Du bretzel au simit

Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 14 ans

Reyhan Ropars, une turque d'Anjou et sa volonté de faire...

Dès le premier contact téléphonique avec Reyhan Ropars, d'origine turque et habitant dans la couronne d'Angers, j'ai senti qu'à l'autre bout du fil, se trouvait une personne d'exception.

Née il y a 36 ans de cela, dans un village de la Mer Noire proche d'Of, dans le nord-est de la Turquie, Reyhan arrive à Trélazé  à l'âge de 3 ans avec sa mère, ses 4 frères et sa soeur rejoindre, dans le cadre du regroupement familial, son père arrivé en France trois ans auparavant. A l'époque, deux ou trois familles turques vivaient dans cette petite ville de la banlieue d'Angers qui compte aujourd'hui plus de 12 000 habitants.

                     14-DECEMBRE-2009 9442 copy    
                                                Reyhan Ropars                     

De sa scolarité en France, elle se souvient qu'une personne s'occupait d'elle et d'autres enfants en dehors des cours pour parfaire leur connaissance de la langue de Molière et les aider à faire les devoirs, les parents n'ayant pas un niveau suffisant de français pour cela.

Avec son BEP de comptabilité en poche, Reyhan effectue plusieurs formations avant de passer 5 ans comme emballeuse dans une usine de fabrication d'ordinateurs d'Angers. C'est là qu'elle fait la connaissance de Cédric qui deviendra son mari et le père de leurs deux garçons, Semih, âgé aujourd'hui de 11 ans, et Aydın, 7 ans.

                       14-DECEMBRE-2009 9468 copy
                                           Reyhan et son fils cadet, Aydın

Autant les proches vivant en Turquie ne s'étonnent pas que l'élu de son coeur soit français, autant cela n'a pas été une mince affaire de le faire accepter au sein de sa propre famille à Trélazé. Enceinte de cinq mois, elle fuit durant deux mois les siens à qui elle a réussi à cacher sa grossesse jusque là et vit en concubinage.

L'intervention de l'imam de Trélazé auprès des parents va permettre à Reyhan de les revoir et Cédric va finir par être accepté. Il se convertit à l'islam, un mariage religieux est célébré.  Petit à petit, le temps fait son oeuvre et les frères de Reyhan adressent à nouveau la parole au petit canard noir de la famille. Aujourd'hui, les plaies sont cicatrisées et le mari a trouvé sa place au sein de tout ce petit monde. 

                        14-DECEMBRE-2009 9471 copy
                              Le sourire quitte rarement le visage de Reyhan

La communauté turque de Trélazé a bien grandi depuis 1976 et il existe une demande émanant des femmes de celle-ci pour, entres autres, se retrouver et partager leur culture. Au printemps 2006, l'association "Cultures Elles" voit le jour, créée notamment par Reyhan, qui assure les fonctions de trésorière au début, et sa soeur, qui en sera la Présidente durant deux ans. Depuis 2008, Reyhan préside "Cultures Elles" que je vous présenterai d'ici quelques jours.

Secrétaire à mi-temps dans une entreprise de maçonnerie turque de la place, elle partage son temps entre sa famille, son travail, l'association et... d'autres occupations. En effet, Reyhan fait partie des 12 médiateurs en santé publique de la ville de Trélazé ainsi que du Conseil consultatif des citoyens trélazéens étrangers, structure fondée par la municipalité en 2003, première du genre dans le département de Maine-et-Loire, et qui compte aujourd'hui 20 nationalités représentées pour 5 à ses débuts.

                         14-DECEMBRE-2009 9479 copy
                              Préparation d'un thé produit dans sa région natale

Reyhan a rejoint avec dix autres femmes méritantes des Pays de Loire, la galerie de "Femmes en résistance" du monde entier saluées et présentées à Nantes de février à mai 2009 par Pierre-Yves Ginet, photojournaliste, qui a également réalisé sa biographie.

Le 23 février 2009, à l'occasion de l'inauguration de l'exposition précitée, le Président du Conseil Régional des Pays de la Loire a remis à Reyhan la médaille de Citoyenne d'Honneur pour la récompenser de ses actions en faveur des femmes et de sa lutte contre les différences.

  médaille                            Une reconnaissance dont Reyhan peut être fière

Cette jeune femme énergique oeuvrant pour améliorer le quotidien de ses compatriotes, se considère comme une turque moderne, évoluée et active, libre de ses actes et de ses mouvements. Les encouragements, qu'elle aurait apprécié recevoir des siens, auront finalement été donnés par les pouvoirs publics du pays où elle a passé la majorité de sa vie...

 14-DECEMBRE-2009 9485 copy           
Tanıştığımız için çok memnun oldum !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Reyhan Ropars 20/03/2010 14:45


pas de souci!!!


Nat 21/03/2010 15:57





Reyhan Ropars 19/03/2010 10:30


merci Malika, ça me fait plaisir, j attend toujours ton apel pour que l on puisse manger un soir!! bisou


Nat 20/03/2010 09:39


Bende geliyorum...


tagant malika 17/03/2010 16:54


Je tiens à féliciter ma copine d'enfance dont je suis très fier.Maheureusement, le destin nous a séparé, je ne suis plus dans le maine et loire, mais elle reste présente dans mon coeur. continu
comme ça bisou


Nat 17/03/2010 17:53


Je vais transmettre le message à Reyhan, je suis certaine que cela lui fera plaisir. En plus, elle le mérite bien.


cedric ropars 16/12/2009 22:49


Je ne pense pas qu'il soit dommage de se reconvertir et cela na pas été une obligation pour ma part juste pour apaiser les tensions, en aucun cas je regrette cette reconversion a l'islam cela ma
apporter beaucoup, d'apprendre et de m'enrichir. Nous étions deux oiseaux en cage qui ne pouvait s'envoler pour vivre libre, la seule chose que je retiens c'est que nous avons pu nous envoler
librement avec amour et quand je regarde ma femme aujourd'hui j'en suis très fier de tous ce qu'elle entreprend.


Nat 17/12/2009 06:26


Merci Cédric pour ton point de vue personnel. Tu peux être fier de tout ce qu'entreprend ton petit oiseau de femme. Continuez à voler librement encore longtemps !


Sarah 16/12/2009 15:37


Quel dommage en effet que dans nombre de couples musulmans-chretiens, le conjoint chretien doive se convertir, bien souvent plus pour apaiser les choses avec la belle-famille que par reelle
conviction..
J'ai la chance que ni mon mari turc, ni sa famille n'aient jamais essaye de me convertir a l'islam, chose que je n'aurais de toute facon jamais accepte, cela aurait ete la fin de notre
relation.
Bravo a Reyhan Ropars en tout cas d'avoir tenu bon face a sa famille, cela a du etre tres dur.


Nat 16/12/2009 18:20


Je suis heureuse de votre témoignage qui confirme ce que j'écrivais hier en réponse à un autre commentaire, cette "obligation" de conversion à l'islam n'est pas systématique, loin de là.


ropars 16/12/2009 11:14


L amour dépasse toutes les frontières, l’importance de l’appartenance religieux ne doit rien y changer, mais avec le temps et les enfants le débat religieux fait surface et c’est une cause de
m’mésentente, pour ma part cela n a jamais été un problème nous avons réussi au faire notre vie sur deux cultures différentes, les enfants n en sont pas perturbé pour autant au contraire c est une
richesse ! Cela ma permis d’évolué dans ma vie de femme et d’agir!


Nat 16/12/2009 11:22


L'amour dépasse effectivement toutes les frontières et le fait de grandir et de vivre avec deux cultures différentes permet d'en apprécier le positif qu'apporte chacune d'entre elles. Continue
surtout à agir en laissant ceux qui ne font que critiquer...


chantal 15/12/2009 17:29


Beau parcours qui pourrait donner de belles idées de tolérance


Nat 15/12/2009 17:57



Une femme comme je les aime, engagée, volontaire, pleine de vie et d'énergie !



Danielle de Strasbourg 15/12/2009 15:29


La double culture est sans conteste une richesse mais il faut parfois en gérer les contradictions,un beau chalenge...


Nat 15/12/2009 15:55


C'est effectivement un super challenge... et une richesse incontestable !


Delwiche 15/12/2009 14:53


Chapeau Reyhan, merci Nathalie pour ce superbe "papier" !


Nat 15/12/2009 15:05


J'ai vraiment eu beaucoup de plaisir à faire sa connaissance.


Richard LEJEUNE 15/12/2009 14:53


Polémiquons, polémiquons : j'adore ...

Je retiens simplement - sans même vouloir la commenter - le début de TA propre phrase de conclusion, à mes yeux lourde de sens et de resssentiment :

"Les encouragements qu'elle aurait apprécié (de) recevoir des siens ..."


Nat 15/12/2009 15:04


Je n'aime pas, pour ma part, polémiquer... Lors de chaque rencontre, de chaque discussion, il y a toujours l'une ou l'autre phrase qui me marque et qui finalement colle à la peau de celui ou de
celle qui l'a dit...