Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 14 ans

Konya la seldjoukide et Konya la mevlevi - seconde partie

Les deux sites les plus connus de la ville de Konya, sont bien évidemment le musée Mevlâna auquel je consacrerai un article spécifique, et Alaeddin tepesi, la colline d'Alaeddin, situés de part et d'autre de l'avenue Mevlâna.

            
                                                        Alaeddin tepesi


Les çay bahçesi - jardins à thé - installés sur cette colline sont envahis en permanence par la population locale. C'est aussi là que se trouve la plus grande et la plus ancienne mosquée de la ville, Alaeddin Camii. 

Alaeddin Keykubad Ier, qui a régné sur le sultanat seldjoukide de Roum entre 1219 et 1231, l'a fait construire par un architecte de Damas. Ouverte en 1221, elle a subi de nombreux embellissements et restaurations au fil des siècles.

            
           

L'intérieur comprend de nombreuses colonnes de marbre ornées de chapiteaux romains et byzantins ainsi qu'un mihrab en marbre ceint de très belles calligraphies en faïence bleue et noire.

                          

Tout près de la colline Alaeddin, se trouve la seule église existant encore dans la ville, l'église Saint-Paul avec sa façade de style franco-gothique. Elle a été construite en 1910 par les Pères Assomptionnistes. 

                       

Saint-Paul, à l'occasion de son premier voyage en Asie Mineure, a été chassé d'Antioche et est venu prêcher à Iconium, l'actuelle Konya. Il y a fondé une communauté chrétienne. Aujourd'hui, c'est une toute petite communauté italienne qui s'occupe de cette église. 

                        

L'intérieur de l'église, très sobre, évoque le souvenir de deux disciples de Saint-Paul, Saint-Timothée et Sainte-Thècle         

De l'autre côté du boulevard Mevlâna, un peu plus au nord, la mosquée Şems-i Tebrizi abrite le tombeau de Şems'İ Te Tebrizi, soufi iranien qui a occupé une place de choix dans la vie et la spiritualité de Mevlâna.

                       
                              Tombeau de Şems'İ Tebrizi,décédé en 1244


En poursuivant la balade en direction du musée Mevlâna, quelques beaux bâtiments administratifs sont visibles, tel celui de la poste.

              
                                               La poste à l'arrière-plan     

Non loin de là, les bureaux de la Préfecture de Konya se trouvent dans un immeuble de trois étages érigé en 1885-86 avec des pierres provenant du mur d'enceinte de l'ancien château de la ville.

        
                                                La préfecture de Konya

Lorsqu'on parcourt les rues de Konya, on tombe immanquablement sur une des dizaines d'échoppes vendant des mevlâna şekeri, ces bonbons blancs qui sont une des spécialités de la ville. 


        

Arrêtons-nous à la Selimiye Camii dont la construction a été faite à la demande de Selim II, alors gouverneur de la ville. Elle s'est achevée en 1567 alors qu'il est devenu sultan entre temps.

         
                      Selimiye Camii, située avant l'entrée du musée Mevlâna

L'architecture de cette mosquée est typiquement ottomane. Une petite curiosité se trouve à l'intérieur... en l'occurrence le petit dôme cylindrique de couleur verte situé sur le minbar. Il ressemble parfaitement à celui qui couvre le toit abritant le tombeau de Mevlâna...

         

Nous entrerons bientôt dans un lieu spirituel hors du commun qui accueille à la belle saison 8 à 9000 visiteurs par jour...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Didie 03/10/2009 15:19


J'ai visité Konya en 199O et je me souviens d'une medersa très intéressante (Karatay) située pas très loin du centre ville.
Je compte retourner en Cappadoce dans deux ans et repasserai certaineement à Konya.

Je voulais également dire à Mustapha que je suis belge et suis passionné par la musique classique ottomane, avec une collection de CD qui s'élargit avec le temps; j'aime également la musique soufie
et le luth. Il y a quelques mois j'ai été écouter un concert de musique turque à Bruxelles. J'étais avec ma femme le le seul couple belgo-belge et je ne pouvais regretter qu'une chose, ne pas
comprendre les mots que les artistes échangeaient avec le public à 99 % turc (issu du quartier turc de bruxelles, à saint-josse).


Nat 03/10/2009 17:31


1990, cela remonte... J'ai prévu de consacrer également un article spécifique à Karatay müzesi que j'ai beaucoup apprécié aussi. Moi aussi, j'apprécie ce genre de musique soit dit en passant.


Mustafa 29/09/2009 23:40


sympa cette decouverte de konya pendant que tu y est peut tu parler aussi de la musique soufi.

voila je suis un grand ammateur de culture musical, il ya une situation dont je ne comprend pas aujourdhuit la musique occidental est reconnu sur le plan internationnal, mai au sujet de la musique
classique ottomane qui est aussi riches est bien méconnu, rentrer dans les details serais long, en claire il n ya pas de reciprociter, on peut vraiment parler d'une guerre des cultures.


Nat 30/09/2009 07:15



Je pense Mustapha que les gens qui s'intéressent à un pays vont le découvrir d'eux mêmes également par la musique qui fait partie intégrante de la culture dudit pays. C'est aussi une question de
curiosité, de centre d'intérêt, patiente juste quelques heures et il y a aura un tout petit peu ... de musique soufie mais qui mérite, comme tant d'autres sujets, à être développés.



chantal 29/09/2009 12:23


dommage que ton blog ne propose pas la dégustation des bonbons à une gourmande comme moi !!


Nat 29/09/2009 12:25


Ben voyons !


Richard LEJEUNE 29/09/2009 12:16


Comment peut-on passer du statut roturier de gouverneur d'une ville à celui de sultan ? Je croyais que c'était une sorte de titre de noblesse dont les hommes héritaient de père en fils ...


Nat 29/09/2009 12:24


Bonne question, je sais juste que Selim II était un fils du grand Sultan Soliman le Magnifique...