Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 17 ans.

Du bretzel au simit

Nedim Gürsel présente son dernier roman au Palais de France


Monsieur Bernard Emié, Ambassadeur de France en Turquie, a convié hier soir un certain nombre de personnes dans la salle des colonnes du Palais de France pour la présentation du dernier roman du célèbre écrivain turc Nedim Gürsel, "Hatırla Barbara" (Rappelle-toi Barbara).

                
De gauche à droite, Christine Moro, Consule Générale, Doğan Hızlan, Nedim Gürsel et Bernard Emié, Ambassadeur de France

Nedim Gürsel est né à Gaziantep en 1951 mais a passé son enfance dans la ville de Balıkesir. Il étudie au lycée français de Galatasaray à Istanbul d'où il ressort avec son baccalauréat. Grâce à ses parents, il baigne dans un environnement où la langue française est omniprésente, son père étant professeur de français à Istanbul, parti ensuite en France loin des siens, sa mère, quant à elle, traduisant des oeuvres de littérature française contemporaine, telles celles de Marguerite Duras.


                             
                                                            Nedim Gürsel

Il étudie ensuite les lettres modernes à la Sorbonne et soutient sa thèse de littérature comparée en 1979 sur Louis Aragon et Nazim Hikmet. Il vit depuis une quarantaine d'années la majeure partie du temps à Paris, où il enseigne la littérature turque à la Sorbonne, donne des cours à l'INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales) et est également directeur de recherche au CNRS .

            
                      Une partie de l'auditoire, dans la salle des colonnes du Palais de France

Déjà très jeune, il publie de nombreux textes dans des revues littéraires. Il a écrit de nombreux essais, des nouvelles, des récits de voyages ainsi qu'une vingtaine de romans. Son récit "Un long été à Istanbul" obtient en 1976 la plus haute distinction littéraire turque, le prix de l'Académie de la langue turque. En 1981, après le coup d'état militaire, ce même livre est censuré par l'armée turque qui l'accuse de l'avoir diffamée. Son premier roman "La Première femme", quant à lui,  sera accusé d’avoir offensé la morale publique et également censuré par le régime militaire en 1983.

               
                                                 Nedim Gürsel et Doğan Hızlan

C'est son tout dernier romain "Hatırla Barbara" (Rappelle-toi Barbara) qui a été mis à l'honneur hier soir. Comme le souligne Monsieur l'Ambassadeur lors de son discours durant le cocktail qui suit la présentation faite par Doğan Hızlan, écrivain et critique littéraire pour le quotidien Hürriyet, ainsi que Nedim Gürsel, c'est, en quelque sorte, "le récit de ces quarante années de va-et-vient entre les deux langues et les deux cultures" de l'auteur.

                            
                                Monsieur Emié, Ambassadeur, durant son discours

C'est un ouvrage où l'on croise des noms connus tels que Danielle Mitterrand, Cézanne, Sait Faik et Baudelaire, mais aussi des lieux aux quatre coins de la France. L'auteur y évoque son entrée dans la culture française.

Nedim Gürsel prend la parole ensuite pour évoquer "Le Pont", titre d'une de ses nouvelles, tant celui qui enjambe le Bosphore en face de la maison familiale située à Anadolu Hısarı sur la rive asiatique du détroit, que celui qui relie les gens et les cultures et qu'il incarne à travers ses écrits. 

                           
                                                       Nedim Gürsel

"Je joue le pont entre les deux cultures, entre les deux pays" se plaît-il à dire. Il rappelle que même si "les relations franco-turques ne sont pas aujourd'hui au beau fixe, elles sont très anciennes" et espère que la France va accepter l'entrée de la Turquie au sein de la Communauté Européenne.

                           
                                                        Nedim Gürsel  

Il faudra sans doute patienter environ deux ans afin de pouvoir lire ce nouveau roman en français, deux autres de ses ouvrages étant actuellement en cours de traduction.



Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Caméléon des Neiges 19/02/2009 21:52

Oh! Dis donc!
Tu tiens aussi un salon littéraire maintenant?
C'est intéressant mais un peu trop virtuel. Entends par là qu'il manque les pâtisseries, le salep et, à la rigueur, du thé pour marquer des pauses entre les interventions ;o)
Pour Orhan Pamuk, je ne peux que conseiller 'Mon Nom est Rouge' qui se lit pour le plaisir.
Amitiés.

Nat 20/02/2009 09:03


Salon littéraire, c'est un bien grand mot. En général, la partie gourmande n'a pas lieu en même temps, mais à la fin des interventions. A très bientôt.


Vichka 18/02/2009 18:30

J'aime beaucoup l'écriture de Nedim Gürsel pour avoir lu dernièrement "Les turbans de Venise", pour qui aime Venise........... Et lorsque j'ai rencontré l'auteur à Blois, il m'avait conseillé de lire "Au pays des poissons captifs" dans lequel il parle de son enfance turque à moi qui n'avait encore rien lu de lui....Bonne lecture à tous et encore merci Nathalie

Nat 18/02/2009 19:59


J'aime Venise et le deuxième livre que tu évoques semble intéressant également. Ça va en faire des choses à trouver et à lire... Merci pour tes informations complémentaires.


Aytekin 18/02/2009 14:09

Salut à tous,
Moi j'avais acheté son avant dernier livre "Allah'in Kizlari" que je n'ai pas encore lu. J'ai l'impression que c'est un livre polémique déjà en Turquie.

Nat 18/02/2009 19:52


Je crois qu'il est en cours de traduction en français...


nasah 18/02/2009 13:47

Je ne peux pas dire où va ma préférence, ce sont deux styles différents, de plus, j'avoue que Un Long Ete à Istanbul a été un peu plus difficile pour moi,il passe d'une période à l'autre sans vraiment de lien mais néanois intéressant, il faudrait que je lise autre chose de Nedim Gürsel pour avoir peut-être une préférence pour l'un ou l'autre.

Nat 18/02/2009 19:52


Il ne me reste plus qu'à plonger dans les deux livres des deux auteurs pour me faire ma propre opinion. A suivre !


Cat de La mansarde bleue 18/02/2009 11:51

Dommage qu'il faille attendre, c'est une découverte intéressante!

Nat 18/02/2009 11:57


La récompense sera au bout du chemin !


nasah 18/02/2009 06:33

J'ai également lu " Un Long Eté à Istanbul " de
Nedim Gürsel, écriture totalement différente de celle de Orhan Pamuk.
iyi Günler

Nat 18/02/2009 06:45


Et finalement entre les deux auteurs, où va ta préférence ? Iyi günler.


Gülseren 17/02/2009 19:10

Barbara... Barbara...
Je me suis allée sur le net pour relire et relire mon poème préféré de la poésie française.
J'adore ce poème.
Bana bunun çağrışımını yaptı. Teşekkürler

Nat 17/02/2009 19:39


Je suis heureuse que cet article t'ait finalement donné l'occasion de relire ton poème préféré. Je viens à l'instant de le lire aussi, je ne le connaissais que partiellement.


Mirage 17/02/2009 15:26

Je n'ai encore rien lu de Nerdim Gürsel (la honte!!!) mais il faut dire que je ne lis pas beaucoup de romans.
Je ne savais pas non plus qu'il avait été interne à Galatasaray. Vu son âge il a dû connaître mon copain Derya qui a fait aussi sa scolarité à GSL. (tu peux aller sur gsl101.tr.gg, c'est en turc et toi au moins tu comprendras).

J'ai lu plusieurs livres d'Orhan Pamuk et c'est "Neige" qui m'a le plus plu. "Istanbul", je n'ai pas tellement aimé, je lui trouve un côté un peu trop narcissique à mon goût.

Nat 17/02/2009 17:01


Il n'y a pas de honte à ne pas avoir lu tel ou tel auteur, il n'est jamais trop tard pour y remédier.


flora 17/02/2009 11:52

Chère Nathalie, je suis contente d'avoir ces dernières nouvelles via ton blog de Nedim Gürsel que je connais personnellement. En effet, il a séjourné à la Villa Mont Noir (la maison de Marguerite Yourcenar que le Conseil Général du Nord a transformée en résidence d'écrivains européens) et nous avons eu plusieurs rencontres aussi autour de la revue Hauteurs que je dirige désormais (depuis la mort de mon mari). J'apprécie son écriture fine et complexe et dans le duo un peu rival Pamuk-Gürsel, je préfère ce dernier...

Nat 17/02/2009 17:00



Je suis ravie, chère Flora, d'apprendre que tu le connais personnellement aussi. Il me semble en effet que son écriture est très fine.



nasah 17/02/2009 11:38

En ce qui concerne Orhan Pamuk, j'ai lu Neige et Istanbul ma soif de découverte m'a sûrement permis d'aller au bout de leur lecture. Pour Isanbul,j'avoue que j'ai zappé certains passages mais j'ai apprécié de pouvoir découvrir sa vie familiale et personnelle qui donne un aperçu de ce qu'était Istanboul à l'époque de sa jeunesse.Il m'a été rapporté que pas mal de personnes n'ont pu achever sa lecture. Dans l'ensemble j'ai aimé mais mon avis n'est peût-être pas très objectif !

Nat 17/02/2009 16:59


Il ne me reste plus qu'à faire l'essai aussi, mais auparavant je lirai sans doute "Un long été à Istanbul" de Nedim Gürsel.