Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 18 ans.

Du bretzel au simit

Du bonheur dans les yayla

Ce matin, j'ai découvert un message laissé en commentaire sur un vieil article mais qui a réveillé en moi plein d'heureux souvenirs. Il était question de ces petits bonheurs très simples mais si réels, de ceux qu'on n'oublie pas !

J'ai voulu replonger quelques minutes dans cet univers des yayla, ces alpages situés tout au nord-est de la Turquie, à environ 3000 mètres d'altitude, près de la frontière géorgienne.

Je revois cet homme à cheval, descendu des alpages et surgissant de nulle part, au milieu de cette steppe où les fleurs sauvages sont plus nombreuses que les hommes.

                       Quatrieme-jour-006-copy.jpg

Je me souviens du ciel menaçant, prêt à déverser des trombes d'eau au-dessus de ces constructions utilisées seulement durant les mois d'été.

   Quatrieme-jour-061-copy.jpg
       
Je me souviens des parties de fou rire avec mes jeunes amis. Nous nous tenions tous par la main, courant dans les champs, escaladant des rochers sur lesquels je n'aurais jamais songé à monter toute seule, puis faisant une pause dans l'herbe, de vrais moments de bonheur...

    Quatrieme-jour-047-copy.jpg
       

Je me souviens de la petite Damla, la dévoreuse de fleurs comme je l'appelais ! Aussi fraîche que la rosée du matin, aussi gaie qu'un pinson, je la voyais grimper, dégringoler, courir, sauter comme un chamois dans cet environnement qu'elle connaît par coeur.

                      Quatrieme-jour-043-copy-copie-1.jpg

                                                     Damla, ses fleurs, son sourire...

Je me souviens de ces maisons dans lesquelles j'ai vécu des heures intenses, joie d'être ensemble, de partager, d'échanger, de se connaître, quel cadeau ! Même le ciel s'y était mis, offrant un arc de couleurs...

     Quatrieme-jour-064-copy.jpg
         
J'aurai l'occasion de reparler de ces yayla où j'ai rencontré ou revu des hommes, des femmes, des jeunes au coeur immense, et dont le souvenir reste toujours présent dans le mien.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R

Très bel article, effectivement, empreint de nostalgie, de regrets, d'une certaine morosité ...

Il y a comme cela des jours où un simple souvenir, une photo jaunie (je pense évidemment aux vieux clichés que les enfants du numérique ne connaissent peut-être plus ...) permettent par leur beauté
naturelle de transcender un souci passager ou une petite douleur articulaire ...


Répondre
N

Juste empreint de délicieux souvenirs...


E

petits bonheurs=antidote des jours moroses


Répondre
N

Pas que des jours moroses... Ils peuvent aussi éviter que certains jours deviennent moroses !


M

Comme toujours, Nat, tes photos sont si belles, qu'immanquablement, elles éveillent en moi un flot d'émotions ; merci ; je ne connaissais pas cette région ; comme tu as de la chance de pouvoir
ainsi visiter la Turquie...


Répondre
N


C'est une région totalement épargnée par le tourisme et c'est tant mieux. N'y viennent que les familles se retrouver en été et quelques personnes qui ont la chance de découvrir des paysages aussi
généreux que les gens qui y vivent...



M

Coucou Nathalie, merci pour ce très joli sourire et pour ces sourires d'enfants si extraordinaires.
Gros bisous et très belle journée,


Répondre
N


Les sourires, qu'ils soient d'enfants ou d'adultes, me ravissent toujours !



C

beaucoup de tendresse pour DAMLA


Répondre
N

J'en ai beaucoup pour elle, ses soeurs, et plein d'autres jeunes et moins jeunes que je connais sur place.


R

Ahhh la la, quand on voit ça, on se demande parfois ce qu'on fiche entouré de cheminé d'usine, de pots d'échappement, du bruit incessant, etc.

Merci Nat pour ces superbes endroits que tu nous montres.


Répondre
N

La nature est si belle par là bas...


E

Bonjour ma chère Nat,
Grâce à tes photos je suis retourné au Yayla.
Elles me manquent aussi Yagmur, Damla, et les autres. Leurs sourires et leurs gentillesses sont gravés dans ma tête.
Merci de m'avoir fait vibrer le coeur ce matin avec ces photos toujours aussi réussites.
Gros bisous et à bientôt.


Répondre
N

Tu sais à quel point j'aime ce coin de la Turquie... Je comprends que tu aies vibré en même temps ce matin...


N

Voila un joli article . Un peu nostalgique ce matin ???en tout cas ces habitants respirent la bonté effectivement... le grand air doit embellir leurs coeurs...


Répondre
N


Ce matin, mes pensées se sont effectivement envolées vers des coins où l'on respire, où l'on se régénère et où l'on rencontre des personnes avec une richesse de coeur énorme !