Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 13 ans

Mevlâna et le musée de Konya qui porte son nom - partie 2

La première partie de cet article publiée hier a permis de retracer brièvement les origines et la vie de Mevlâna, bien qu'il soit difficile de résumer un parcours aussi riche en quelques paragraphes.

Aujourd'hui, nous allons passer tout notre temps dans l'enceinte du célèbre musée de la ville de Konya qui porte le nom de cet homme...

 

  vendredi-120-copy.jpg
                         Dans la cour du musée Mevlâna de Konya, en fin de journée

C'est en musique que je vous invite à me suivre.

 
Après la mort de Mevlâna le 17 décembre 1273, ses compagnons décident d'ériger un monument au-dessus de sa tombe située à côté de celle de son père. Les deux hommes sont enterrés à l'endroit même où le sultan Alaeddin Keykubad 1er est venu accueillir la famille venue à Konya sur son invitation. Ce terrain a ensuite été donné à Baha ed-din Veled, le père de Mevlâna, et à ses descendants.

  vendredi-106-copy.jpg

                                             Dans la cour du musée Mevlâna

Rumi considérait les monuments funéraires inutiles et avait coutume de dire "Le véritable mausolée doit être le coeur des hommes". Néanmoins, les disciples de Mevlâna sont bien décidés à faire construire un mausolée en son honneur. 

samedi-7h37-copy.jpg              Ambiance particulière en ce samedi matin à 7 h 30, le silence règne encore

Quelques mois après sa mort, Süleyman Pervâne, un émir seldjoukide, accompagné de son épouse et un autre compagnon intime de Mevlâna, rendent visite au fils de ce dernier, Sultan Veled, pour lui faire connaître leur intention. 

                      Photo-017-copy.jpg 

                 Dervişan kapısı, l'entrée principale qui permet d'accéder au mausolée

La proposition est acceptée et la construction confiée à un architecte turc, Bedr ed-din de Tabriz alors qu'un maître-artisan, du nom de Selimoğlu Abdülvahid, est chargé de la décoration intérieure du catafalque en bois qui couvre la tombe. 

   Photo-036-copy.jpg
           De nombreux membres de la famille et d'autres derviches sont enterrés là également

Le türbe de Mevlâna, d'une hauteur de 25 mètres, est achevé en 1274 et coûte la bagatelle de 130 000 pièces d'or seldjoukide... pour un chef-d'oeuvre sans pareil à cette époque.

                           samedi-014-copy.jpg

Quatre piliers sont reliés entre eux par des arcs en briques et une toiture conique à seize côtes coiffe un tambour cylindrique à seize cannelures sur la circonférence duquel un bandeau épigraphique est placé. Des faïences émaillées recouvrent l'ensemble et l'intérieur est décoré de calligraphie.

    Photo-045.jpg
                    Un mausolée somptueux pour un homme hors du commun...

Une fois ce mausolée achevé, Sultan Veled et les disciples de Mevlâna se regroupent aux alentours. Au fil du temps, des bâtiments annexes sont construits pour accueillir la confrérie qui ne cesse de grandir. Ce lieu, qui n'est à l'origine qu'un tombeau, devient le couvent des Mevlevi de la ville.

   samedi-013-copy.jpg
Autour de la tombe de Mevlâna et de son fils Sultan Veled qui repose à présent à ses côtés, 65 sépultures abritent les membres de sa famille mais également des derviches de Balkh, sa ville natale

La visite se prolonge à l'intérieur de l'ancienne semâhane, salle où les derviches accomplissaient leurs danses mystiques, et de la mosquée, contigus au türbe.

   samedi-017-copy-copie-1.jpg
              L'ancienne semâhane, avant que la foule des visiteurs ne vienne envahir les lieux

Les murs de la semâhane sont décorés de tapis de valeur d'origines diverses ainsi que de seccade, les tapis de prière.

   samedi-018-copy.jpg

De nombreuses vitrines abritent des objets d'art offerts au couvent.

                       samedi-019-copy.jpg

Dans d'autres sont exposés des instruments de musique utilisés par les Mevlévi, tels les ney, ces flûtes au son particulièrement envoûtant.

   Photo-053.jpg

Dans l'ancienne salle de prière, de nombreux manuscrits et reliures datant du XII au XIXème siècle sont visibles.

   samedi-030-copy.jpg
                                Reliure du "Divan'i kebir" de Mevlâna - 1854

Atatürk visite durant plus de trois heures le couvent et le türbe de Mevlâna en mars 1923 lors d'une visite officielle à Konya. Admiratif du grand mystique, Mustafa Kemal Atatürk, soucieux de préserver les oeuvres d'art, est conscient de la richesse des lieux.  

Bien qu'il soit à l'origine de la loi du 30 novembre 1925 ordonnant la fermeture des tekke et medrese, c'est aussi lui, qui, par une circulaire gouvernementale du 6 avril 1926, fait transformer le site en musée qui ouvrira ses portes au public le 2 mars 1927.

                       samedi-016-copy.jpg

J'ai eu l'immense bonheur de pouvoir "m'approprier" le musée Mevlâna durant près d'une heure un samedi matin d'août dernier, avant l'ouverture au public, et l'autorisation, difficilement accordée, du directeur des musées de la ville de Konya de faire des photos durant quelques minutes seulement.

Certaines sont ajoutées dans un album consultable directement à partir de la page d'accueil du site.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

christiane 11/10/2014 16:01

Je suis allée à Konya en 1989. Le souvenir est toujours extrêmement vivace de l'atmosphère perçue et, malgré la foule, mouvante, j'avais l'impression d'être dans un état de grâce, hors du monde.
J'ai toujours rêvé d'y retourner, en décembre car c'est l'anniversaire, je crois, de Mevlana, mais ça n'a pu se faire. Me reste le souvenir de ce moment très fort.

Nat 11/10/2014 16:26

Le 17 décembre, c'est la date anniversaire de la mort de Mevlâna... Je comprends que les souvenirs soient encore très forts...

J-P Silvestre 02/10/2009 16:44


Toujours de bien belles photos d'une architecture surprenante pour des gens qui, comme moi, n'ont jamais mis les pieds en Turquie !


Nat 02/10/2009 18:24


Tous ces lieux que je te présente te donnent peut-être l'envie de venir les poser, tes pieds...


florent 02/10/2009 14:32


Le musée pour toi toute seule: quel privilège... Je me rappelle très bien de Konya et de l'atmosphère si particulière qui y régnait, en dépit du fait que j'étais malade comme un chien... J'avais
mangé trop de halva la veille :)
Superbe ville néanmoins, spirituelle s'il en est.


Nat 02/10/2009 18:23


J'ai vraiment respiré l'air ambiant autant que j'ai pu durant cette petite heure... bien plus que lorsque les lieux étaient envahis la veille où il est difficile de profiter pleinement de
l'atmosphère troublante. Quant à ta gourmandise, elle a eu raison de toi...


Richard LEJEUNE 02/10/2009 09:29


Beau privilège, effectivement, qui permet aux ignares en la matière que certains d'entre nous sommes, et moi tout le premier, de découvrir des petites merveilles d'artisanat ...

Et à ce propos, qu'est-ce que cet objet que tu nous proposes sur la photo qui précède les instruments de musique ?

As-tu remarqué qu'ici aussi se retrouve, comme sur des tombeaux de certains précédents articles, ce "noeud" autour d'un manche en bois ?

J'attends l'album complet que tu annonces avec une certaine impatience !


Nat 02/10/2009 18:17



Cet objet, j'ai eu la mauvaise idée de ne pas photographier le texte attenant, je l'ai trouvé très esthétique... Mea culpa, mais le temps dont je disposais m'était compté... Si j'avais pu
photographier durant toute l'heure où j'étais seule, j'aurais pu faire mieux mais ce n'était de loin pas le cas... 
Le "noeud" va peut-être être délié sous peu... patience ; quant à l'album (pas de toutes mes photos toutefois) vient d'être mis en ligne...



laurence 02/10/2009 09:17


oui, vraiment un peu de lumière descend sur chaque visiteur! j'ai aussi beaucoup aimé ce musée.


Nat 02/10/2009 18:12


Un peu de lumière... effectivement !


chantal 02/10/2009 08:50


magnifique et je comprends le plaisir que tu as eu à pouvoir en profiter seule !
J'aime beaucoup la phrase: "le véritable mausolée doit être le coeur des hommes"


Nat 02/10/2009 18:11



Cette phrase en dit bien long pour celui qui cherche à la comprendre et à en faire sienne tous les jours...