Eflatun pınar, témoignage des Hittites en Anatolie Centrale


En longeant la rive est du lac de Beyşehir, un panneau brun indique "Eflatun pınar", un lieu perdu dans la campagne.

               

W.J. Hamilton évoque pour la première fois en 1849 la découverte de ce site hittite de l'époque impériale qui apparaît au milieu d'arbres, entourant une source.

Cette civilisation venue en Asie Mineure au XXVIème siècle av. J-C. perdure jusqu'au VIIIème siècle av. J-C. Elle laisse derrière elle un certain nombre de vestiges, notamment en Turquie.

              

La religion des Hittites reposait sur deux éléments essentiels qu'on trouve dans les villages d'Anatolie, la source et la montagne, souvent simple colline...

Eflatun Pınar est en fait un sanctuaire érigé en l'honneur de la source adorée...

Un premier monument comprend trois représentations de taureau. 

            

Les dieux de l'Orage divinisés par les Hittites étaient en effet associés à cet animal.

                          

Aucune inscription n'a été décelée à Eflatun Pınar, contrairement à d'autres monuments hittites qui comportent des écritures hiéroglyphiques... Les indices pour les archéologues sont ici minimes.

Un temple de 3,34 m x 3 m a été érigé là pour honorer les dieux, c'est lui qui surprend le plus...

         

La disposition de ces constructions par rapport à la source, le triple disque solaire soutenu par des monstres humains à tête animale représentés ici, sont exploités par les spécialistes.

De même, les statues assises, dont, à gauche, une représentation masculine coiffée d'un bonnet pointu et, à droite, une femme revêtue d'un voile dit "hathorien", permettent aux chercheurs d'aller plus loin dans leurs investigations.

                       

Les statues pourraient être des représentations divines, celle de droite ayant un pendant identique sous forme de deux statuettes trouvées sur le site hittite de Alaca Höyük en Turquie. 

         

La direction des musées de Konya a entrepris des travaux de restauration et de fouilles en 1996.

Eflatun pınar n'attire pas les foules et les villageois des alentours vaquent à leurs occupations champêtres estivales...sans se soucier de ces pierres qui évoquent un passé peu connu.

           

A quelques mètres du site, la roue d'un moulin à eau nous ramène à une époque bien moins lointaine que celle des Hittites...

           



potiron 02/12/2009 15:50


salut c'est cool ton blog mais mois je cherche une carte sur le pib par habitant en turquie et par régions je gaelere j'en est méchamment marre donc si ta un site met le en commentaire sur ton
propre blog pcke j'ai mis une ausse adresse vu ke j'ai plus d'antivirus et que je peux me faire haker a tout moment merci a l'avance en revoir


Nat 03/12/2009 07:14


Désolée, je ne connais pas, pour l'instant, de tel site. Il faut persévérer dans tes recherches.


Richard LEJEUNE 06/10/2009 09:46


Très intéressant reportage, Nat, qui ne peut qu'à nouveau me combler, sur un lieu probablement peu fréquenté par les touristes, mais connu des historiens et à l'origine de quelques "désaccords" :
j'y reviendrai par la suite, si tu me le permets.

Dans un premier temps, je voudrais simplement attirer ton attention sur le fait qu'il est loin d'être anormal de retrouver l'une ou l'autre réminiscence de l'art égyptien (ici, le voile dit
"hathorien") : en effet, les Hittites furent de diverses manières étroitement liés à l'Egypte antique, grâce notamment à des relations commerciales, diplomatiques, matrimoniales aussi, au plus haut
niveau, et malheureusement guerrières : rappelle-toi la bataille de Qadesh qui opposa le roi hittite de l'époque à Ramsès II.

Toutefois, l'explication que tu nous donnes ici, (que les statues pourraient être des représentations divines), due à une ancienne étude des monuments de K. Bittel, est aujourd'hui battue en brèche
par un historien orientaliste, grand spécialiste des Hittites : le Strasbourgeois Emmanuel Laroche.

Pour lui, le disque solaire hittite ne peut pas être considéré comme étant un symbole divin (si cela t'intéresse, tu trouveras les explications précises étayant cette thèse dans un article
extrêmement fouillé, extrêmement pertinent à l'adresse : http://dergiler.ankara.edu.tr/dergiler/14/693/8791.pdf

Et Emmanuel Roche de conclure que ce disque ne peut que se rapporter à la seule personne royale, et signifierait, dans l'écriture hittite : "Mon Soleil".

De sorte que les trois disques d'Eflatun Pinar font état du fait que cette oeuvre serait due à l'initiative du souverain de ce temps, un peu comme s'il désirait mettre sa propre personne en
évidence.

Maintenant je quitte mes habits de Prof, et, plus humoristiquement, j'ajoute qu'associer "Pinar" et "Source" ne peut que me plaire, si tu vois ce à quoi je fais allusion ... :)


Nat 06/10/2009 11:39


J'ai lu ce matin l'article de Laroche dont tu donnes le lien... qui m'a fait rendre compte à quel point les interprétations sont controversées... A l'origine, la représentation du disque
solaire a longtemps été considérée comme divine... jusqu'à cette nouvelle version. 
J'ai du coup préféré m'arrêter là, ne maîtrisant absolument pas ce sujet très complexe et étant certaine que tu allais réagir.
De même, l'écriture hiéroglyphique utiliisée par les Hittites est aussi intéressante à comparer avec celle de l'Egypte antique...
Pour information "pınar" veut dire "source" en turc ! 


chantal 06/10/2009 08:55


avec toutes ces idées d'articles... tu dois avoir un lourd carnet de voyage pour notre plus grand plaisir


Nat 06/10/2009 11:33


J'en ai des listes pleines... impossible de traiter tous les endroits déjà vus et ceux encore à voir et à faire connaître...


Cedistic © 2014 -  Hébergé par Overblog