Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 13 ans

Mihrimah Sultan camii à Istanbul renaît après 11 ans de travaux

C'est le 15 novembre dernier, pour la prière de midi, à laquelle participait le Premier Ministre Tahip Erdoğan et le Maire de la Ville d'Istanbul, Kadir Topbaş, que la mosquée Mihrimah Sultan d'Edirnekapı a repris du service après 11 ans de fermeture pour restauration.

 

  10-novembre-2010 2058 copy

                       Vue arrière de la mosquée Mihrimah Sultan d'Edirnekapı

 

 

Située à côté des remparts délimitant la péninsule historique de la ville, elle est l'oeuvre du plus grand architecte ottoman, Sinan, bâtisseur notamment de la célèbre Süleymaniye, réouverte au public un jour après cette mosquée bien moins connue.

 

  avril-2009-192-copy-copie-1.jpg

                         Mihrimah Sultan camii, Edirnekapı - Istanbul


Construite, semble-t-il, en trois ans, entre 1562 et 1565, elle a été commandée par le sultan Soliman le Magnifique en l'honneur de sa fille unique Mihrimah, et dont la mère n'est autre que l'illustre Hürrem, plus connue sous le nom de Roxelane.

 

               10-novembre-2010-1193-copy-copie-1.jpg

Mihrimah Sultan repose à côté de son père Soliman le Magnifique, dans le mausolée érigé à l'intérieur du cimetière ottoman de la Süleymaniye camii


A l'origine, le complexe, construit après la mosquée, comprenait une fontaine, un double hammam, une medrese ainsi que des commerces.

 

  10-novembre-2010 2088 copy

                                                          Le dôme central

 

De plan carré, Mihrimah Sultan Camii abrite un dôme central de 20 m de diamètre culminant à 37 m de hauteur, lui-même entouré de 3 autres dômes et 161 fenêtres qui laissent entrer la lumière.

 

  10-novembre-2010 2114 copy


Le mihrab et le minbar sont tous deux réalisés en marbre taillé, les fenêtres et encadrements de portes en bois revêtu d'incrustations de nacre et d'ivoire.

 

                  10-novembre-2010 2156 copy

                            Le minbar de Mihrimah Sultan camii d'Edirnekapı

 

  10-novembre-2010 2152 copy

                         Détail du minbar en marbre délicatement ouvragé


Suite au tremblement de terre de 1999, la mosquée se voit contrainte de fermer ses portes. Des dégâts importants mettent en péril le bâtiment qui n'offre alors plus toutes les garanties de sécurité.

 

 10-novembre-2010 2103 copy                     Fenêtres du dôme principal et encadrements aux couleurs chatoyantes          


En effet, les fissures ne se comptent plus dans les murs, des morceaux du mihrab tombent, d'autres pierres se détachent çà et là. Des pièces de la couverture du dôme principal atterrissent sur la place voisine. Le minaret doit être entièrement reconstruit.

 

               10-novembre-2010-3461-copy-copie-1.jpg

                 En avril 2010, les échafaudages extérieurs étaient encore en place


De nombreuses fenêtres sont ébréchées, laissant apparaître parfois des trous béants. Les lourdes portes aussi ont subi des dommages, de même que les lourdes colonnes de marbre extérieures et intérieures.

 

               10-novembre-2010 2111 copy


En outre, les peintures intérieures laissent apparaître des endroits sans couleur et sans dessin.

 

               10-novembre-2010 2136 copy


Cette oeuvre de Sinan, bien que relativement peu connue, mérite bien la visite.

 

J'ai particulièrement apprécié la finesse et la beauté des vitraux, celle du dôme, ces trouées de lumière - qui ne facilitent pas la prise de vue - par dizaines.

 

              10-novembre-2010 2123 copy

          Quelques exemples de vitraux de la mosquée Mihrimah Sultan à Edirnekapı

 

              10-novembre-2010 2085 copy


Mais, en observant scrupuleusement des photos que j'ai pu réaliser en décembre 2003 à l'intérieur de la mosquée, j'ai constaté des différences notoires concernant les façades intérieures.

 

Les innombrables dessins revêtant les murs de pierre et l'intérieur des arcades ont disparu...

 

                          IMGP0868 - Mosquée de Mirhimah copy

                  Décembre 2003, vue intérieure de Mihrimah Sultan Camii à Edirnekapı

 

Est-ce que la remise en état de toutes ces peintures aurait été trop coûteuse ??? Cela mériterait bien une petite explication de la part de la Direction des Fondations Religieuses qui a suivi les travaux... 


Le jardin et le cimetière ottoman voisin, abritant notamment quelques tombes intéressantes, sont, quant à eux, encore occupés par les ouvriers.

 

  IMGP8168-copy-copie-1.jpg

              Décembre 2003, jardin de la mosquée Mihrimah Sultan à Edirnekapı

 

D'ici quelques mois, l'environnement devrait retrouver l'aspect serein dont j'ai gardé le souvenir.

 

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

marie 13/03/2016 12:10

Bonjour, je cherche le nom d'une mosquée que j'ai dessinée; impossible de me rappeler où je l'ai vu. Vous pouvez m'aider?

MeRvE70 02/01/2012 23:46

C'est une des merveilles d'Istanbul a mon gout mais elle est incomplete sans sa moitié
Connaissez-vous cette histoire?
Je suis vraiment désolé je n'ai pas eu le temps de le traduire. Une prochaine fois peut-etre pour les lecteurs mais je suis sure que vous vous comprendrez

cihan padişahı kanuni sultan süleyman'ın ve büyük aşk'ı hürrem sultan'ın efsane aşklarının meyvesine verdikleri isimdir.

mihr-ü mah farsça da "güneş + ay" demektir. efsanesi secde ettirir.

büyüdüğünde mihrimah sultan'ın taliplerinden biri sarayın baş mimarı olanmimar sinandır...

fakat kanuni biricik kızını rüstem paşa ile evlendirir ama bilinen odur ki sinan, mihrimah sultan'a deliler gibi aşıktır.

istanbul'un en güzel yerlerinden birine, üsküdar'a, mihrimah sultan adına bir cami yapması istenir kendisinden. bu heybetli cami inşa edilirken bir yandan kendi aşkını anlatır sinan hiç şüphesiz ve
eserine sanki eteğini giymiş bir kadının dış çizgilerini verir..

padişah fermanı ile yaptırılan bir eserdir, ama sinan'ın söyleyecekleri bununla bitmemiş olacak ki...

bu eserden 14 yıl sonra o güne kadar ilk defa, padişah fermanı olmaksızın,edirnekapı'da pek kimsenin ilgilenmediği ıssız, yalnız ama istanbul'un yüksek bir tepesine, sanki aşkının gizli, ıssız ve
yalnızlığını ama bir o kadar büyüklüğünü haykırmak istermişcesine ikinci bir eser yapmaya koyulur mihrimah sultan'a...

derler ki; cami mihrimah sultan'ın o duru, gösterişsiz ve bir o kadar asil güzelliğine istinaden küçücüktür ve sadece otuzsekiz metre bir minareye sahiptir. bir adet incecik kubbesinin üzerindeki
161 pencere ise iç güzelliğinin ne kadar aydınlık ve berrak olduğunu temsil eder. bu sayede gün ışığının her köşede adeta dans ettiği kadınsı edalı camide, içerideki sarkıtlar ve minare
kenarlarındaki upuzun işlemelerde de mihrimah sultan'ın o güzel ayak topuklarını döven,upuzun saçları tasvir edilmiştir.

iki caminin de yerleri; güneşin doğum ve batım yerleri tespit edilerek yapılmıştır.

edirnekapı'daki mihrimah sultan camii'ni ve üsküdar'daki mihrimah camii'ni aynı anda görebileceğiniz bir yer seçilirse, günbatımında (elbette, yılın sadece bir gününde ki, o gün mihrimah sultan'ın
doğum günü olan gece ile gündüzün uzunluğunun birbirine eşit olduğu yirmibir mart günüdür) göreceğiniz muhteşem manzara şudur:

edirnekapı camii'nin tek minaresinin arkasından tepsi gibi kıpkırmızı güneş batarken, üsküdar'daki camiin minareleri arasından ay doğar !!

Nat 04/01/2012 09:26



Non, je ne savais pas tout ça, merci pour ce partage.



didier 09/12/2010 20:24


Beau reportage sur cete petite merveille que je ne connaissais pas du tout. Je ne suis jamais allé dans cette partie de la ville. Ta remarque est en effet judicieuse ; les restaurateurs ont arraché
tout le revêtement (carrelé ?) . Mais peut être la simplicité des murs met-elle encore davantage en valeur la finesse des ciselures et autres petits trésors...


Nat 10/12/2010 05:52



Ce n'était pas carrelé, mais des peintures murales qui recouvraient toutes les façades intérieures de haut en bas... 


Ce n'est pas forcément un quartier où l'on voit beaucoup de touristes, et c'est pour cela qu'il m'intéresse bien plus au final...



Richard LEJEUNE 07/12/2010 09:18


Indépendamment du fait que la toute première photo que tu nous en montres n'invite absolument pas à la visite, je constate que, les unes après les autres, les mosquées ouvrent leurs portes mettant
ainsi un point presque final à des années de travaux : je présume que cela doit rencontrer les envies de la foi populaire stanbouliote, mais aussi celles des touristes toujours à la recherche de
petits bijoux architecturaux.


Je relève un point qui m'interpelle : malgré la fermeture pour les touristes durant une grosse dizaine d'années aux fins de réfectionner le bâtiment après le tremblement de terre, il appert que,
privilégiée, tu aies pu y accéder en 2003.
Cela signifie-t-il que tu disposes d'un laisser-passer permanent, quelles que soient les conditions de sécurité - et donc que tu t'exposes au danger -, ou que, en définitive, la vraie raison de
cette fermeture résidait dans le fait que les ouvriers n'entendaient pas être dérangés pendant les travaux ?


Nat 07/12/2010 09:36



La première photo est la vue de la mosquée qu'on a de l'arrière, côté... Sulukule... Les vues avec le minaret sont assez rares, c'est de ce côté-là qu'il est le plus visible. Concernant ma visite
de 2003, à l'époque, une toute petite partie était encore accessible et visible, en fonction de l'avancement des travaux et le jardin ouvert au public. A l'époque, je ne pensais pas un seul
instant que je publierai un jour un article sur cette mosquée. J'ai aussi gardé le souvenir d'une jolie rencontre dans la cour de cette mosquée avec une petite fille du nom de Yağmur (la pluie"
qui avait alors 7 ou 8 ans. Qu'est-elle devenue, habite-t-elle encore dans le quartier ???