Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 17 ans.

Du bretzel au simit

Le Létôon, un sanctuaire lycien au goût bucolique - partie 2

Article réalisé avec le concours d'Yves-Marie Laouenan et de LDSlogo

 

Le sanctuaire lycien du Létôon dont vous avez découvert la belle légende ainsi que l'histoire ne peut que ravir les amateurs de vieilles pierres dans un cadre enchanteresque où l'eau prend une place importante.


Si le site est bien moins étendu que celui tout proche du Xanthos que nous avons arpenté longuement ensemble, il n'en demeure pas moins sûr que de nombreux vestiges sont encore enfouis dans les nombreuses couches d'alluvions qui ne facilitent d'ailleurs pas les recherches.

 

  10-novembre-2010 0954 copy

           L'eau, la pierre, la végétation et la montagne harmonieusement unis au Létôon


Il a été possible d'apercevoir, à quelques reprises, lorsque la nappe phréatique est particulièrement basse, des éléments appartenant à des portiques plus anciens que ceux visibles des touristes.


Ces alluvions, qui ont progressivement enfoui le Létôon après son abandon au VIIème siècle, ont permis la préservation du temple de Léto dont 80 % des blocs ont été retrouvés sur place. 

 

 

L'édifice a été détruit en deux temps : ce fut d'abord la colonnade, permettant  aux premiers chrétiens de réutiliser le reste de la construction pour réaliser en partie l'église voisine érigée au Vème siècle ap. J.-C. Plus tard, les murs furent démontés pour récupérer le métal des scellements, sans doute au moment de l'abandon définitif du site.

 

 10-novembre-2010 0859 copy

     Le puzzle pour reconstituer le temple de Léto nécessite encore bien des années de travail


Juste à côté du temple de Léto, de style ionique, se trouve celui du même ordre dédié à sa fille Artémis - le plus modeste des trois -, lui-même contigu à celui d'Apollon, dont les dimensions rivalisent avec l'édifice honorant sa mère.

  

De nombreux blocs de pierre ont été probablement subtilisés à l'époque byzantine aux ouvrages consacrés à Artémis et Apollon, également pour construire l'église nichée tout près de là, sur la limite sud du site.


   10-novembre-2010 1711 copy

A l'avant-plan, les vestiges du monument érigé en l'honneur d'Apollon et à droite ceux du temple dédié à sa soeur Artémis ; à l'arrière-plan, les restes de l'église construite à l'époque byzantine


Le temple dorique dédié au fils de Léto abrite une mosaïque de toute beauté ornant le sol de l'enceinte sacrée. Décomposée en trois parties, chacune évoque Apollon, l'une des divinités grecques les plus connues.


La rosace du milieu, interprétée comme étant le soleil, se trouve entourée d'un côté par une lyre, instrument que l'on trouve souvent sur des représentations du dieu des arts et, de l'autre, un arc et un carquois en référence au dieu archer qu'il était également.


   10-novembre-2010 0831 cop

                       Trois symboles d'Apollon réunis dans une seule mosaïque


Les trois temples, constituant un ensemble magnifique, s'élèvent en fait sur une esplanade taillée dans le rocher de la colline qui a subi différents aménagements au fil du temps. Bien avant ceux visibles aujourd'hui, trois autres temples avaient été édifiés par des tâcherons aux  environs de 400 av. J.-C., du temps du dynaste Arbinas, à l'origine du monument des Néréides de Xanthos. 

 

Au nord des temples, il est difficile d'apprécier, au vu de l'aspect actuel, ce que pouvait être l'imposant portique construit probablement vers la fin du IIème siècle av. J-C. Celui-ci, dont la façade originale était dorique, possédait deux nefs.

 

  10-novembre-2010 0892 copy

                                 Vue partielle du portique nord


Parmi les trouvailles réalisées dans ce secteur par les membres de la mission archéologique française, une des plus intéressantes pour les visiteurs est certainement la base à bucranes de toute beauté.


   10-novembre-2010 0850 copy

 Un bucrane - tête de boeuf décorée - parmi les nombreux taillés dans le portique nord du Létôon


Le théâtre, construit au milieu du IIème siècle av. J.-C., donc bien après les temples, et visiblement érigé à des fins religieuses, est accessible notamment par un chemin de pierre en escalier donnant sur un tunnel qui permet de se retrouver directement à l'intérieur de l'édifice.

 

  10-novembre-2010 1562 copy

          Accès sud du théâtre orné d'une élégante façade sculptée au-dessus de la voûte

  

La partie centrale, réalisée à même la roche naturelle d'une petite butte, se trouve entourée de part et d'autre par des parties maçonnées.


Si le bâtiment de scène n'a guère survécu aux siècles écoulés, sa localisation a pu se faire à près de 3 mètres sous le niveau du sol actuel.


En empruntant le second tunnel côté nord, le visiteur peut voir le couvercle d'un sarcophage lycien ainsi que plusieurs tombes témoignant de la présence d'une nécropole bien avant la construction du théâtre.

 

  10-novembre-2010 1509 copy 

         Le théâtre du Létôon dont une partie a directement été réalisée dans le rocher

    

Après avoir traversé à nouveau l'esplanade des temples, la vue se porte sur le nymphée romain construit également au IIème siècle av. J.-C. Un portique semi-circulaire, agrémenté d'une colonnade, encadrait le bassin.


Une salle de taille importante avait été créée au centre du portique, à l'intérieur de laquelle, au vu de l'inscription trouvée sur place, trônait une statue de l'empereur Hadrien adulé dans de nombreuses régions grecques ou héllénisées visitées durant son règne.

 

  10-novembre-2010 0933 copy

                 Vue partielle du secteur du nymphée romain du Létôon


Dans le précédent article était évoquée l'importance des découvertes épigraphiques faites par la mission archéologique française qui oeuvre là depuis 1962.


Sur de nombreuses pierres, des textes en lycien, parfois doublés en grec, permettent de découvrir les us et coutumes de ceux qui ont foulé cette terre il y a si longtemps.

 

  10-novembre-2010 0944 copy

                   Un livre d'histoire écrit sur les pierres du Létôon


Au pied de la falaise surplombant le site, le monument Arrountti, du nom d'une puissante famille avant vécu au IIème siècle de notre ère, apporte également, au fil des années de fouilles, des informations écrites sur cette période de l'histoire du Létôon. 

 

 10-novembre-2010 0959 copy           Une partie du monument Arrountti dont certains éléments racontent l'histoire de la famille              

   

 Il va sans dire que de nombreux paragraphes seraient encore nécessaires pour décrire beautés visibles ou à demi-cachées qu'offre ce lieu extraordinaire au passé prestigieux.


Les travaux réalisés sur place par la mission archéologique française depuis près de 50 ans tendent, ces dernières années, à miser sur la restauration - en particulier du temple de Léto - et sur l'aménagement et l'embellissement des lieux.


  10-novembre-2010 0854 copy

                     Tête de lion sculptée sur un des blocs du temple de Léto


Si de nombreuses années de travail sont encore nécessaires pour transformer l'aspect  visuel du Létôon en un décor encore plus magique qu'il ne l'est déjà, chaque visiteur peut, pour l'heure, aisément user et abuser de son imagination pour faire revivre ce sanctuaire grâce au charme qu'il dégage.


Source : Guide de Xanthos et du Létôon de Jacques des Courtils - éd. Yayınları

 


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hervé 15/01/2011 20:39


L'endroit semble si calme maintenant, apaisant, ce qui ne devait pas être le cas dans son plus grand moment de "gloire"...


Nat 17/01/2011 18:36



Il invite à profiter ainsi pleinement du site et de son cadre bien agréable...



chantal 09/01/2011 10:31


toujours aussi interessant, la mosaïque est vraiment de toute beautés. Quand je parlais de faire naître des vocations... je pensais surtout ouvrir les esprits aux richesses à découvrir !


Richard LEJEUNE 09/01/2011 10:07


L'imagination des visiteurs virtuels ne serait pas possible sans l'excellence de tes photographies et la précision des textes qu'elles viennent soutenir !


Cette série d'articles titille ma curiosité et me donne bien des envies ...

Un point, toutefois, que j'aimerais te voir éclaircir.
Certes, je connais la définition du terme "tâcheron".
Mais j'aimerais que tu m'expliques le sens que tu lui donnes spécifiquement dans ta phrase : " ... trois autres temples avaient été édifiés par des tâcherons ...", notamment par rapport à
l'érection des autres monuments.


Nat 09/01/2011 10:30



Les trois temples initiaux ont été édifiés par des ouvriers employés à la tâche. Je n'ai pas d'autres précisions concernant le type d'ouvriers qui ont réalisé les autres monuments, étaient-ils
aussi des tâcherons ou pas, peut-être que Jacques des Courtils pourra nous en dire plus...


Voici d'ailleurs la réponse de ce dernier : "Il ne faut pas prendre le mot tâcheron dans un sens trop
précis : ça veut dire simplement qu'il y avait des "ouvriers" ou des bâtisseurs, bref, des mains pour manipuler et assembler les matériaux!"