Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 18 ans.

Du bretzel au simit

Le monastère géorgien d'İşhan dans le nord-est anatolien


Au nord de la ville d'Erzurum et à quelques kilomètres à peine de Yusufeli et de la toute proche rivière Çoruh  connue mondialement par les amateurs de rafting, une route en lacets part de la Nationale 950 qui relie Erzurum à Artvin.     

                    

                            
                                 La rivière Çoruh se fraye un passage entre les montagnes

La végétation est rare, le paysage rude et désertique, mais envoûtant à mes yeux. Au fur et à mesure d'une montée interminable qui semble mener nulle part, une oasis apparaît au détour du chemin indiquant la présence d'un village.

           

 Il faut grimper encore pour atteindre celui perdu d'İşhan qui abrite une merveille insoupçonnée. La magie opère immédiatement !

                

Un merveilleux monastère géorgien a été érigé là en plein milieu du village. La première construction remonterait au milieu du VIIème siècle. Elle fut détruite par la suite. Des documents manuscrits datés de 951 évoquent la construction de l'édifice actuel au courant de la première moitié du Xème siècle.

Des inscriptions géorgiennes relevées sur place indiquent la mise en service du monastère en 917  et le rajout de l'église en 954-955.


                          

La chapelle attenante du nom de Aziz Meryem Ana (Marie, mère de Dieu) aurait, quant à elle, été construite par Bagrat III, premier roi de Géorgie de la dynastie des Bagratides.
          
                           
            
A la fin du XIXème siècle, une partie de l'édifice a servi de mosquée jusqu'à la construction d'une véritable en 1984. Depuis, c'est au regard des touristes que ce bijou offre la vision de son passé sans doute prestigieux.

                          
   
De splendides motifs ouvragés entourent les fenêtres ; il n'y a rien à dire, juste admirer l'art religieux géorgien dans toute sa splendeur.

                          
                               En bas, la représentation d'un lion attrapant un serpent   

                         

A l'intérieur, une autre vision vous attend ! Telle une construction d'allumettes, le dôme semble reposer par miracle sur ses quatre piliers. Des fresques bleues subsistent encore à l'intérieur du dôme mais elles disparaissent avec le temps.

                            

Le ciel semble transpercer les lieux et accentue ainsi l'émotion qui s'en dégage.

                           

Certains murs abritent encore des traces des superbes fresques qui les recouvraient par le passé.

           

De même, à l'extérieur, la représentation de la Sainte Cène se laisse deviner aisément.

                         

Il est impossible de rester insensible à la vue enchanteresse de tels monuments dont on ose à peine croire l'existence dans des coins aussi reculés et peu accessibles.

                

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
un lieu magnifique en effet,

nous y etions en juillet 2008, c'est un veritable havre de paix et aussi de verdure puisqu'une source assez abondante coule au pied meme de l'eglise
loin de tout centre touristique surfrequenté, c'est un lieu à decouvrir. ideal pour faire une parenthese dans le temps et dans votre voyage...

Boccace
Répondre
N

Je suis heureuse que vous ayiez apprécié ce lieu autant que moi... Bonne journée.


J
monastère, église, mosquée, chapelle, vraiment impossible comme tu le dis de rester insensible. Il ne faut pas qu'un tel lieu disparaisse petit à petit avec le temps... Qui sait avec le développement du tourisme peut-être que dans le futur ça deviendra un lieu de visite... tu le dis le dôme semble déjà reposer par miracle !
Répondre
N

Ce lieu a survécu depuis tellement longtemps dans des conditions atmosphériques difficiles que je ne le vois pas disparaître du jour au lendemain, hormis un terrible cataclysme... C'est déjà un
lieu visité mais uniquement par des petits groupes... heureusement. De grands autobus de tourisme ne pourraient guère emprunter la route.


E
il faut y arriver, mais il est merveilleux ce monastère
bises en passant ce soir
Répondre
N

On l'apprécie d'autant plus qu'il n'est pas très facilement accessible. A bientôt.


F
Le présent, d'accord;
L'avenir, sûrement,
Le passé, en tout cas.............Voilà ce que m'inspire encore une fois ces vieilles pierres si causantes!!!!! Bonne journée à toi, à bientôt
Répondre
N

Tu as raison, les vieilles pierres parlent beaucoup et sont le lien entre hier et demain en passant par aujourd'hui. A très bientôt.


M
"comment voyager de son fauteuil", c'est tout à fait ça, ces moments d'évasion très instructifs que nous procurent tes reportages.

Je pense également qu'il s'agit d'inscriptions en lettres géorgiennes, reste à savoir de quel alphabet! Voir l'article de Wikipedia:http://fr.wikipedia.org/wiki/Alphabet_g%C3%A9orgien
Répondre
N

Pour ma part, j'avais regardé sur le site de lexigos http://www.lexilogos.com/georgien_mots.htm et j'ai zoomé pour voir de plus près...


C
C'est un endroit enchanteur, chère Nathalie, les yeux des touristes doivent pourtant se faire rares, non?
J'espère bien avoir l'occasion d'y conduire les miens en tout cas.
Je te tiendrai au courant ;o)
Amitiés.
Répondre
N

Même si lors de notre visite en août 2007, il n'y avait personne d'autre, j'ai tout de même relevé sur le net que de nombreux tours organisés en mini-groupes prévoient la visite d'Işhan, et souvent
la cathédrale d'Öşkvank très proche également. En tout cas, je n'avais pas regretté le détour. Amitiés.


R
C'est, pour le néophyte que je suis, non seulement le genre d'article que j'apprécie plus que tout autre mais, surtout, exactement le type d'endroit hors des sentiers battus que j'aimerais voir le jour où nous visiterons ce pays ...
Répondre
N

Je sais, je sais... Pour aller à la découverte de ce monastère ainsi que d'autres églises géorgiennes alentours, la location d'une voiture s'impose.


F
Merci pour ce voyage à la fois dans le temps (qui fait son ouvrage...) et dans l'espace. J'ai vu le même style d'architecture de l'autre côté de la Mer Noire, en Géorgie (soviétique à l'époque). Comment fais-tu pour découvrir ces lieux de nulle part?...
Répondre
N

Je ne fais pas de fouilles archéologiques rassure-toi. Je trouve souvent des endroits peu connus sur des sites turcs des Préfectures ou des communes.


C
Magnifique découverte... merci mais quelles sont ces lettres sur le tympan ?
Répondre
N

Cela semble correspondre à des lettres géorgiennes...


C
C'est vraiment de toute beauté! Un de tes articles comme je les aime!
Répondre
N

Ou comment voyager de son fauteuil...