84 marches et une visibilité de 18 milles

Je ne suis pas prête d'oublier cet escalier. Je l'ai emprunté à trois reprises en 24 heures, les 7 et 8 juin 2008. Ma montée au phare de Rumeli Feneri restera l'un de mes plus forts souvenirs de cette année.  

                   
                                  5 h 35 du matin, le jour est levé  

Ce village situé sur la rive européenne au bord du Bosphore et à l'embouchure de la Mer Noire est un de mes "coups de coeur" où je ne me lasse pas de retourner. J'ai eu l'occasion de le présenter à plusieurs reprises.

Munie de l'autorisation écrite des services de sécurité maritime, j'ai passé en tout 4 h 30 dans cet édifice qui a tant d'importance pour les innombrables bateaux qui empruntent cette "autoroute maritime" qu'est le Bosphore.

   08.06-184-C.jpg     
                     Après avoir franchi 65 marches, nous voilà au 4ème étage.

Vu de l'extérieur, on ne se doute pas que pour aller jusqu'à la petite lampe du phare, il faut monter 84 marches réparties sur 6 étages.

                  
                                        9 marches de plus jusqu'au 5ème niveau

Après un tout dernier escalier métallique de 10 marches, me voilà dans le saint des saints ! Une robe de verre entoure le précieux habillage de la lampe, également en verre.

                  7.06.2008-206-C.jpg

                  6.06.2008-098-C.jpg

Dévorer cette lampe du regard, scruter attentivement autour d'elle les moindres détails, voir le monde à l'envers en travers ce verre qui provoque l'effet de loupe, comment expliquer ce qu'on peut ressentir...

  6.06.2008-099-C.jpg        
                  
Bien entendu, la vue d'en haut est toujours différente. Je pourrais presque toucher le minaret de la mosquée toute proche, quant aux bateaux amarrés dans le port, ils me semblent bien loin.

  6.06.2008-092-C.jpg        

Le phare de Rumeli est visible à 18 milles marin, soit plus de 33 kilomètres à la ronde... Il y a 5 ou 6 ans à peine qu'un système électronique pour le raccordement du phare a été installé. Auparavant, les gardiens devaient monter au moins deux fois par jour vérifier l'installation.

                   
                        Un des battants qui permet d'accéder à la lampe

Ma seconde montée à la tombée de la nuit a été particulièrement enivrante. Je voulais être présente lors du premier déclic du soir et observer ensuite, tel le battement d'un coeur, le rythme de la lumière. Elle se déclenche par deux fois en l'espace de 12 secondes, mais à deux intervalles différentes.
                  
                 
                 
Je serais bien restée en haut du phare toute la nuit si j'avais pu, tant je m'y sentais bien. 

                     
       
J'aurais pu compter les bateaux entrant ou sortant du détroit, mon coeur aurait palpité en cadence avec cette lampe somme toute banale, mais dont les marins ne peuvent se passer.

                     

 

 

Jean-Yves 24/12/2008 07:53

Trop fort le Jean-Yves il a trouvé et sans tricher. Et bien je vois que tu n'as plu le vertige (extrait de ton article du 26 août .../... "Karadeniz (la Mer Noire), tant le vertige m'en empêchait. Mais cette fois-ci, faisant totale confiance à mon ami.../...")
2 fois par jour, quelle santé !
En cadence tel le métronome du musicien... Cette lumière et le métronome des Marins.

Nat 24/12/2008 07:59


Là haut je n'avais pas le vertige car je pouvais me tenir... C'est surtout quand je n'ai rien où m'accrocher que j'ai peur. Quel beau souvenir !


chantal 21/12/2008 16:48

Pas mal la devinette d'hier et superbe le billet d'aujourd'hui ... il va falloir négocier avec les autorités pour y emmener des amis !!

Nat 21/12/2008 17:11


On ne monte pas dans un phare comme on visite l'intérieur d'une mosquée ou d'une église. J'y suis allée avec un projet...


fée des agrumes 21/12/2008 15:16

En France, il y a des personnes qui se battent pour préserver les phares en bon état. Ils font partie du patrimoine.

Nat 21/12/2008 16:12


Ils font effectivement partie du patrimoine et de l'histoire des lieux...


TITI 21/12/2008 12:18

magnifique le phare de Rumeli Feneri, j'aurais bien aimé vous accompagner....bons préparatifs de noël j'attends toute la famille. Bisous.TITI

Nat 21/12/2008 16:12



Le phare est aussi attrayant que le reste du village que nous avons eu le plaisir de voir ensemble. En avant la musique pour vos préparatifs, bisous amicaux.



PatdeStra 21/12/2008 10:29

...superbe complément à intégrer dans les séries
THALASSA !..............

Nat 21/12/2008 10:39



Ce ne serait pas de refus...



Caméléon des Neiges 21/12/2008 09:02

Bonjour Nathalie,
Je suis vraiment heureux de lire vos articles sur ce village. Il sera l'objet d'une visite dès que nous auront l'occasion de retourner à Istanbul.
Les photos de l'intérieur du phare sont splendides. Les couleurs, la luminosité et le dénuement du décor ... sans compter la qualité du cadrage du reporter ;o)
Je suis surpris que la lumière soit produite par une 'simple' ampoule. Savez-vous me dire ce qu'est l'objet rouge juste à côté de la douille?
Merci.
Avec toute mon amitié,
Patrick

Nat 21/12/2008 09:14


Merhaba Patrick, pour ceux qui connaissent déjà Istanbul "touristique", Rumeli est un véritable havre de paix. Vous me posez une colle quant au mystérieux "objet rouge" en question... Je vous
promets d'éclaircir ce mystère... Bon dimanche.


nasah 21/12/2008 08:50

C'est bien ce que je disais, le paradis en somme !!

Pour y avoir été, j'avoue que c'est un lieu qui ne laisse pas insensible,je l'appelle " le bout du monde " d'ailleurs j'ai la chance de pouvoir l'admirer tous les jours, en photo bien sûr, et je ne m'en lasse pas !
Iyi pazarlar

Nat 21/12/2008 08:55



Oui, le village de Rumeli Feneri est un peu "le bout du monde". Et monter au phare du bout du monde... c'est vraiment quelque chose !



Cedistic © 2014 -  Hébergé par Overblog