La dépouille du Pr Eva de Vitray Meyerovitch repose désormais à Konya

  • Nat
  • Soufisme

Après avoir connu Mevlana, Eva de Vitray Meyerovitch, professeur de philosophie, chargée de recherches durant de nombreuses années au CNRS, issue d'une famille bourgeoise chrétienne, mariée à un juif, se convertit à l'Islam et prend le nom de Havva.

                    
                            Eva dans sa jeunesse - photo fournie par Şamil Kucur

Lors d'une de ses dernières conférences, donnée le 26 mai 1998 dans la ville de Konya, en Anatolie Centrale, où repose Celaleddin'i Rumi, le fondateur de la confrérie des derviches tourneurs (appelé aussi Mevlana), elle dit à l'auditoire : "Enterrez-moi à Konya pour rester jusqu'à la fin des temps à l'ombre de la spiritualité de Mevlana ". Elle décède à l'âge de 90 ans le 24 juillet 1999  et sa famille l'enterre dans le cimetière de Thiais, près de Paris. Ce jour-là, elle est entourée de 5 proches...

                           
                      Eva, à la fin de sa vie - photo extraite du journal Sabah du 8.11.2008

Konya était pour Eva le deuxième lieu saint de l’Islam et elle gardait une grande nostalgie de son mausolée visité à plusieurs reprises. Alors qu’elle étudiait et traduisait un texte du XIIIème siècle de Rumi évoquant la ronde des atomes, il y a plus de cinquante ans de cela, elle entendit à la radio une émission scientifique évoquant ledit sujet. Cette coïncidence porteuse de sens à ses yeux l’amène à se convertir à l’Islam, à une période où devenir musulman pour une femme occidentale choquait encore plus que de nos jours.

Alors qu'elle fait son chemin vers l'Islam, une nuit, elle fait un rêve et se voit enterrée dans une tombe comme jamais elle n'avait vu et sur laquelle son prénom écrit en arabe et en perse s'était transformé en Hawa. Elle en conclut qu'elle mourrait vraiment musulmane.

                   
De gauche à droite des amies d'Eva réunies devant sa tombe : Yıldız Ay, Colette Nour-Brahy, Betoule Fekkar Lambiotte et Amina Hassan - photo de Şamil Kucur

Une quinzaine d'années passe, elle se rend pour la première fois à Istanbul et y rencontre un derviche tourneur, architecte de métier, qui l'emmène par hasard voir un chantier dans une ancienne maison de retraite de derviches devenue musée. Elle y découvre avec stupeur une tombe identique à celle de son rêve lointain et apprend que c'est une pierre tombale de femme disciple de Rumi.

                      
Traduction la plus juste possible de ce qui est écrit sur sa tombe : Eva de Vitray Meyerovic, d'origine française, s'est dirigée vers la voie du salut en devenant musulmane - Avec la bienveillance de Mevlana, elle a rendu beaucoup de services - Je souhaite que l'au-dela soit honorée de beauté - Yakut ayant eu connaissance de son décès a communiqué sa date - Madame Havva la mevlevi est partie avec amour - photo de Şamil Kucur

Eva qui a connu tous les honneurs, qui a rencontré durant sa vie de nombreuses personnalités marquantes, qui s'est intéressée à l'homme et aux faits de l'actualité, vécut un choc énorme lors d'un voyage au Maroc alors qu'elle a déjà un âge avancé.  Reçue en privé par un maître du soufisme, ce dernier s'exclame en la voyant "Rumi est ici !" en montrant l'emplacement du coeur d'Eva. Cette dernière fond en larmes !

Cette intellectuelle, écrivain et traductrice, laisse derrière elle une oeuvre majeure : la traduction de 25 oeuvres de Rumi (soit quasi toutes), une quinzaine d'ouvrages personnels, témoignages et mémoires de l'amour porté à l'Islam. Par ses écrits et les conférences données, elle présente au monde un autre visage de l’Islam, reliant l'Orient à l'Occident en brisant de nombreux préjugés, ouvrant les horizons sur la spiritualité musulmane authentique. A travers ses mémoires, son nom restera à jamais associé à son maître spirituel, Rumi, personnage indissociable de sa vie.

               
   Eva de Vitray dans les années où elle était déjà devenue musulmane - photo fournie par Şamil Kucur

Yıldız Ay est originaire de Konya et vit en France avec sa famille. Elle a 16 ans lorsqu'elle rencontre Eva de Vitray à son domicile. Celle-ci la reçoit avec sa soeur qu'elle connaît déjà et sa mère, bien que malade et alitée, avec sa douceur et son amour habituels.

Cette rencontre restera gravée à jamais dans la mémoire de la jeune fille et un message spirituel, compréhensible seulement entre Eva et elle, va passer. Yıldız va se réconcilier avec sa religion, faire connaissance avec Mevlana et se rapprocher de lui. A la mort d'Eva, Yıldız va oeuvrer pour réaliser son voeu le plus cher, de reposer pour l'éternité près de Rumi, et perpétrer la mémoire de cette femme qui l'a guidée spirituellement.

                       
                              Yıldız Ay, lors de la conférence du 16.12.2008 - photo de Şamil Kucur

C'est le 17 décembre 2008, date anniversaire du "Şeb-i Arus", journée commémorative de la mort de Mevlana, que cette femme au parcours hors du commun est venue retrouver son Maître.

                                  
                                                              Rumi

La mairie de Konya, le centre culturel Mevlana et l'Université Selcuk se sont associé pour organiser la cérémonie commémorative donnée en son honneur. Une conférence a eu lieu la veille dans la salle Sultan Veled du centre culturel Mevlana  a permis à de nombreux intervenants, dont Yıldız, d'évoquer la mémoire d'Eva de Vitray. Parmi les présents se trouvaient  M. Tahir Akyürek, Maire de Konya, le Dr Agah Oktay Güner, ancien Ministre turc de la Culture, d'éminents professeurs turcs et étrangers, d'anciens élèves d'Eva, des amis.

       
                             Conférence du 16 décembre 2008 - photo de Şamil Kucur

Les mosquées de la ville ont annoncé le 17 décembre son enterrement qui a lieu à 11 h. Une prière selon les rites funéraires musulmans a eu lieu devant la mosquée de Selimiye située à l'intérieur du complexe du musée de Mevlana.

 
                    Funérailles devant la mosquée Selimiye de Konya - photo de Şamil Kucur

Une assistance nombreuse a participé à la cérémonie, bien plus nombreuse qu'elle ne l'était lors de son enterrement en France 9 ans auparavant. 

                      
                                                  Photo de Şamil Kucur

Son cercueil, revêtu d'un tissu vert, a été porté sur les épaules de plusieurs hommes au cimetière d'Üçler situé à une cinquantaine de mètres du musée Mevlana. Eva a rejoint sa sépulture et la pierre tombale qui avait apparu dans son rêve.

 
                 Transport de la dépouille d'Eva jusqu'au cimetière Üçler - photo de Şamil Kucur

Après la lecture du Coran et les prières habituelles, Eva a été confiée à Mevlana et à Konya... Une vieille dame qui n'a jamais connu Eva, a enlacé ses amis proches venus de l'étranger pour l'accompagner dans sa dernière demeure en disant, les larmes aux yeux : "Maintenant, Eva nous est confiée. Elle est devenue notre soeur... Elle sera toujours avec nous dans nos prières."

   
                                  Mise en terre  et prières - photo de Şamil Kucur

Je voudrais remercier un certain nombre de personnes pour leur aide à différents niveaux :

- Aytekin, ami turc de Strasbourg et fidèle lecteur, qui le premier, en novembre dernier, m'a donné un quotidien turc annonçant le proche évènement en première page, pensant que cela pouvait m'intéresser

- Gülseren, turque francophone habitant Konya, abonnée au blog, qui m'a parlée de la cérémonie à laquelle elle a assisté le 17 décembre

- Şamil Kucur, journaliste turc d'Istanbul, présent également et qui m'a fait parvenir un certain nombre de documents et toutes les photos qui illustrent cet article ; je lui en suis infiniment reconnaissante

- Frère Alberto, ami et spécialiste du soufisme qui m'a mis en contact avec Şamil.

Sans eux, probablement le seul article en français à ce jour concernant le transfert de la dépouille d'Eva de Vitray à Konya, n'aurait pas pu se faire.



rumi 27/04/2012 15:01

Merci aussi à l'auteur du blog c'est NATHALIE c'est ca ? ;o)
nous venons decouvrir ce beau pays tout le mois de mai et bien sur je me suis incris pour recevoir les newsletters du blog !!!
merci
choukrane en arabe :o)

Nat 28/04/2012 07:46



Oui, c'est bien ça ! Bienvenue en Turquie !



rumi 27/04/2012 14:50

bonjour
Merci pour cet article qui m'a emu
Merci à cette grande ame qu'est EVA
Notre mere à tous les soufis de France ...
Merci à eva de m'avoir fait decouvrir l'amour de ma religion

merci

Nat 28/04/2012 07:46



Merci à vous !



Betul 06/05/2011 00:46


Je suis tombée par hasard sur ce site et je voudrais vous remercier pour cet article...
Je n'avais jamais entendu parler de cette courageuse femme et je m'en désole. Je suis émerveillée par ce que cette femme a vécu. c'est aussi tout simplement formidable ce qu'elle a laissé derrière
elle! Je cherchais depuis peu des traductions francaises de Rumi pour des amis non turcophone et voire qu'une femme qui n'était pas du tout musulmane au départ a pu laisser une trace de ce qu'elle
a fait pour les générations à venir me réjouis... merci à elle que Dieu la bénisse!


Nat 06/05/2011 06:38



Il n'est jamais trop tard pour découvrir quelqu'un et il n'y a pas de quoi s'en désoler, chaque chose en son temps. En tout cas, le parcours et la vie d'Eva de Vitray méritent d'être connus et
reconnus...



umit yildirim 02/11/2010 22:36


bonjour,

je viens de découvrir votre site que je trouve formidable. j'ai connu Mme EVA de Vitray lors d'un voyage en turquie, c'était en décembre 2008 lorsque j'ai entendu à la télé qu'elle allait être
enterrée à Konya. Alors je me suis acheté un de ses livres en turque( gunesin sarkisi).je me souviens q'à ce moment j'avais effectué qlqs recherches la concernant mais rien. Et là par hasard c'est
en relisant ce livre que j'ai réessayé, et là ce site! Je vous remrcie. j'aimerais un jour peut etre écrire qlqchs sur elle. bonne continuation. Umit


Nat 03/11/2010 10:03



J'aurais bien aimé la connaître, cette grande dame qui est entrée dans ma vie dix ans après sa mort. Belki bir gün bir şey onun hakkında yazacaksınız, canınız isterse...



Beckus 28/01/2010 22:58


Bonsoir, je viens pour la première fois sur votre site et suis très heureuse de lire vos commentaires et l'histoire hors du commun d'Eva de Vitray. Depuis 2 années, je traverse en marchant la
Turquie. Je marche chaque fois environ 4 à 5 semaines. Cette année je pars le 16 mars de la petite ville Egidir en direction de Konya, le Taurus et d'Adana. Comme le soufisme et tout ce qui s'y
rapporte a une très grande signification dans ma démarche spirituelle, je vous demande s'il serait possible lors de mon passage à Konya de rencontrer une personne qui pourrait me guider et me faire
connaître les lieux paticuliers hors des circuits touristiques. Je passerais quelques jours dans cette ville afin de mieux comprendre. Je ne parle pas le turc, mais les autres langues européenes.
Un grand merci de votre réponse et à bientôt. Beckus


Nat 29/01/2010 06:26



Votre démarche est intéressante. Je vous contacte par mail ce week-end par rapport à votre demande.



Halim-Laurent H. 20/06/2009 13:32

Merci pour cet article très émouvant, d'autant que les informations concernant Eva (Havva) sur internet sont rares.
On imagine bien le tour de force que doit être la traduction d'oeuvres telle que le Mathnavî.
Personnellement, c'est par "Anthologie du soufisme" que j'ai commencé à "flirter" avec la poésie mystique (persanne en particulier) avant d'en tomber littéralement amoureux...Encore merci pour ces photos exceptionnelles et votre noble article (si,si!)...Chaleureuses salutations!

Nat 24/06/2009 08:44


J'espère pouvoir faire un saut à Konya en août prochain et en profiter pour voir la tombe d'Eva de Vitray personnellement... Merci pour vos chaleureuses appréciations !


colette-nour brahy 01/06/2009 21:27

Excellent article mais la dernière photo (mise en terre et prières) peut égarer le chercheur/lecteur puisqu'elle n'a rien à voir avec Eva de Vitray.

Nat 02/06/2009 19:56


Merci Colette pour votre commentaire. La dernière photo a été prise par mon ami Şamil devant la tombe d'Eva de Vitray...


Boutry 22/04/2009 18:55

J'ai entendu parler pour la première fois de Rumi en découvrant le livre d'Eva dans la collection des maîtres spirituels : je n'avais que 20 ans.Puis j'ai découvert René Guénon, enterré au Caire, proche lui aussi de Mevlana.Je ne suis pas musulman, mais aprés avoir étudié la plupart des grandes religions, je dois à ces deux personnes la découverte de l'universalité et de la profondeur des poëmes de Mevlana; c'est pour celà, que bien que ne les ayant connus que par leurs écrits, je les appelles mes amis...

Nat 23/04/2009 07:30



Merci pour votre témoignage, je peux comprendre l'attachement que vous portez à Eva et à René Guénon.



Aymen 14/03/2009 00:30

Bonsoir Nat,

je n'ai pas eu de réponse concernant la photo en sépia ... si c'est pas possible c'est pas grave ...
a +

Nat 20/03/2009 06:36


Bonjour Aymen, en effet j'ai loupé le coche. J'ai dit que j'allais voir ça...et je ne l'ai pas encore fait. Je vous recontacte par mail.


Boutry 13/03/2009 10:46

Madame,

bien lu votre article. Je ne savais pas que votre amie avait été enterrée à Konia. Je suis l'auteur d'une thèse de droit public récente sur la génèse des territoires locaux, et dans ma conclusion je cite deux fois votre maître.

Cordialement et confraternellement

Nat 13/03/2009 20:06



Bonsoir, Eva de Vitray n'est pas mon amie, je n'ai malheureusement pas eu le plaisir de la connaître.



Cedistic © 2014 -  Hébergé par Overblog