Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 13 ans

İbrahim, tütüncü au Çelik hanı d'Urfa

A chacune de mes visites à Urfa, mes pas me ramènent au Çelik hanı, le han de l'acier, non pas pour y faire emplette d'une quelconque pièce de métal, mais pour plonger dans l'ambiance des tütüncü, les marchands de tabac qui y sont installés.

C'est là que je retrouve certains visages connus, dont celui d'İbrahim, natif d'Urfa, qui exerce ce métier depuis 25 ans.   


                      sud-est 167 copy
                                         İbrahim, tütüncü d'Urfa

Il propose cinq qualités différentes de tabac à ses clients. Les prix de vente valeur mai 2009 varient de 15 à 30 TL/kg (environ 7 à 14 €/kg) et le bénéfice entre 2 et 3 TL/kg.

L'Etat, pour sa part, achète du tabac de piètre qualité (entre 5 et 10 TL/kg) destiné à la vente par les tekel bâyi, concessionnaires du monopole étatique...

 

  sud-est 169 copy
                            Un produit très précieux pour de nombreux turcs

C'est à la livre ou au kilo que s'effectuent les achats, après avoir glissé ses doigts pour inspecter le produit désiré. Plus la couleur est claire, meilleure sera la qualité !

 

                  sud-est 177 copy
                                    Ce client a fait son choix...

Une cinquantaine de marchands sont installés au Çelik hanı et disposent d'autorisations municipales, parfois d'emplacements fixes comme İbrahim, parfois juste d'un petit chariot à roulettes au nom de la ville.

 

  sud-est 193 copy
           Quelques marchands de tabac font un brin de causette en attendant les clients. 

Ils écoulent chacun en moyenne 20 à 25 kg de tabac par jour... produit dans la région d'Adyaman, au nord d'Urfa et livré une fois par semaine dans des sacs d'une contenance de 6 kg.

Pour l'heure, İbrahim et un de ses amis se chargent de préparer un déjeuner simple mais délicieux, des pide tout chaud sortis du four et fourrés d'aubergines grillées et d'oignons, que nous partagerons tous ensemble...

 

  sud-est 170 copy
        İbrahim se charge de peler les aubergines pendant que son ami s'occupe des oignons

Un repas partagé en toute simplicité et avec beaucoup de convivialité !

 

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

chahine 07/01/2010 20:06


on peut le faire avec les poichiche en puree
meme delice


Nat 07/01/2010 20:12



Le humus, c'est effectivement pas mal aussi mais je préfère les aubergines...



chahine 07/01/2010 08:55


bonjour nat et bonne année,pour les turbans
rouge et noir il provient des bédouins de la syrie qui son porté les jours ferries et les noirs et blanc pour le travail a mon époque a.60 ..pour les aubergines une foie grillé on
fait le caviar d'aubergine avec du tahin et citron comme une sauce de salade en ajoutant l'aubergine hacher et une viande griller .


Nat 07/01/2010 20:00



Merci pour tes informations concernant les turbans et l'utilisation de leurs couleurs. Ah, ne me parle pas de caviar d'aubergine, j'ADORE !!!!



chantal 06/01/2010 16:42


le nom en turc tütünçu me plaît bien et comme cela m'arrivait souvent quand j'ai bossé à Istanbul, je m'amuse beaucoup des mots !!


Nat 06/01/2010 21:20



Tu en connais du coup un de plus dans ton répertoire...



Richard LEJEUNE 06/01/2010 11:36


Qu'est-ce qu'un pide dans lequel on introduit cette excellente farce d'oignons et d'aubergines grillées ? Une volaille ?

Pour quelle raison certains de ces hommes sont-ils "enturbannés" ?


Nat 06/01/2010 12:14


Le pide est une sorte de pain, de petite taille, de forme ovale, cuit dans un four, on le "fourre", on le roule et on le déguste...
Ces turbans, lorsqu'ils sont de couleur lavande, ne sont qu'un accessoire à la mode du sud-est turc, notamment à Urfa, depuis quelques années. Ils sont utilisés autant par les hommes qui les
enturbannent que les femmes qui les portent en foulard.
Par contre, il existe d'autres turbans, rouge et blanc ou bien noir et blanc, et là il me semble qu'il y a un autre signification mais dont je dois d'abord vérifier la véracité avant de raconter
des bêtises...


acline 06/01/2010 08:59


Toujours élégants les turcs même pour faire la cuisine!


Nat 06/01/2010 09:16



Lorsqu'on veut, on peut tout faire... et même élégamment !