Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 18 ans.

Du bretzel au simit

Dans une maison anatolienne plus que centenaire

Dans la cour, un chapelet de piments sèche au soleil... De grosses poutres soutiennent cette maison plus que centenaire perdue au milieu de constructions bien plus récentes. Nous nous trouvons dans la petite ville de Karaağaç, en Anatolie, au nord du lac de Beyşehir...

mercredi--180--copy.jpg           

Il faut grimper un frêle escalier de bois pour rejoindre les pièces d'habitation. Dans la première, grande ouverte vers l'extérieur, règne un joyeux tumulte. Des enfants de tous âges jouent, crient et courent dans tous les sens. Les adultes sont assis, certains autour d'une table, d'autres sur d'épais coussins posés à même le sol, devisant à qui mieux  mieux.

On m'invite à franchir une porte assez basse qui mène au salon où l'on se réunit lorsque la belle saison est terminée.

                   

Le plafond est vêtu de belles poutres sombres. De part et d'autre de la pièce, les murs sont habillés de placards tout en bois, encastrés dans les murs, abritant peut-être des souvenirs aussi anciens que cette demeure.

mercredi--184--copy.jpg        

J'aimerais pouvoir rester seule plus longtemps dans cette pièce qui a sans doute mille et une histoires du passé à me raconter.

mercredi--185--copy.jpg        

Les murs peints en blanc donnent à tout ce bois encore plus belle allure. 

                


J'admire les lignes du bois, les délicats encadrements, les sculptures qui apparaissent derrière quelques tissus aux bords dentelés.

mercredi--188--copy.jpg          

Je respire une dernière fois l'odeur attrayante de cette pièce avant de retrouver l'ambiance tumultueuse qui règne à quelques mètres de ce havre de paix.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A

Salut Nat, Un petit coucou de Hong Kong.
Moi je me rappelle surtout du helva böregi. :)


Répondre
N

Ha ha, cela ne m'étonne pas, les sentiments passent toujours par l'estomac...


A

J'adore ces vielles maisons ottomanes!


Répondre
N

Tu n'es pas la seule, ben de !


S

les bois sont vraiment très spéciaux

bises du soir en passant


Répondre
N


J'aime beaucoup le bois, matière vivante et chaude...



T

Bonjour, je m'échappe de Chine pour venir te faire une visite.
Tu écris très bien.
Je continue mon exploration...
:0025:


Répondre
N

Merci pour cette visite de Chine...


C

je suis d'accord avec toi pour la chaleur du bois et sa patine et pour les maisons de l'écomusée,bien que "sehr heimlig", elles ont perdu leurs habitants et il faut l'inventer leus histoire plutôt
que de l'écouter raconter


Répondre
N


Vu sous cet angle-là, ok ! Il faut bien que notre imagination travaille un peu aussi...



C

belle découverte, nos anciens savaient rendre un intérieur chaleureux avec du bois et il est difficile de trouver encore habitée ce genre de maison. Il y en a de jolies en Alsace à l'écomusée mais
elles ne sont plus habitées et ont perdu leur âme


Répondre
N

J'ai souvenir de l'une ou l'autre maison typique du Sundgau habitée par des connaissances où l'intérieur était particulièrement chaleureux avec les poutres et le kacheloffen. Etant retournée il y a
3 ans je crois à l'Ecomusée d'Ungersheim, je ne trouve pas, pour ma part, que ces maisons ont perdu toute leur âme. Cela reste bien plus "heimlig" qu'une construction en béton.


M

les bois sont magnifiques !
bon we !


Répondre
N

Comme je l'écrivais, je les aurais bien reniflés plus longtemps encore...


R

"On m'invite", écris-tu ...

Qui est ce "On" ?
Cela signifie-t-il aussi que voyant une "étrangère" prendre des photos dans la cour de sa maison, une personne t'a invitée à venir photographier l'intérieur ?

Alors, là, chapeau pour le sens de l'hospitalité !
Je crois qu'en nos régions septentrionales, mis à part au moment des Journées du Patrimoine, l'on t'aurait plutôt priée d'aller voir ailleurs !


Répondre
N

J'ai volontairement fait planer un peu de mystère quant au texte du jour. Je revenais en fin d'après-midi avec mon ami Aytekin du palais de Kubad Abad et nous nous sommes arrêtés non loin de cette
demeure. Or, devant elle, ne voilà-t-il pas qu'il se retrouve nez à nez avec un vieux copain d'enfance et nous voilà immédiatement invités dans cette maison qui appartient à la famille dudit
copain. La discussion ayant déviée sur mes activités, de suite il m'a été proposé de me montrer quelques coins et recoins intéressants de cette belle maison.
Il m'est arrivé bien des fois, étant seule, d'être invitée à boire un thé, à manger, voire à passer la nuit chez d'illustres inconnus avec qui je n'ai échangé que quelques paroles ou qui me voient
prendre des photos et lever le nez partout où je vais... En Turquie, l'hospitalité n'est pas un vain mot, c'est certain.
Il est bien rare de vivre ce genre de situation dans les régions que tu évoques...