Les escaliers Camondo de Galata à Istanbul

En déambulant dans Bankalar Caddesi - l'avenue des Banques - dans le quartier de Galata à Istanbul, les regards s'arrêtent sur les escaliers Camondo situés au milieu des rangées de hauts immeubles bordant les deux trottoirs et qui abritent encore plusieurs établissements bancaires et financiers de nos jours.

 

  15-mars-2011 0757 copy

                           Les escaliers Camondo de Galata à Istanbul

 

                15-mars-2011 0453 copy

               Les escaliers Camondo se laissent admirer de jour comme de nuit


Ces escaliers portent le nom d'une grande famille juive séfarade originaire de Constantinople, particulièrement réputée dans le monde de la finance en Turquie, puis en France, entre le Second Empire et la Deuxième Guerre Mondiale.

 

             15-mars-2011 2248 copy

                          Les escaliers Camondo de style art-nouveau


Bailleurs de fonds de la cour ottomane, la célèbre Banque Isaac Camondo & Cie, dont le bâtiment se trouve non loin de là, fait construire cette superbe montée dans les années 1850-60.

 

             15-mars-2011 2253 copy

              Ce marchand de simit emprunte chaque jour les escaliers Camondo


Les marches relient la rue Voyvoda, ancienne appellation de Bankalar Caddesi, à la rue Banker qui porte à l'époque le nom de rue Camondo où habite alors Nissim, un des membres éminents de la famille.

 

 15-mars-2011 2270 copy


De même, ces escaliers permettent aux Camondo de rejoindre plus facilement les nombreux immeubles leur appartenant à Galata, notamment des han et des maisons particulières.

 

             15-mars-2011 2246 copy


De style art-nouveau - qui sera largement développé durant les décennies suivantes à Pera - l'actuel Beyoğlu -  les escaliers apportent à l'époque une touche avant-gardiste de par leur forme originale.

 

             15-mars-2011 2269 copy


A partir de 1868, les Camondo vont développer leur activité bancaire et leurs affaires à Paris et finir par s'y installer l'année suivante.

 

         15-mars-2011 2259 copy


Empruntés tous les jours tant par les istanbouliotes que par de nombreux touristes, les escaliers Camondo représentent une des rares traces de la vie à Galata de ceux qu'on appelait "les Rothschild de l'Est" et dont il ne reste plus aujourd'hui aucun descendant, les derniers héritiers étant morts entre 1943 et 1945 dans les camps de concentration...

 

                 15-mars-2011 2255 copy

                                     Les escaliers Camondo à Istanbul

 

 Pour en savoir plus sur cette famille d'exception, je vous conseille cet excellent ouvrage :

"Les Camondo ou l'éclipse d'une fortune" de Nora Şeni et Sophie Le Tarnec aux éditions Actes Sud

 


 


pasczl 14/05/2011 21:42


merci Nathalie,
j'adore les éscaliers sous les feux de la rampe, j'ai l'impression de voir Sevim déscendre...


chantal 13/05/2011 15:10


très interessant et curieux


pascal 12/05/2011 20:56


Très belles photos Nathalie, en particulier celle du soir sous la lumière.


Nat 13/05/2011 18:47



Je compte en refaire de nuit, je pense pouvoir faire mieux encore en prenant le temps nécessaire...



RIBIER Hélène 12/05/2011 00:56


Ils ne se sont pas éteints dans les camps de concentration nazis... on les a gazés...


didier 11/05/2011 21:25


A visiter effectivement le musée Nissim de Camondo qui est en fait l'hotel familial. Nissim était aviateur français et est mort pendant la 1ère guerre mondiale. Je l'ai visité il y a quelques
années et cela vaut la peine. Merci nat de nous donnner ce "fil" stambouliote.

Et pensez aussi à la femme de Moïse , et maman de Nissim, Mme Irène Cahen d'Anvers que Renoir a peint comme la demoisselle au ruban bleu.
Allez voir son portrait sur
http://www.histoireeurope.fr/RechercheLocution.php?Locutions=Louis+Cahen+d'Anvers


Nat 12/05/2011 06:33



Merci pour tes précisions Didier



binaz 11/05/2011 19:54


spas


FANNY 11/05/2011 15:56


Je viens de rentrer en Grece, apres un magnifique voyage a Istanbul et je n'ai pas eu la chance de monter ou descendre ces escaliers, de visiter ce coin si pittoresque... Tant pis pour moi!!!
Mais je suis sure qu'en lisant ton blog, j'aurai plus de chance a mon prochain voyage. Merci de tous ces articles et photos interessants!
FANNY.


Nat 12/05/2011 06:35



Ce n'est pas une question de chance, mais on ne peut pas tout voir en une seule fois...



Martine 11/05/2011 10:50


Vous vous complétez tellement bien, Mesdames. Merci pour cet article interessant...voilà un livre qui sera sur la liste des cadeaux "potentiels" à se faire offrir...


Richard LEJEUNE 11/05/2011 09:45


Tout à fait, oui, dans le cadre de la Saison de la Turquie en France. Elle se tint au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, rue du Temple, dans le quartier du Marais, près de Beaubourg.


Richard LEJEUNE 11/05/2011 08:58


Superbe réalisation en effet que ces escaliers.

A Paris, comme tu le soulignes, cette famille eut une influence culturelle immensément importante puisque les collections d'oeuvres d'art d'Isaac font actuellement la fierté à la fois du Musée du
Louvre et de celui d'Orsay et que Moïse légua à l'Etat son hôtel particulier qui est actuellement également devenu un musée (près du Parc Monceau, si mes souvenirs sont bons).


Nat 11/05/2011 09:30



Je n'ai pas tous les détails en tête mais effectivement les traces "culturelles" des Camondo est importante à Paris. Je crois me souvenir qu'il y avait en 2009 ou 2010 une expo à Paris à leur
sujet.



Cedistic © 2014 -  Hébergé par Overblog