Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 17 ans.

Du bretzel au simit

Le Maire de Paris invité par l'Université de Galatasaray à Istanbul



Après avoir présidé en novembre 2008 à Istanbul le Bureau Exécutif au Conseil Mondial des Cités et Gouvernements Locaux Unis (C.G.L.U.) et été invité par l'Ambassadeur de France en Turquie au Palais de France http://dubretzelausimit.over-blog.com/article-25302992.html, http://dubretzelausimit.over-blog.com/article 25312480.html, Bertrand Delanoë, le Maire de Paris était à nouveau hier à Istanbul.

Il a participé, en tant que Président du C.G.L.U., au 2ème Forum de l'Alliance des Civilisations des Nations Unies. Ce forum qui réunit des chefs d'Etat et de Gouvernement ainsi que des Ministres des Affaires Etrangères de 27 pays, est consacré aux enjeux de la diversité et au dialogue interculturel.

Bertrand Delanoë y est intervenu sur le thème « Education et dialogue, comment construire la paix dans les esprits ? », en présentant les positions du CGLU sur la diplomatie des villes. 

                              

Hier après-midi, le Maire de Paris était invité par l'Université de Galatasaray pour donner une conférence dans l'auditorium Aydın Doğan et répondre aux questions des étudiants et des invités extérieurs. 

                              


Bertrand Delanoë était accompagné par Monsieur Bernard Emié, Ambassadeur de France en Turquie, Madame Christine Moro, Consule Générale de France à Istanbul, Monsieur le Professeur Ethem Tolga, Recteur de l'Université et M. İnan Kıraç, Président de la Fondation d'Enseignement de Galatasaray.

             
De gauche à droite M. Erkan Özerman, Mme la Consule Générale, M. le Prof. Tolga, M. Delanoë, M. İnan Kiraç et M. l'Ambassadeur de France

L'introduction est faite par Monsieur Ahmet Insel, économiste, politologue et professeur à Galatasaray. 

            
                                                                M. Ahmet Insel

Celui-ci évoque la jeunesse puis le parcours politique de l'actuel Maire de Paris, ainsi que certaines actions mises en place dans sa ville (favorisation des transports en commun de surface, politique de réduction des automobiles dans le centre-ville, Paris-plage, ...).

           
De gauche à droite, Mme Hélène Zajdela, Vice-Recteur de l'Université, M. l'Ambassadeur, M. le Prof. Tolga, M. Delanoë, M. Baran, Mme la Consule Générale et Prof. Dr Mehmet Sakir Ersoy, Vice-Recteur et Doyen de la Faculté de Sciences economiques et administratives

Bertrand Delanoë prend ensuite la parole. Il dit être heureux de se trouver dans cette université (née officiellement le 14 avril 1992), dont les fondations doivent quelque chose à un homme d'état français auquel il est très attaché, François Mitterrand.

Il dit également avoir "une intuition sur Istanbul ; cette  ville, la seule au monde à cheval sur deux continents, ne peut pas être une ville qui n'a pas quelque chose d'exceptionnel... Istanbul doit jouer un rôle pour favoriser les rencontres...". 

                         

Il n'est pas indifférent à ce que peut être le visage de l'Europe du XXIème siècle, "cette Europe qui est née d'un besoin de paix, de démocratie, de sens,... cette Europe qui a certains défis très difficiles à relever... je la souhaite ouverte, multiculturelle.. elle l'est déjà !... Moi, dans cette Europe-là, je verrais bien la Turquie !... Je suis sûr que les sujets que nous avons à débattre nous rapprochent, qu'il s'agisse de la démocratie, de la liberté, de la laïcité, qu'il s'agisse même du rapport si difficile à l'histoire..."

"Le peuple turc qui est très grand, peut faire ce que nous la France, ou l'Allemagne, avons fait,... avec ceux qui ont envie de penser le XXIème siècle et pas le XIXème siècle."

             

Bertrand Delanoë invite l'assemblée à assister aux manifestations prévues par la Ville de Paris dans le cadre de la saison de la Turquie en France qui démarre en juillet, du Petit Palais au Grand Palais, du Trocadéro à la Tour Eiffel qui portera les couleurs de la Turquie.

"J'espère que nous avons un projet culturel commun,... le sens collectif de rentrer dans le XXIème siècle.  Sans doute, aurons-nous à nous changer nous-mêmes !" dit-il également.

Le Maire de Paris évoque également la richesse de la francophonie, cette communauté de valeurs, cette famille qui, en Turquie, ne peut être qu'ouverture et créativité. Il termine son allocution par cette phrase "L'avenir de l'Europe, je ne le vois pas sans les Turcs..." 

Après ce discours chaleureusement applaudi par l'auditoire, différentes questions lui sont posées, d'abord par un jeune étudiant français de l'Université, puis par quelques journalistes de grands noms de la presse française. Ces derniers reviennent sur la position du Maire de Paris quant à l'adhésion de la Turquie et sur l'image de la nouvelle Europe. Après des remerciements par un ancien élève du lycée de Galatasaray de la promotion 58 quant à ses dires positifs sur la Turquie, une dernière question concerne la vision qu'il a de Paris dans 30 ans. 

               

Visiblement passionné autant par ce sujet mais limité par le temps, il pense que "Paris est destinée à être une ville-monde... et qu'il n'y a pas de projet politique qui ne soit pas un projet culturel..." Il évoque une décision prise la veille par le Conseil Municipal de faire évacuer les ordures par un système de récupération souterrain dans un quartier de la ville,  annonce aussi une nouvelle manifestation prévue du 4 au 8 juin prochain et qui pourrait devenir annuelle "Paris en toutes lettres".

Une courte conférence de presse est organisée à l'issue de cette rencontre. A cette occasion, Adrien Godet, étudiant en 1ère année de master de  journalisme à Science-Po Grenoble et titulaire d'un passeport Erasmus d'un an  à Galatasaray pose trois questions à Bertrand Delanoë : sa vision quant à l'avenir du programme d'échanges Erasmus avec les difficultés qu'il rencontre, les effets de la crise sur les étudiants amenés à travailler en menant de front leurs études, tant en France qu'en Turquie, et enfin une qui touche beaucoup le monde étudiant, la co-location...

              
                                   Bertrand Delanoë interviewé par Adrien Godet

Cette interview paraîtra sur le blog "Mediapart" édition "Istanbul not Constantinople" et dans "Le Mag's", la revue interne de l'Université de l'Université de Galatasaray.


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Richard LEJEUNE 21/04/2009 22:07

Je découvre, par ce reportage - même si tu n'en expliques pas la teneur exacte - le projet de B. Delanoe début juin prochain de "Paris en toutes lettres". Je vais essayer de me renseigner sur ce qu'il entend par là dans la mesure où, parce qu'il y aura à ce moment-là exposition égyptologique au Louvre et conférences s'y rapportant, je serai à Paris du 5 au 10 juin.

Nat 22/04/2009 06:46


Ce n'était pas vraiment le sujet, c'est pour cela que je ne me suis pas attardée dessus mais je pense que tu pourras trouver des informations sur le site de la Mairie de Paris, si ce n'est déjà
fait.


Yas 09/04/2009 12:20

enfin..on a toujours pas la visite du petit Nicolas, ou de M. Médecin sans frontière...

A bon entendeur !

Merci pour l'article !

Nat 09/04/2009 19:21


Je ne suis pas certaine de les voir par ici...


Dominique 08/04/2009 17:41

La Turquie Française....Cool..

Nat 08/04/2009 20:45



Plutôt la Turquie francophone... c'est plus juste.



chantal 08/04/2009 12:19

je note bien la saison turque à Paris !

Nat 08/04/2009 20:44


Note, note, et tiens-moi au courant de ce que tu verras.


lili 08/04/2009 11:11

Vous avez de la "belle" visite en Turquie ... Delanoë, Obama .... a plus

Nat 08/04/2009 20:41


Et tous les autres, ceux qui ont assisté par exemple au Forum... mais on ne peut pas tous les rencontrer...


chahine victor 08/04/2009 10:06

bonjour nat
un reportage complet photos et textes de classe.j'ai recomander le sujet pour la letre de B.DELANOè que difuse par son courant au
parti socialiste. amicalement, fahim

Nat 08/04/2009 10:12



Merci Fahim, lorsque cette lettre paraitra, tu pourras me la communiquer peut-être par mail.