Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 17 ans.

Du bretzel au simit

Diyarbakır, couleur basalte - 3

Je ne voulais pas terminer cette visite sans montrer quelques photos et lieux supplémentaires de Diyarbakır.

Par exemple, le Büyük Kervansaray, ancien caravansérail situé à l'intérieur de la Mardin Kapısı - porte de Mardin - et transformé en hôtel, un des meilleurs de la ville. Il fut construit entre 1521 et 1527 par le second gouverneur de Diyarbakır, Hüsrev Paşa, pour servir de halte aux marchands qui empruntaient la route de la Soie. 

 

                    Deliler-han-copy-copie-2.jpg


Ce han, dont le nom original est  Deliler Han (le Han des guides), comprenait à l'époque 72 chambres, 17 commerces et de la place pour accueillir 600 chameaux...  Une mosquée et une medrese (école coranique) furent construites en même temps, formant ainsi un complexe de taille.

Les pierres blanches utilisées pour la construction proviennent d'Urfa, ville proche, et les noires des carrières de Kurtboğaz, région montagneuse volcanique située en Mer Noire.

   Deliler-han-1-copy-copie-1.jpg                                    Visite des lieux en compagnie de Mustafa

Diyarbakır est aussi réputée pour ses pastèques souvent gigantesques, certaines pouvant atteindre jusqu'à 40 kg...  Un festival de la pastèque a d'ailleurs lieu tous les ans depuis 1966, à partir du 23 septembre et durant une semaine.

   pasteques-copy-copie-1.jpg 

                                 Le panier à provision doit être bien solide !

Hormis le travail du métal et du fer présenté l'autre jour, celui du cuivre est également important et de nombreux dinandiers sont regroupés dans un quartier bien précis du centre historique.

                    
                                   Un petit chaudron pour la confiture !

L'artisanat local comprend aussi les selles de chevaux et d'ânes comme celles-ci, solides et colorées.

                     

Une autre fabrication de type artisanal découverte au hasard des rues, celle des şeker (les bonbons).

                      

Un petit atelier où des "saucisses de sucre" sont extraites d'une machine avant de terminer en petits morceaux qu'il reste juste à séparer les uns des autres, tels qu'on a l'habitude de les trouver. 


                             

Après ces découvertes insolites, retour dans les ruelles de la vieille ville où les enfants sont omniprésents. Parfois juste curieux, parfois envahissants, ils demandent sans cesse à être pris en photo.

 

  scene-de-rue-copy.jpg

                                               Transport en commun pour les enfants

Comme partout, les scènes sont parfois cocasses ou troublantes, comme ici où le garçonnet a enfilé ses bottes de caoutchouc mais visiblement oublié... sa culotte !

                          

Parfois aussi, les scènes sont attendrissantes... A quoi peut bien songer cette petite, assise à l'entrée de sa maison ?

                           

Les femmes sont nombreuses à se retrouver dans la rue pour discuter, faire leur pain... et nous en donner.

   sourires-chal.jpg         
  Les femmes portent les traditionnels ravissants foulards en coton blanc très fin brodés sur le pourtour
 
Un peu plus loin, un attroupement, du bruit, des bancs installés dans une ruelle d'un quartier très populaire de la vieille ville, nous interpellent.

   que-se-passe-t-il-copy-copie-1.jpg
           
C'est en fait un mariage qui se prépare et les hommes exhibent des pas de danse au son de la musique.

                     
                                                       Les anciens mènent la danse 

                           

C'est toujours un réel plaisir de pouvoir assister à de tels moments, bien dans les traditions locales.

  promenade-nocturne-sur-les-remparts--.JPG          
                                    Promenade nocturne sur les remparts de la vieille ville

 

Décidément, les souvenirs de Diyarbakır qui sont remontés ainsi à la surface durant ces trois jours auront été des plus agréables !

 


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mathilde 20/04/2009 14:29

Ce n'est pas le "Deliler Hani" (han des fous) mais le "Deliller Hani"(le han des guides, "delil"= guide). Le han, situé près de la porte de Mardin, était le point de rassemblement des caravanes pour le hajj.

Nat 20/04/2009 14:56



Bonjour Mathilde, je vous remercie pour cette information. Je vais procéder à des recherches et rectifier si besoin est.



vedat 08/03/2009 09:38

Petit message pour Chris: Très cher Chris, tu devrais t'abstenir de parler de choses dont tu ignores les tenans et aboutissants.
Tu ne connais sans doute pas l'histoie des Kurdes, alors stp arretes de arler de cedont tu ne connais pas.
Enfin, je suis tou à fait d'accord que le territoire Kurde n'éxiste pas et je ne tiens pas particulièrment à ce qu'il y en ait un; seulement 20 millions de Kurdes dans le monde....ça c'est une réalité; le peuple Kurde est plus important en nombre que beaucoup de pays qui comptent meme pas le millions d'habitants pour certains.
Que faisons-nous de 20 millions de personne qui ont une langue une culture, un passé et des promesses non tenues??

Nat 08/03/2009 10:11


Pour ma part, le sujet kurde étant des plus complexes et ne le maîtrisant pas, je préfère m'abstenir plutôt que de dire des bêtises.


Védat 08/03/2009 09:27

Bjr Nathalie,
Je viens de lire attentivement ton article sur Diyarbakir: en qualité de natif de Diyarbakir et avec de l'objectivité, je dois te remercier d'avoir mis à l'honneur cette ville qui à mon sens est une des villes oubliées par le gouvernement Turc au même titre que les autres grandes villes de la région.
Ton article met en lumière le riche passé ainsi que la culture locale.
Juste un petit B mole quand même: j'aurais apprécié tu tu mettes en avant la difficulté quotidienne des personnes y vivant; certes tu as parlé du chomage important, mais si tu avais pu raconter la journée type d'un habitant de Diyarbakir, sa difficulté quotidienne, ses rêves, ses espérances, cela aurait mis en lumière toute la difficulté à vivre dans l'est de la Turquie.
Merci quand même pour cet excellenbt article.
Védat (un amis de Kamel, Vincent, Catherine, Ali, Murat et cie)

Nat 08/03/2009 10:04



Merhaba Védat, je ne savais pas, jusqu'à présent, que tu étais Diyarbakırlı. Lorsqu'étais à deux reprises à Diyar, j'ai passé deux soirées dans la famille de mon ami Mustafa mais à l'époque,
je n'avais pas encore mon blog et je ne notais pas, comme je le fais à présent, les réflexions ou pensées de chacun. Il me serait donc difficile avec le recul de parler par exemple de son
quotidien. Je prends acte toutefois de tes suggestions. Iyi pazarlar.



chris 04/02/2009 23:39

désolé je me suis mal exprimé, je voulais dire merci d'avoir bien précisé Sud Est et pas dit kurdistan...

Nat 05/02/2009 06:14



C'est ce que j'avais cru comprendre, mais avec un léger doute toutefois. Merci pour la confirmation.



chris 04/02/2009 16:51

Merci Natahlie de bien préciser Sud Est de la Turquie et de ne pas simplement de faire l'amalgame comme dans certains blogs en disant Kurdistan, car le kurdistan n'existe pas, c'est une utopie voulu par les séparatistes du pkk, et c'est bien dommage qu'une partie de la population du Sud Est soutienne ces terrosristes du pkk...

Nat 04/02/2009 18:11


J'ai effectivement précisé dans les volets 1 et 2 que c'est dans le Sud-Est du pays, géographiquement parlant.


Arlette 04/02/2009 12:40

Merci, Nat, de nous faire visiter toutes ces régions éloignées et un peu difficiles d'accès. Chacun de tes reportages, instructif ou émouvant (ou les deux ), me donnent des envies d'aventure...

Nat 04/02/2009 18:07


Prends ton sac à dos et hop en avant !


esperance 04/02/2009 10:11

avec toi on découvre la turquie dans ses moindres recoins et tes reportages sont passionnants
merci de tous ces partages
bisous

Nat 04/02/2009 10:22


Il y a encore bien des coins et recoins que j'ignore (pour l'instant) en Turquie... Mais c'est un grand paisir de vous faire découvrir ce pays sous d'autres angles. Bises


Cat de La mansarde bleue 04/02/2009 09:21

Les photos d'enfant, en particulier celles du side-car rustique et celle de la petite fille sans sa chaussure, sont émouvantes. Bravo Mme la photographe...

Nat 04/02/2009 10:21


J'en ai encore pas mal, des photos d'enfants, dans mes archives... Mais ces trois-là sont mes préférées.


chantal 04/02/2009 09:12

tu ferais un bon ambassadeur de la Turquie pour les touristes français !!! Les grandes agences de voyage pourraient bien prendre de la graine pour des séjours insolites

Nat 04/02/2009 10:20


Les grandes agences ne vont pas dans ces coins-là, on y rencontre surtout des touristes individuels ou alors de petits groupes en mini-bus...


Désir d'Orient 04/02/2009 08:43

Merci Nathalie pour ce reportage, tes photos sont magnifiques !
J'ai beaucoup aimé celles des enfants... Ça m'a donné envie de visiter cette région de la Turquie où les traditions et la vie simple à l'orientale semble être encore bien ancrées...

Nat 04/02/2009 10:17


Contente que ce reportage t'ai plu, le sud-est de la Turquie est une des régions que je préfère dans ce pays pour ses richesses les plus diverses.