Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 14 ans

Quelques heures rythmées avec l'orchestre rom de Sulukule

Tout a commencé le 13 avril dernier, lorsque je me suis rendue à Sulukule, ce quartier d'Istanbul  où habite la communauté gitane, présente ici depuis 1000 ans  ,  mais qui vit ses dernières heures.

Deux semaines après, j'ai rendez-vous avec Funda, membre de la plate-forme Sulukule, auteur d'un blog  et qui fait, entre autres, du soutien scolaire aux enfants du quartier. La rencontre est fixée au café Şükrü du quartier, lieu de rendez-vous de l'orchestre rom de Sulukule qui perpétue la musique tzigane ayant si longtemps distrait les sultans de la cour ottomane.
.
De nombreuses photos sont accrochées sur les murs, il ne manque plus que la musique... Je fais connaissance ce jour-là avec Şenol, le chef de la troupe, également vice-président de l'association des habitants de Sulukule, ainsi que Vurgun, un des musiciens.


   Sulukule-004.jpg
                Vurgun, à gauche et Şenol, le chef de l'orchestre rom de Sulukule

Une date pour se retrouver et passer quelques heures en compagnie de tout l'orchestre est fixée au 18 mai, date de leur dernière représentation de la saison hivernale du Babylon, petite mais très célèbre salle de concerts d'Istanbul.

L'orchestre a vu le jour en février 2006, peu après la fondation de l'association des habitants de Sulukule. Son but est de faire tenir debout ne serait-ce que les musiciens qui animent le quartier, malgré sa destruction et les exils qui en découlent, et de perpétuer ainsi la renommée des musiques et danses roms connues dans le monde entier.

La soirée débute à 21 h et comporte trois parties. La première est plus particulièrement axée sur la musique fasil, originaire de la Türk sanat müziği, la musique traditionnelle turque, elle-même inspirée de la musique ottomane.

La musique rom prend la relève, montez le son et laissez-vous emporter.


   Orchestre-047-copy.jpg 

 

Je vous propose, en même temps, de faire connaissance avec la troupe.

Akif joue de la clarinette à merveille, un véritable régal pour les oreilles.

 

                Akif-copy.jpg

                                                                     Akif

Le violon "pleure" entre les doigts d'Arif qui le manie avec talent, en osmose parfaite avec son instrument.

 

                    Arif-copy.jpg

                                                    Arif
                        
La première partie permet au soliste Erdoğan de faire vibrer les spectateurs grâce à sa voix chaude et langoureuse.

 

                    Erdogan-copy.jpg
                                                                 Erdoğan

Ergin joue à merveille du kanun, instrument à cordes pincées de la famille des cithares dont l'origine, très ancienne, pourrait remonter à la fin du IXème siècle.

 

    Ergin-copy.jpg
                                                                            Ergin

Şenol, le chef, tape avec entrain sur un darbuka, sorte de percussion.

 

                         Senol-copy.jpg

                                                                           Şenol

Şükrü, Président de l'association des habitants de Sulukule, fait également partie de l'orchestre où il officie également aux percussions en tous genres (kenar, tabla). 

 

                         S-kr--copy.jpg

                                                                       Şükrü                                        

Tamer joue aussi bien du tef (sorte de tambour très fin) que du davul, le tambour traditionnel turc.

 

                       Tamer-copy.jpg
                                                Tamer et son tef

Vurgun, quant à lui, gratte son ud, instrument à cordes apparenté au luth. L'ud est né en Babylonie 600 ans après Jésus-Christ et fait partie de cette génération d'instruments qui a traversé les siècles.


   Vurgun-copy.jpg       
                                                           Vurgun

L'ambiance commence à chauffer... et ce n'est que le début de la soirée !


   Orchestre-150-copy.jpg

 

Dans la loge, durant la pause, taquineries, accolades et parties de fous rires sont au programme. L'atmosphère qui règne au sein de la troupe est on ne peut plus sympathique et bon enfant...

La musique rom est au rendez-vous après le premier entracte. On entre dans le vif du sujet ! La fête peut réellement commencer !

Sur la scène, deux personnages très attachants et hauts en couleur vont mettre le feu ! Je vous présente Kobra Murat, chanteur, poète et troubadour des temps modernes ! Ses mots sont tour à tour plein de chaleur, de douceur et de tendresse mais aussi d'énergie et de vie, un vrai bonheur de l'entendre chanter... après l'avoir écouté parler...

 

                      Kobra-Murat-copy.jpg
                                                  Kobra Murat

Ses 76 ans n'empêchent pas l'adorable Nigar de répandre autour d'elle la bonne humeur qui la caractérise. Adolescente, elle dansait déjà lors les mariages et son entrain est toujours aussi vif.


                      Nigar-copy.jpg
                        
Tamer se transforme en showman, emporte son tambour dans la salle, alors que Nigar fait claquer ses castagnettes.

 

                      Orchestre-208-copy.jpg
                             On glisse des billets dans les cordes du tambour

   Orchestre-201-copy.jpg
                                                La soirée bat son plein

L'orchestre rom de Sulukule sait mettre l'ambiance, faire monter la température... et donner du bonheur à tous les hôtes de la soirée. Que ce soit autour des tables ou à l'étage, on danse sur les rythmes entraînants de la musique tzigane.

 

   Orchestre-222-copy.jpg
           
Cet orchestre réputé de talent a donné de nombreux concerts à Ankara, Bursa, Istanbul bien entendu, entre autres à Garaj Istanbul et, en particulier, durant toute la saison écoulée, au Babylon, à raison d'un ou deux par mois. Un concert est prévu en novembre prochain à Berlin à l'occasion d'une rencontre culturelle et musicale entre Berlin et Istanbul. 

 

                     Kobra-copy.jpg
                               Kobra Murat, une véritable "bête de scène"

Je concluerai par cette phrase prononcée par Kobra Murat "Si la musique rom n'existait pas, il n'y aurait pas d'art !" Elle fait véritablement partie intégrante de l'histoire, de la culture musicale, de la Turquie tout simplement...


Une vidéo est également visible sur Dailymotion.

Site de l'orchestre :  http://www.sulukuleromanorkestrasi.com/

 


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dominique PM 19/11/2011 16:00

Bonjour, je suis tombée sur ton blog de retour d'Istanbul: nous sommes passés à sulukule, et comme nous avons des amis rom ici à Montreuil, il m'a bien semblé retrouver la communauté dans les
jeunes qui triaient des ordures à coté des buldozzer lissant le terrain. Bref je voulais en savoir plus: je suis éclairée, et cela confirme mon intuition de "nettoyage" du quartier... donc merci de
ces explications. Par contre, problème: le lien vers le site de l'orchestre est bizzare: l'adresse est bonne, mais c'est celle d'un vendeur de meubles!!!! kézako???

Merci du blog
Dominique

Nat 20/11/2011 08:37



C'est étrange effectivement, le lien bascule sur un autre site. Par contre, j'ai essayé de taper sur Google "Sulukule roman orkestrasi", y ai trouvé le lien du site qui permet bien d'y accéder.
Mais lorsque je réécris le http, le pb demeure... C'est un mystère...



Vichka 22/05/2009 09:55

Quelle étourdie je suis!!!!!!!! J'ai lu ton billet à toute vitesse me laissant emmenée par ce flot de photos très musicales et chantantes...Bonne journée,combien de degrés chez vous à Istanbul?? Ici, un petit 15°

Nat 22/05/2009 16:45


Pas grave, parfois certains trucs échappent ! Pas le temps de regarder combien de degrés il fait...


Vichka 21/05/2009 23:40

Il ne manque plus que le son!!!!!!!!! Peut-être pour une prochaine fois sur ton blog!Bon week-end

Nat 22/05/2009 05:25


Il y a le son ! Un premier lien est indiqué, de même que celui sur Dailymotion...


Arlette 20/05/2009 11:35

J'adore la musique tzigane. Elle vous envahit par tous les pores de la peau et vous remue les entrailles. Le morceau "Les yeux noirs" a été très en vogue dans les années soixante, je ne savais pas que c'était une chanson russe.

Nat 20/05/2009 17:52


Je vais finir par écouter ce morceau ... Tu as raison, la musique tzigane remue les tripes !


nasah 20/05/2009 10:37

J'espère avoir un jour l'occasion de les écouter.
öptüm

Nat 20/05/2009 10:48


Je suis certaine que cela te plairait autant qu'à moi...


chantal 20/05/2009 10:36

Magnifique leçon de musique rom et à te lire on devine l'ambiance. As-tu eu droit aussi aux "yeux noirs" chanson traditionnelle russe sur mélodie tzigane? ou à des mélodies de Django Reinhardt?

Nat 20/05/2009 10:47



Je ne connais malheureusement ni les "yeux noirs", ni les mélodies de Django Reinhardt. Par contre, au bout d'un moment, j'avais bien plus envie de danser que de prendre des photos...