit lors de fêtes... comme c'est le cas pour mes amis.


Perrine 12/12/2008 22:45

Les exemples que j'ai donné sont pour les noms de famille (c'est Ali qui m'a expliqué ça en fait).
Mais j'ai déjà regardé un film dans lequel un personnage qui était très grand était surnommé "minik";-)...

Nat 13/12/2008 06:31


Tamam canım.


Pierre G 12/12/2008 22:37

bravo pour ce joli site très instructif!! bonne soirée

Nat 13/12/2008 06:34


Merci Pierre, bonne journée.


Perrine 12/12/2008 17:03

C'est toujours chouette d'entendre les noms de famille turcs, ils ont toujours une signification!! J'en ai déjà entendu quelques uns d'assez marrant, du genre "incebacak";-) (ce qui veut dire "fine jambe" pour les non-turcophones).
Ce qu'il faut savoir c'est que au moment où les turcs ont pu choisir un nom, certains ont trouvé ça marrant de choisir un nom qui exprimait le contraire de ce qu'ils étaient, du genre "küçük" pour quelqu'un de grand...

Nat 12/12/2008 17:10



Les exemples que tu donnes sont-ils pour des noms de famille ou pour des surnoms, comme c'est le cas à Güney par exemple.



PatdeStra 12/12/2008 14:06

Un " billet " que j'apprécie !
une petite question ,as tu pu savoir le nom turc de ces familles, car haci est le terme arabe qui désigne celui qui a fait le pélerinage à la Mecque...
Je serais pas mal intéressé par la répartition géographique des noms d''origine ouralo altaïque
ex : oktay...
je crois savoir qu'il existe dans le langage beaucoup de nom d'origine arabe, quelle st l'approche des gens quant à cet état de fait...

Nat 12/12/2008 17:05


En turc, on utilise aussi le mot "haci" qui est effectivement arabe à la base. Quand tu parles de noms d'origine arabe, tu penses aux prénoms ou aux noms de famille (instaurés par Atatürk) et
où il n'a pas, à ma connaissance, beaucoup à consonnance arabe, mais plutôt ...le fils de (oğlu) ou qui évoque le métier du père de famille. Du coup, je ne peux pas réellement répondre à ta
question, je ne pense pas que les gens se la posent plus que moi. Loupé pour l'instant !


Libanat 12/12/2008 12:02

Merci pour ce récit et les jolies photos...
Juste une petite précision, si je ne m'abuse, je crois que Şam est la traduction turque de Damas. J'ai eu l'impression que tu citais deux villes différentes ("Damas, Alep et Şam en Syrie").
Bon retour à Istanbul !

Nat 12/12/2008 13:00



Tu as raison, Damas s'appelle en fait Şam en turc... et je viens de l'apprendre grâce à toi. Je pense que dans le flot de la discussion lors des explications qui m'ont été données, les deux noms
ont été évoqués comme si c'était deux lieux différents. Je rectifie le tir.



Cat de La mansarde bleue 12/12/2008 11:15

Tu veux dire que tu es là-bas en ce moment? J'aime bien ces bonds que tu nous fais faire sur la carte! Beau reportage avec de toujours aussi belles photos!

Nat 12/12/2008 11:20


C'est là où j'étais... durant 4 jours jusqu'à hier, je suis de retour à Istanbul depuis ce matin de bonne heure (je suis rentrée en bus de nuit).