Ersin, kömürçü à Istanbul

 

Le charbon est produit en grande quantité en Turquie, notamment dans la région houillère de Zonguldak en Mer Noire, mais également à Samsun, Manisa...

 

A Istanbul, en dévalant la pente de la Süleymaniye en direction du grand boulevard qui relie la Corne d'Or à l'aqueduc de Valens, j'ai traversé le quartier un peu sinistre de Hoca Gıyasettin.

 

                 10-novembre-2010 1404 copy

    Çà et là, quelques anciennes belles demeures en bois évoquent le passé du quartier

 

Bien que ce jour-là, la majorité des habitants du pays profitaient des jours de congés de la fête du sacrifice, la porte d'un dépôt bien sombre était ouverte et à l'intérieur se trouvait Ersin.

 

  10-novembre-2010 1412 copy

                                     Ersin dans son dépôt de charbon

 

Originaire de la région de Mardin, il est venu tenter sa chance à Istanbul il y a 6 ans de cela, le travail étant bien trop rare par chez lui.

 

Le charbon qu'il manipule à longueur de journées est destiné à alimenter les narguilés ainsi que les mangal - barbecues locaux - et les nombreux ocakbaşı.

 

Le client appelle le distributeur de charbon pour passer sa commande qui lui sera ensuite livrée.


                        10-novembre-2010 1414 copy

                                  Le visage se détend, un sourire finit par apparaître


Ersin n'est pas très à l'aise lorsque je commence à lui poser des questions, s'inquiète de me voir prendre des notes dans le carnet qui ne me quitte jamais à l'extérieur...

 

Lorsque je lui demande si je peux prendre quelques photos de lui et de son environnement quotidien, il hésite, puis m'accorde sa confiance en échange d'une promesse, celle de lui amener les tirages.

 

J'aurais aimé en savoir un peu plus sur sa vie de tous les jours, son travail mais pour l'heure, je sais juste qu'il n'est retourné qu'une seule fois dans sa région natale depuis qu'il vit à Istanbul. Lorsque je lui donnerai ses photos, je poursuivrai sans doute la discussion, pour mieux connaître Ersin, kömürcü à Istanbul.

 


nina d'istanbul 10/12/2010 10:55


ps: justes pour te dire que dans certaines cultures , les gens croient que lorsqu'on les prends en photos , on "vole" leur image donc leur âmes...
ici les gens travaillant dans ce que l'on appellent les petites métiers, n'ont pas souvent d'appareils photo en famille et ce qu'ils aiment beaucoup, c'est une photo d'eux en pied, en costume,
qu'ils pourront exposer fièrement dans leur ateliers et boutique, montrer à leurs famille, enfants et petits enfants... un peu comme en France à une certaine époque...Je demande par l'intermédiaire
de ton article, mais bien entendu je ne te vise pas - tu fais un travail de reporter précieux- aux touristes d'y penser avant de faire trop souvent des photos "antropologiques" ... montrant "
l'espèce au travail"...
Bien entendu je ne vise pas non plus tous les trouristes mais je crois que beaucoup comprendront... essayons d'imaginer par exemple nos petits enfants tous blonds et "morveux" entrain de jouer dans
la rue ; sur des sites et blogs étrangers, au pif "japonais par exemple".. juste parcequ'ils sont trop mignons ces petits blonds européens...
C'est pourtant si souvent le cas avec le petits turcs .. qui ne sont pas toujours les enfants des rues.. mais les gamins du quartier...

Autre exemple du "droit à l'image"...
Personnelement j'en suis arrivée à ne plus aller aux différents vernissages, coktails et autres pour ne pas me retrouver "la bouche ouverte en train de manger une bouchée au fromage" sur des sites
et autres "neteries" locales!!!
amitiés... je répète que ce commentaire ne te vise pas mais est un rebondissement sur le sujet...


Nat 11/12/2010 07:41



Je suis tout à fait d'accord avec toi, nous avons déjà eu l'occasion d'en parler à l'occasion des célébrations de la Nativité à Istanbul si je me souviens bien. J'ai moi-même été plusieurs fois
choquée par l'attitude de certaines personnes qui photographient sans respecter qui que ce soit en se croyant tout permis.


Je sais à quel point beaucoup de personnes vivant en Turquie et ne disposant pas d'appareil aiment poser et sont vraiment heureux de recevoir encore, de la main à la main, ou par courrier, ces
souvenirs sur papier que beaucoup promettent et ne font jamais parvenir...



Martine 05/12/2010 17:28


Sait-il, Ersin, que son image fait le tour du monde et qu'il est devenu populaire...? Que la fée du charbon le protège et lui donne sa chance...


Nat 05/12/2010 18:46



Il a effectivement la cote Ersin !!!



nina d'istanbul 03/12/2010 09:09


Bşine sur que j'imagine que tu ne lui a pas sauté dessus:)) Mais en Turquie , même si l'objectif pointé souvent comme une aurme .. les photographe ne s'en rendent pas assez compte , est tout de
même acccepté . par gentillesse..Ailleurs tu risquerais d'entendre le fameux ... "Quoi tu veux ma photo ? Et le droit à l'image et patati et patata.. ".Pas vraiment respecté ici non le droit à
l'image de quelqu'un...? Sujet de dissertaiton pour le week-end? La belle ...


Nat 03/12/2010 17:37



Je l'ai entendu "le droit à l'image" lors de ma première photo prise il y a un an sur un marché en France, ça m'a bien refroidi...  Quant à Ersin, mon appareil était rangé dans son sac quand
je l'ai abordé, mais je suis bien consciente que si l'appareil est sorti, d'entrée cela peut gêner et refroidir plus d'une personne...



Gaëlle 02/12/2010 16:24


Il n'est peut-être pas toujours facile de se confier à une inconnue et étrangère de surcroît (te reste-t-il encore un soupçon d'accent français pour te trahir?)
Tu nous mets l'eau à la bouche, j'ai hâte d'en savoir plus sur ce monsieur...


Nat 02/12/2010 18:22



Jo, bien sûr, quand che parle, tout le monde me rétorque de suite "toi, tu viens de l'Alsace c'est sûr avec ton accent !!!!!"



chantal 02/12/2010 08:46


alors bon interview de Ersin et dis lui bien que les étrangers ne connaissent pas cette vente au détail et que je l'admire


Nat 02/12/2010 18:18



Je transmettrai...



sittelle 02/12/2010 08:29


Un jeune et courageux garçon, je te remercie Nina, c'est un beau reportage. Les "bougnats" auvergnats nous livraient les sacs de charbon , quand j'étais petite; j'aimais bien, ils étaient tout
noirs de suie et comme ils riaient tout le dent, on voyait leurs dents blanches ! est-ce qu'il y a plusieurs sortes de charbon ? il y avait l'anthracite, les boulets, le poussier, etc... suivant
les moyens financiers des clients... bisous, amitiés à tous les deux !


Nat 02/12/2010 18:18



Nina, ce n'est pas moi, mais c'est elle qui a laissé un commentaire auparavant concernant mon article... Dans ce dépôt, à première vue, je n'ai aperçu qu'une sorte de charbon, puisqu'il est
destiné à un usage particulier comme je l'ai noté, mais guère au chauffage. Je poursuivrai mes investigations...



nina d'istanbul 02/12/2010 07:56


Ce qu'il ya d'incroyable avec les turcs c'est qu'ils sont gentils qu'ils disent rarement non. Mais je comprend bien ce cher Ersin et sa pudeur face à ton appareil et tes questions et.. aussi son
"accord"... visiblement de politesse.


Nat 02/12/2010 18:16



Tu as raison, il est très de se retrouver face à un refus. Rassure-toi, je ne lui ai pas sauté dessus non plus, yavaş yavaş. Après, cela dépend des personnes, il est plutôt réservé... Je ne pense
pas que c'était un "accord de politesse", il n'a pas forcément affaire tous les jours à une "yabancı" de mon espèce...



Cedistic © 2014 -  Hébergé par Overblog