Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 17 ans.

Du bretzel au simit

La forteresse ottomane de Rumeli Hisarı à Istanbul

Lors d'une promenade sur le Bosphore ou en longeant l'une de ses rives, l'impressionnante forteresse de Rumeli Hisarı de 250 m de long, voisine du pont Fatih Sultan Mehmet qui enjambe le détroit, ne peut passer inaperçue. Elle a donné son nom au quartier tout autour.

 

  9-OCTOBRE-2009P253---le-fort-de-R-meli-Hisari-copy.jpg
         
Mehmet II a fait édifier là en 1452, en l'espace de quelques mois, cette forteresse destinée à contrôler le passage maritime, à l'endroit le plus étroit du Bosphore, interdisant tout ravitaillement de la ville par la mer.

Les matériaux utilisés pour sa construction proviennent des villages alentours,  notamment celui d'Arnavutköy.

Le sultan a choisi volontairement cet emplacement en face de la petite forteresse d'Anadolu Hisarı, sur la rive asiatique.

 

  Romar1-407-copy.jpg
         

Après la conquête de Constantinople le 29 mai 1453 par Mehmet II, ces deux forteresses vont perdre leur importance stratégique.

 

Des prisonniers de guerre ainsi que des ambassadeurs de puissances rivales seront incarcérés dans la forteresse de Rumeli Hisarı.

 

  9-OCTOBRE-2009P0006o---Fort-de-Rumeli-copy.jpg

              
Depuis 1958, Rumeli Hisarı est devenu un musée, exposant au passage canons et boulets ayant servi à l'époque.

En été, la forteresse accueille également, dans l'amphitéâtre qui a été ajouté depuis, des concerts réputés et divers, notamment dans le cadre du festival de jazz annuel.

 

  Romar1-419-copy.jpg

            
La prochaine fois qu'une balade vous conduira à une des nombreuses terrasses toutes proches de la forteresse, assaillies le week-end par les amateurs de brunch, votre regard ne manquera pas de s'arrêter un moment sur ce lieu historique de l'ancienne Constantinople.

 

   Romar1-423-copy.jpg         

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chantal 22/10/2009 18:42


merci pour ces explications car j'ai souvent vu la forteresse mais n'en connaissait pas les secrets


Nat 22/10/2009 18:51


Il y a peut être d'autres secrets cachés tout en haut des tours...


PatDeStra 22/10/2009 10:23


photo 3 : excellent !


Nat 22/10/2009 18:34


Ce n'est pas ma préférée, cette photo prise il y a près de 6 ans. Il va falloir que je songe à refaire de nouveaux gros plans, étant mieux équipée depuis...


Richard LEJEUNE 22/10/2009 08:49


Voilà un musée qu'il m'intéresserait (aussi) de visiter.

1453, la date de la Prise de Constantinople par les Turcs, dit-on pour faire court, fut choisie par certains historiens pour symboliquement marquer sur une ligne du temps la fin du Moyen Âge et le
début des Temps Modernes (d'autres lui préfèrent 1492, à savoir l'arrivée de Colomb en Amérique).

1453 constitue donc non seulement une date "charnière", mais aussi l'apparition, en Europe, des fameux canons turcs dont celui "des Dardanelles" est le plus connu.
(Par parenthèses : se trouve-t-il exposé dans ce musée ?)

Cette nouveauté dans l'artillerie européenne eut évidemment d'énormes conséquences, dont celle de transformer les fortifications médiévales jadis munies, notamment, de meurtrières (c'est-à-dire de
petites fentes verticales à travers lesquelles on pouvait tirer des flèches sur les assaillants) et d'y prévoir, à partir du XVIème siècle, des ouvertures plus grandes (appelées évidemment
"canonnières") permettant de tirer avec des boulets sur les éventuels ennemis.

En France, peut-être le connaîs-tu, le plus beau représentant de cette architecture militaire est l'admirablement conservé château de Bonaguil, aux confins du Périgord et du Quercy.

Ironie du sort, il ne servit jamais à rien, car ne fut jamais attaqué. Mais cela, c'est une tout autre histoire ...


Nat 22/10/2009 18:31



Je ne peux te répondre (pour l'heure) si le canon "des Dardanelles" est exposé là où du côté de Çanakkale... Je n'ai finalement mis les pieds à l'intérieur de cette forteresse que deux fois,
une fois en avril 2002, la première fois que je suis venue à Istanbul mais je n'ai pas de souvenirs vraiment précis, n'ayant pas accroché spécialement... et la seconde fois à l'occasion d'un
concert en août 2005... mais uniquement dans l'ampithéâtre et de nuit.


Je viens de regarder à quoi ressemblait Bonaguil et où il est situé, non je ne le connais pas et ne l'ai jamais visité malgré un certain nombre de crochets par le Périgord, une région que j'ai
toujours beaucoup apprécié.