Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 18 ans.

Du bretzel au simit

La Sultane Mahpéri - Dynasties de Turquie médiévale


Aussi bizarre que cela puisse paraître, je ne suis guère une fan d'histoire à la base. Par contre, quand des lieux m'intéressent ou me "parlent", je cherche à en savoir plus, mais de façon dosée, digeste.

Lorsque j'ai fait savoir à Gisèle http://dubretzelausimit.over-blog.com/article-33464481.html que j'allais dans la région de Beyşehir, c'est elle en premier qui m'a parlé de Kubad Abad que je vous ai présenté hier
http://dubretzelausimit.over-blog.com/article-34707780.html. Une partie de "La Sultane Mahpéri" s'y déroule en effet.

Subjuguée tant par le lac que par ma visite de ces vestiges seldjoukides, j'ai décidé de lire ce roman historique, prolongement naturel pour découvrir cet univers  hors du commun.



              
                           

J'ai retrouvé, en lisant cet ouvrage, des personnages dont le nom ne m'était plus inconnu, je les avais déjà croisés au détour du Palais de Kubad Abad ou à Konya.

Alaeddin Keykubad Ier tout d'abord, sultan seldjoukide qui a régné sur le royaume des Rums, personnage historique réputé, guerrier mais aussi poète, ce bâtisseur qui a marqué son temps.

            

Alaeddin camii à Konya, plus ancienne mosquée de la ville construite sur la colline qui porte le nom du sultan.


La princesse Destina de Candélore, d'origine arménienne, devenue sultane Mahpéri après avoir épousé Alaeddin, est l'héroïne de cette fresque historique qui a nécessité plus de huit années de travail et de recherche.

Cette femme au destin incroyable, jeune fille pure et douce, s'est petit à petit affirmée, devenant presque diablesse, prête à tout pour que son unique enfant prenne le pouvoir.


                  
Représentation de la sultane Mahpéri sur une céramique découverte à Kubad Abad, musée de Karatay - Konya

Un autre personnage joue un rôle primordial dans l'histoire au sens large du terme, Saadeddin Köpek, cet étrange troubadour, émir du sultan, bien plus proche de lui qu'il n'y paraît. Il devient son architecte en chef et réalise entre autres le palais de Kubad Abad, construit avec amour, son chef d'oeuvre !

 
                            
        Céramique de Kubad Abad représentant Alaeddin ou Saadeddin, musée Karatay à Konya
                
Cette tranche d'histoire du règne des seldjoukides n'est pas un long fleuve tranquille, bien loin de là.

Les affrontements pour protéger et agrandir le territoire, aux dépens des Mongols et des Ayyubides, les frasques consécutives aux secondes noces d'Alaeddin avec Gaziyé, princesse ayyubide, tiennent en haleine tout au long de la lecture du roman.  

L'amour et la haine sont omniprésents, de même que la passion, la jalousie, le goût du pouvoir. Cette période de la Turquie médiévale est faite de turbulences dans lesquelles on se laisse emporter au fil de l'histoire.
            

                
         Une des portes à l'intérieur du "Petit Palais" de Kubad Abad donnant sur la terrasse face au lac


La préparation de "La Sultane Mahpéri" a représenté un travail colossal de recherches. Il a d'abord fallu réunir tous les documents historiques sur le sujet, les traduire. Durant 5 années, entre 1996 et 2001, Gisèle a visité tous les sites évoqués dans son ouvrage. Kubad Abad a été le dernier de la liste.   

Tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin à l'histoire de la Turquie trouveront un grand plaisir, comme je l'ai eu, à plonger dans cet univers médiéval et à côtoyer la vie de ceux qui ont laissé des marques de leur passage.




Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
ce livre a l'air passionnant je vais essayer de le trouver merci pour la découverte
Répondre
N

Il est passionnant assurément !


C
Superbe article encore bravo

Alex
Répondre
N

Re-merci !


C
achat du livre à prévoir quand je viendrai en Turquie !!
Répondre
N

Excellente idée, à la librairie Efy à l'entrée du Consulat de France...


V
Je suis très contente d'avoir trouvé votre blog très culturel qui me fait connaitre l'histoire.
Virginie
Répondre
N


J'essaie d'en faire une adresse assez culturelle...



R
Je te repropose mon commentaire (tu peux donc effacer le précédent) parce que le malheureux "S" que j'avais mis à "bonheur" m'était comme une escarbille dans l'oeil !

Tu n'es peut-être pas une fan d'Histoire, mais apparemment grâce à ces histoires racontées dans les romans que tu lis, et avec les reportages, de plus en plus nombreux que tu nous proposes sur l'archéologie antique, le Moyen Âge et même l'époque contemporaine, tu touches du doigt pour notre plus grand bonheur des pans entiers d'événements qui ont à toutes les époques imprimé leurs marques à la Turquie.

Est-il besoin d'ajouter que quand ton blog prend cette direction, cela m'agrée au plus haut point ?
Répondre
N

A partir du moment où le sujet m'intéresse comme je le disais, je suis capable de fouiller pour en savoir plus, curiosité féminine oblige ! L'histoire fait bien partie de la culture...


N
Dans tous les livres que j'ai eu l'occasion de lire et où il y avait un trait d'histoire, les Seldjoukdes n'étaient jamais bien loin, ils ont vraiment laissé leur empreinte grâce à toutes leurs réalisations !
Répondre
N

Je n'ai pas assez de recul dans les ouvrages ayant trait à l'histoire, mais je ne doute effectivement pas de la présence importante des Seldjoukides...