Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 14 ans

Kaunos, site antique au cadre bucolique

A une vingtaine de minutes en bateau à moteur de la proche et agréable cité de Dalyan visitée ensemble récemment, le site antique de Kaunos offre aux visiteurs un voyage sur les traces d'une ville antique autrefois importante.

 

Les dernières demeures de ses souverains successifs ne sont autres que les tombes lyciennes creusées dans la roche sur la rive nord de la rivière Dalyan.

 

  10-novembre-2010 2488 copy

                  Sur l'emplacement du temple voisin de l'agora à Kaunos


Si Kaunos existait visiblement déjà au IX ou au Xème siècle av. J.-C., les informations recueillies grâce à Hérodote mettent en exergue l'importance de Kaunos tant du point de vue géographique que politique en 540 av. J.-C.

 

Selon l'historien grec, le dignitaire Mède Harpagos mène cette année-là une expédition contre les Cariens, les Cauniens et les Lyciens. La Carie, tout comme la Lycie, sont alors de grands territoires incluant de nombreuses villes et villages et le nom de la cité est mentionné comme un territoire propre entre les deux précités.  

 

  10-novembre-2010 2500 copy

                Depuis 1967, des fouilles sont menées par les archéologues turcs


Kaunos est le centre d'un territoire portant le même nom et incluant un certain nombre de villes et villages sous son contrôle. Revendiquant une origine crétoise, les fondateurs de la ville sont néanmoins des peuplades d'Anatolie. De par leur langue, leurs coutumes et traditions et leur religion - ils ont leurs propres dieux -,  ils se distinguent  de leurs voisins en formant ainsi un groupe anatolien bien particulier.


Grâce aux découvertes archéologiques, on sait que Kbid sera le premier nom connu de cette cité, utilisé jusqu'à la fin du 6ème siècle av. J.-C. La ville est rebaptisée Kaunos après sa colonisation par les Hellènes à la fin du 4ème siècle av. J.-C. En 387 av. J.-C,. après la signature d'un traité de paix, Kaunos est dirigée par la dynastie locale des Hecatomnids et désormais une ville carienne.

 

                  10-novembre-2010 2467 copy

                          L'escalier qui permet de descendre vers l'agora et le temple


Durant la période chrétienne, son histoire sera  longue et importante. Pendant la période de l'antiquité tardive, Kaunos reste dans l'empire Romain oriental et adhère à l'église lycienne jusqu'au milieu de la période médiévale, période durant laquelle elle porte deux noms Kaunos-Hagia.


Le peuple habitant là est décrit comme "malsain, au teint verdâtre" en raison de la malaria, grandement favorisée par les lagunes alentours infestées de moustiques.


Durant sa période de gloire, la ville possède deux ports, un à usage militaire, l'autre pour le commerce des marchandises, notamment celui du sel... et des esclaves. L'ensablement de la rade à la fin de l'époque byzantine sera fatale à l'économie de Kaunos.

 

  10-novembre-2010 2515 copy

                        Les ports s'élevaient là, la mer depuis s'est retirée considérablement


Et si nous allions approfondir ensemble la découverte de ce site au charme indéniable.


Le théâtre romain, occupé aujourd'hui par les chèvres, d'une capacité de 5000 places, se révèle bien conservé et particulièrement imposant avec ses 76 m de diamètre. Des arches situées au nord-est et au sud-est permettent d'accéder à la scène, malheureusement disparue aujourd'hui.

 

  10-novembre-2010 2430 copy

 Du haut des gradins, la vue s'étend d'un côté vers les montagnes avoisinantes, de l'autre jusqu'à la mer

 

                 10-novembre-2010 2444 copy

                   Une chèvre, parmi tant d'autres, accepte de prendre la pose...


Depuis 1967, des fouilles sont menées par les archéologues turcs en partenariat avec l'Université Başkent à Ankara qui met d'ailleurs en place progressivement d'intéressants panneaux explicatifs permettant de connaître l'avancée des travaux et de se faire une idée de certains lieux avant et après les fouilles...

 

             10-novembre-2010 2419 copy

  A côté de l'entrée du théâtre, des travaux récents ont permis d'exhumer une fontaine intéressante.


En contrebas du théâtre se profilent les restes de la palestre où était enseigné et pratiqué l'athlétisme. Juste à côté se trouvent les ruines d'une église byzantine du VIème siècle appelée "l'église au dôme", constituant un des exemples les mieux conservés de cette époque et de ce type en Anatolie.

 

  10-novembre-2010 2402 copy

                                        Kubbeli kilise ou l'église au dôme


Le bâtiment, de plan carré, comprend trois travées dont celle au centre était surmontée d'un dôme, les autres étant voûtées. L'accès se faisait par trois portes situées à l'ouest. Les chapelles attenantes côté ouest ont été ajoutées ultérieurement.

 

  10-novembre-2010 2462 copy

                            L'intérieur de l'église au dôme - site de Kaunos


De superbes mosaiques mises au jour lors des fouilles peuvent être admirées.

 

  10-novembre-2010 2410 copy

 

  10-novembre-2010 2413 copy

                                           Détail de mosaique - Kaunos


La balade se poursuit par un escalier qui dévale vers une plate-forme occupée par de nombreux vestiges.

 

Le plus imposant est celui du temple érigé là durant la seconde moitié du 1er siècle de notre ère sur une terrasse artificielle donnant sur l'agora et le port. La cour, de 30,50 x 35 m, ceinte d'une galerie de colonnades, abrite un temple de près de 10 m x 7 construit en hommage à Zeus Soteros.

 

  10-novembre-2010 2472 copy

                  Terrasse surplombant l'emplacement de l'ancien port de Kaunos


La structure en demi-lune pourrait être un sanctuaire. Une construction de forme pyramidale et d'une hauteur originale de 3,50 m semble correspondre à une pierre vénérée, considérée comme "la maison de Dieu", en référence à Basileus Kaunios, dieu-roi de Kaunos, qui n'a pas de représentation figurative.

 

  10-novembre-2010 2483 copy


Un peu plus en contrebas, au sud-est de l'agora du port, se trouve le nymphée romain dédié à l'empereur Vespasien, découvert en 1969, et dont la restauration, selon la configuration initiale, a commencé en 2005.

 

Sur cette fontaine qui a servi durant environ quatre siècles, des inscriptions sur la façade donnant sur le port révèlent le règlement douanier de celui-ci et donnent une idée précise sur l'importance de la vie économique de la ville.

 

               10-novembre-2010 2496 copy

                          Le nymphée romain en cours de restauration


Après avoir déambulé dans l'agora de taille conséquente, un tour du côté des thermes romains s'impose. Ils permettent de se faire une idée assez précise de leur ampleur et de leur prestance.

 

               10-novembre-2010 2517 copy

                                      Les thermes romains de Kaunos


Bien d'autres ruines, de moindre importance, disséminées au milieu de la végétation, méritent néanmoins qu'on s'y attarde.

 

               10-novembre-2010 2507 copy


Une visite approfondie du site nécessite au bas mot deux bonnes heures, compte-tenu de l'étendue de celui-ci. Les paysages alentours offrant de très belles vues, il fait bon s'arrêter régulièrement pour diriger son regard tant en direction de la mer que des montagnes environnantes. 

 

Je vous propose de terminer cette visite en images par ce diaporama.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

didier 15/12/2010 20:41


Réponse à Richard sur la "machine" : ma femme qui est archéologue a déjà utilisé ce genre d'engins pour déblayer la couche supérieure qui ne contient pas de matériel archéologique (terre , roches)
ou qui en contient sous forme de déblais mélangés non "exploitables" du point de vue scientifique. Pas de souci ! Cela se fait fréquemment également sur les sites archéologiques de France et de
Belgique !


Nat 16/12/2010 07:32



Je ne savais pas que ta femme est archéologue, voilà qui est intéressant... notamment pour les articles à venir... Effectivement, ton explication recoupe la mienne, et comme tu le dis, ce genre
de pelletteuse est utilisée fréquemment sur les sites.



Richard LEJEUNE 15/12/2010 12:15


Puis-je respectueusement te faire remarquer, chère Nat, que cette oeuvre de Daudet a été volontairement construite comme un apologue, c'est-à-dire une sorte de fable didactique, allégorique et
moralisatrice comme en exista beaucoup à l'Antiquité et dont Esope (Grèce - IVème siècle avant notre ère) est l'auteur le plus représentatif ; cet Esope qui, je te le rappelle, influença grandement
Jean de la Fontaine en qui, pour la Chèvre de M. Seguin, les critiques littéraires voient un des inspirateurs de Daudet.

En outre, l'histoire qu'il raconte est tirée d'un vieux conte ou d'une vieille légende du sud de la France, au moment où elle faisait encore partie de la Gaule romaine ...

Donc mon propos de départ qui se voulait humoristique n'était pas tout à fait dénué de sens ...


Nat 16/12/2010 07:31



Je crois que je vais devoir me replonger dans la lecture de Daudet, mes souvenirs sont bien lointains et je n'avais, en toute sincérité, aucune idée sur la façon dont a été construite cette
oeuvre et les références antiques auxquelles elle est liée. Si j'ai pu te faire découvrir Kaunos, tu m'auras, une fois de plus, appris quelque chose...



chantal 15/12/2010 09:18


Belle découverte et merci pour la foison de photos


Nat 15/12/2010 11:22



Si j'avais pu consacrer encore plus de temps au site, ce que je déplore d'ailleurs, la moisson aurait été encore plus importante...



Richard LEJEUNE 15/12/2010 08:26


Très intéressant reportage sur un site archéologique que mes livres d'Histoire ne m'ont jamais appris à connaître ! Grand merci Nat.

Quelques remarques :

* Alors que je voulais te demander si un accompagnement photographique plus étoffé allait suivre qui nous proposerait d'autres vues de cet espace de fouilles, je m'aperçois que, dans ta colonne de
droite, tous ceux sur les musées que tu as visités ont complètement disparu ...
Est-ce normal ?

* Je t'avoue être extrêmement surpris par ton deuxième cliché : que des archéologues se servent sur semblable terrain d'étude d'une machine excavatrice me laisse pantois : que de vestiges ils
doivent démolir !!!
Ce qui, je pense, n'est pas vraiment le but de la manoeuvre. Le moindre morceau d'os, le moindre objet, aussi minuscules soient-ils, qu'une telle machine va concasser à jamais sont parfois d'une
utilité primordiale pour la science ...
Je ne comprends pas bien la présence de cet engin destructeur !

* Il semblerait que tu aies d'autres trésors antiques à nous faire découvrir : j'attends donc avec l'impatience que génère ma curiosité en la matière.

* Un dernier point, trait d'humour sous forme de question : l'animal immortalisé par ta photo était-il le premier spectateur de la représentation théâtrale prévue ce jour-là : "La Chèvre de
Monsieur Seguin", d'après Alphonse Daudet ?


Nat 15/12/2010 11:21



Ravie d'avoir ainsi complété tes innombrables livres d'histoire...


Concernant tes remarques :


- pour les albums photos, je viens d'ajouter le module correspondant également sur les articles, en fait il n'existait que sur la page d'accueil, bonne idée de l'avoir signalé, merci


- j'ai ajouté un diaporama photos accessible en dernière ligne en cliquant sur le mot correspondant souligné


- ce genre de machine est utilisé pour des travaux bien précis après sondages et une fois qu'il y a la certitude que la portion ainsi déblayée ne comprend pas d'objet ou d'ossements


- la découverte d'autres trésors antiques est au programme pour les articles des jours à venir, j'espère faire partager le plaisir que j'ai eu à les voir sous toutes les coutures...


- je n'ai pas pensé à poser la question à ce charmant "keçi", étant affairée à en immortaliser un maximum autour de moi... L'oeuvre de Daudet à l'époque héllenistique ou romaine, il fallait y
penser...


 


 



didier 14/12/2010 20:24


J'en ai vu un certain nombre de sites archéos turcs mais pas dans cette région.? Merci pour la visite accompagnée !


Nat 15/12/2010 06:38



Il y en a encore d'autres qui seront présentés dans les prochains reportages...



J-P.Silvestre 14/12/2010 17:44


Une visite passionnante ! Un site qui restera probablement méconnu de nous autres, Occidentaux...


Nat 14/12/2010 17:50



Il l'est de beaucoup de turcs aussi... et c'est bien dommage car ce site est vraiment magnifique.