Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 17 ans.

Du bretzel au simit

Les "nouveaux Français" à l'honneur au Palais de France


Depuis l'arrivée à Istanbul de Madame Moro, Consule Générale de France en septembre 2007, vingt-cinq personnes, de nationalité turque ou autre (croate, libano-canadienne), ont acquis la nationalité française.

Pour fêter cet événement, une réception à la fois chaleureuse mais également teintée d'émotion a été organisée hier en leur honneur. Famille ou proches étaient conviés pour l'occasion.

     
                             Madame la Consule Générale et les récipiendaires

Dans son discours, Madame la Consule Générale rappelle l'entretien individuel qu'elle a eu avec chacun d'eux lors de la remise des documents officiels conférant la nationalité française. Pour chacun des récipiendaires, ce moment représente l'aboutissement d'une démarche personnelle et volontaire, fruit d'un amour : l'amour de son conjoint, de ses enfants, mais aussi l'amour d'un pays dont on ressent l'appartenance, l'identification.

Madame Moro évoque ensuite les grands principes qui fondent la nationalité française. Ceux-ci sont inscrits dans les préambules des Constitutions de  1946 et 1958, ainsi que  dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen de 1789. Les révisions et mises à jour constitutionnelles permettent de s'adapter à l'évolution de la société.

                         

Madame la Consule Générale continue son discours en mentionnant à la fois l'équipe du Consulat à la disposition des français pour s'occuper d'eux et faciliter l'accès à leurs droits, l'Assemblée des Français de l'Etranger, interlocteur du Gouvernement. En outre, 12 Sénateurs et 12 Députés des Français de l'Etranger sont leurs représentants à l'Assemblée Nationale.

Madame Moro rappelle enfin cette double nationalité, cet attachement aux deux pays, qui donne envie à chaque "nouveau français" de souhaiter que les relations entre la France et la Turquie soient les plus positives et développées possibles.

Avant de citer chaque récipiendaire avec une petite explication le concernant, ce sont les paroles d'une chanson d'Amel Bent "Nouveau Français" diffusée avant la cérémonie, qui sont mises en exergue "Nouveau Français, un Français Nouveau, Nouveau Français, Sous le même drapeau, Sans même un besoin de reconnaissance, Ni plus, ni moins qu'un enfant de la France".

                          
                     Le célèbre acteur Ergün Demir fait aussi partie des "nouveau Français"


Après la présentation de chacun, l'hymne national est chanté par l'assemblée entière et Madame Moro achève son intervention en souhaitant la "bienvenue à tous, dans nos coeurs et dans nos vies".


                 
                  "La Marseillaise" retentit dans le salon du Palais de France


Cette cérémonie m'a particulièrement touchée ; serai-je également invitée et honorée par les autorités locales lorsque j'obtiendrai la nationalité turque ?...  L'avenir nous le dira.


 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ismail 27/01/2009 20:44

Je rassure ceux qui comme moi, n'aiment pas le protocole et les cérémonies, il n'y en a aucune lors de l'acquisition de la nationalité turque (ce qui ne va pas de soi quand on connait l'importance du protocole et des cérémonies en Turquie)

Lors de l'acquisition, on propose de turquiser soit le prénom, soit le nom, soit les deux, mais c'est une proposition qui n'a rien d'obligatoire. Personnellement, j'ai "turquisé" mon prénom, ce qui m'a bien arrangé vu qu'en je ne pouvais pas le faire dans le cadre de ma nationalité d'origine (française).

Pour info, quand on demande la nationalité française, on propose "également de franciser le nom, c'est une démarche assez banale lors de l'acquisition d'une nationalité il me semble. Après il faut voir si ça pose pas des problèmes avec deux pièces d'identité avec deux noms différents (ici apparemment non, vu que j'ai encore passé la frontière avec un passeport français et une carte d'identité turque affichant 2 prénoms différents).

La possibilité de garder les deux est bien pratique quand même mais je sais pas ce que j'aurai fait si j'avais pas eu le choix. Ma vie est ici désormais et je sais pas si j'aurais pas renoncé a la française dans ce cas ... Après tout la nationalité d'origine, on la choisit pas, contrairement a celle d'adoption donc ça me parait pas illogique de préférer la nouvelle a l'ancienne ... enfin les gouts et les couleurs ça se discute pas ...

Nat 28/01/2009 06:49



Merci İsmail pour tous ces précieux renseignements. Je pensais entre autres à toi, sachant que tu avais adopté un prénom turc et je t'aurais consulté de toute façon pour en avoir plus. Tu m'as
juste devancé un peu, merci. Oui, comme tu dis, les "histoires" et l'appréhension tant de ces doubles noms/prénoms que le fait de devoir garder ou renoncer à sa nationalité d'origine sont propres
à chacun.



Umran 24/01/2009 20:14

Quelles sont les conditions d'obtention de la nationalité française pour un Turc ayant vécu en France ?
Si quelqu'un a l'information...merci

Nat 25/01/2009 07:21


Tu dois pouvoir obtenir les informations officielles et complètes auprès de la Sous-Préfecture si la personne habite toujours en France, sinon au Consulat de France en Turquie.


Umran 24/01/2009 18:58

Bonsoir Nathalie :)
Il me semble que la France et la Turquie ont signé une convention, qui autorise l'acquisition de la nationalité sans perte de la nationalité d'origine.
Ce qui n'est pas le cas en Allemagne. Les Turcs vivant là-bas et qui souhaiteraient acquérir la nationalité allemande doivent renoncer à la nationalité turque.....

Nat 24/01/2009 19:09


Bonsoir chère Umran, je ne savais pas qu'en Allemagne, les turcs doivent renoncer à leur nationalité d'origine... Je me verrais mal renoncer à ma nationalité française pour opter la turque...


ljiljana 23/01/2009 16:29

merci nathalie, voila qui est fait--ce n'etais pas si dure que ça , n'est ce pas?

Nat 23/01/2009 17:38


Non non ce n'était pas bien dur, il suffisait de le savoir et d'y penser.


Richard LEJEUNE 22/01/2009 16:42

Ergün par-ci, Ergün par-là, au fil des reportages de Nathalie ... Je serais curieux de recenser statistiquement ses souriantes apparitions ... qui doivent en ravir plus d'une

Plus sérieusement : plus je lis ce type d'article, et plus j'ai l'impression que l'on ne va pas tarder à parler le français à chaque coin de rue (ou presque) d'Istanbul ...

Nat 22/01/2009 19:22


En dehors de ta remarque sur Ergün que je considère comme une boutade, penses-tu vraiment que 4500 français environ sur la circonscription du Consulat d'Istanbul (qui regroupe d'autres villes du
pays encore) peut faire croire qu'on va parler le français à chaque coin de rue ou presque d'Istanbul où la population totale recensée fin 2007, s'élève à plus de 12 573 000 habitants ???
Je rappelle aussi au passage qu'il y a 118 nationalités représentées ici...


ljiljana 22/01/2009 13:41

bjour nathalie,
je suis une "nouvelle "française et j'etais reçu au palais de France mardi,et si mes souvenirs sont bon JE NE SUİS PAS TURQUE.Pourquoi tu ne t'avais pas renseigner avant de ecrire cet article. Comprend moi- je me sents non existante!!!!

Nat 22/01/2009 19:02



Bonsoir Ljiljana, je comprends fort bien ta réaction et te présente mes excuses les plus humbles. Je t'envoie un petit mail pour savoir... qui tu es sur la photo afin de pouvoir rectifier le tir,
de même que la seconde dame, de même que le point concernant les nationalités d'origine.



Aline08 22/01/2009 08:55

Malheureusement je n'ai pas eu le droit à une telle cérémonie lorsque j'ai obtenu la nationalité turque!!! J'aurais bien aimé!
Bonne chance dans tes démarches. C'est vrai que ça simplifie drôlement la vie si tu as l'intention de rester en Turquie. Mais comme l'a dit Flora je n'aurais pas pû renoncer à la nationalité française. C'est comme une partie de nous.
Et en Turquie, t'ont-ils demandé de changer ton prénom pour un prénom turc? Ça non plus je n'aurais pas pû!!!! C'est bien trop dûr et c'est quelque chose qui m'a toujours parut invraisamblable. On aurait des passports (un français et un turc) avec des noms différents ????? Enfin j'ai gardé mon prénom donc tout va bien. Bonne chance!

Nat 22/01/2009 18:43



Je viens d'apprendre que tu as également la double nationalité, dans le même sens de ma démarche imminente. On ne m'a pas encore demandé de changer de prénom pour les papiers turcs mais je
connais certains qui l'ont fait et je pensais que c'est obligatoire... A suivre donc, sachant que j'ai commencé à "tâter" le terrain auprès de mes ami(e)s turcs pour un prénom qui correspondrait
à ma personnalité, si besoin est... On aura sans doute l'occasion de reparler de tout cela dans quelques temps.



esperance 21/01/2009 19:37

longtemps que je n avais pu passer sur ton
blog toujours aussi intéressant

la double nationalité existe partout souvent pour des formalités administratives
bises et bonne soirée

Nat 21/01/2009 19:57


Merci pour ta visite et à la prochaine, bises.


fée des agrumes 21/01/2009 14:20

Oui, bienvenue à eux... encore qu'ils sont là depuis un moment non?

Nat 21/01/2009 18:12



Oui effectivement.



flora 21/01/2009 12:52

C'est un sujet sensible pour les "doubles-nationaux". C'est aussi mon cas. J'ai été naturalisée 3 ans après m'être mariée avec un Français. Motivation? Me sentir plus concernée par un pays d'adoption (c'est un peu comme une belle-famille...) Pour éviter aussi une montagne de démarches administratives, dès que je bougeais. Cependant, je n'ai jamais réussi à renoncer à la nationalité hongroise; heureusement, on ne me l'a jamais exigé. Cela m'aurait paru comme renier ma famille, toute ma vie d'avant... J'aime la France pour un tas de raisons intimes mais c'est un plus, une richesse de plus; alors pourquoi "choisir"?

Nat 21/01/2009 18:11


Merci pour ton témoignage qui illustre parfaitement ce qu'on peut ressentir pour un pays d'adoption. J'aime beaucoup ta comparaison de "belle-famille" que je trouve succulente. Avoir une double
culture, une double nationalité est à mes yeux une richesse de plus, comme tu le dis si bien.