Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 13 ans

Celal, repasseur indépendant à Urfa

Dans la superbe ville d'Urfa, au sud-est de la Turquie, le bazar, dont une bonne partie date du milieu du XVIème siècle, sous le règne du sultan Soliman le Magnifique, recèle des trésors que nous découvrirons dans les prochains jours.

C'est à l'étage d'un ancien bâtiment ottoman, derrière une porte parmi tant d'autres, que Celal passe ses journées. Cela fait près de 16 ans qu'il y exerce la profession d'ütücü, à savoir de repasseur.


                     sud-est 122 copy                        
                 Une porte derrière laquelle se trouve un petit atelier comme celui de Celal

Depuis qu'il est à son compte, ce kürt Urfalı çocuk - enfant kurde d'Urfa  - travaille au même endroit, où quatre - cinq autres collègues effectuent aussi ce métier dans des pièces alentours.

 

  sud-est 102 copy
                                              Celal en plein travail

Pantalons, chemises et vestes passent entre ses mains inlassablement, à raison de cinq minutes environ chacun. En mai 2009, les clients payaient 0,75 TL, - soit 0,35 € - pour le repassage d'une chemise et 1,25 TL - soit 0,60 € - pour celui d'un pantalon ou d'une veste.

 

                     sud-est 110 copy
                         Le travail est minutieusement réalisé et avec le sourire...

L'hiver, le travail ne manque pas, environ 40 à 50 vêtements sont confiés à Celal tous les jours. Par contre, en été, lorsque le soleil plombe les ruelles étroites de la vieille ville, entre 10 et 15 pièces seulement prennent quotidiennement le chemin de son petit atelier. Certains ütücü, pour pouvoir faire vivre leur famille tout au long de l'année, se transforment par exemple en serveur de thé durant la belle saison...

Celal loue à l'année la petite pièce occupée pour la somme de 800 TL, un peu plus de 370 €. 

 

  sud-est 103 copy
            
Ce métier, typiquement masculin en Turquie, est encore très en vogue dans cette région. Aucune femme n'exerce de façon indépendante mais certaines repasseuses sont employées dans des usines de textile. 

 

                       sud-est 113 copy
                                                 Celal, ütücü à Urfa

D'ailleurs, les femmes ne repassent pas chez elles, elles s'occupent du ménage, de la cuisine et des enfants, tout comme l'épouse de Celal, dont la journée est bien remplie avec leurs trois enfants de 2, 4 et 6 ans.

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Céline 05/01/2010 12:15


Chez nous, c'est mon mari qui repasse les chemises, j'ai horreur de ça...


Nat 05/01/2010 14:31



Ne güzel !



J-P Silvestre 05/01/2010 11:37


Je repasserai...


Nat 05/01/2010 14:31



Je t'embauche si tu passes... ou repasses par là !



Gaëlle (Luxembourg) 04/01/2010 12:30


Je te souhaite une très bonne année 2010, chère Nathalie, avec quelques jours de retard. Avec les -6 degrés de ce matin, j'ai bien besoin de tes billets pour m'évader un peu! Pour en revenir au
sujet du jour, veux-tu dire que les femmes donnent toutes leur linge à repasser à l'extérieur? En tous cas, certains messieurs pourraient prendre exemple... Amitiés et j'espère que 2010 m'offrira
quelques jours de repos à Istanbul.


Nat 04/01/2010 16:57



Merci pour tes voeux ! Concernant le repassage, en tout cas dans le sud-est du pays, il semble bien que cela soit "délégué" aux hommes...



Delwiche 04/01/2010 11:39


Ben oui, tu sais, j'aime ce genre d'article !


Nat 04/01/2010 11:49



Je sais...



chantal 04/01/2010 11:18


il est bien sympa ton repaseur et il repasse vite !!! 5 mn pour une chemise je ne sais pas le faire


Nat 04/01/2010 11:20


Repasser des chemises, ce n'est pas ma tasse de thé non plus...