Du bretzel au simit

Faire connaître la Turquie et ses habitants avec les yeux d'une alsacienne qui y vit depuis 17 ans.

Du bretzel au simit

Saim Kolhan, céramiste d'art à Kütahya

Après avoir rencontré Saim à Istanbul en 2008 à deux reprises, d'abord en août au Festival des Mains d'Or sur la place de Taksim et lors d'une autre exposition en décembre, je m'étais promis de lui rendre visite lors de mon passage à Kütahya.

                    
                                                  Saim Kolhan

Fascinée par ses créations aux détails particulièrement travaillés, minutieux, j'ai souhaité en savoir plus sur cet Artisan de la faïence avec un grand A !

Saim est né à Kütahya en 1962 et  débute sa vie professionnelle dans l'électricité, domaine dans lequel il a fait ses études. En 1984, il décide d'arrêter cette voie et passe quatre mois aux côtés d'un artisan-céramiste qui lui apprend les rudiments du métier. Il se marie la même année et commence à travailler à domicile, de façon indépendante.

                     
                             L'artisan-artiste à l'oeuvre.... dans son atelier

Un an plus tard, il ouvre son premier magasin "Elif Çini" avec son neveu, puis poursuit sa nouvelle route à nouveau seul. En 1987, il fonde avec quatre autres artistans-céramistes, Mehmet Gürsoy, Habib Bakilan, Atilla Kipergil, Abdülkadir Uçaroğlu l'atelier İznik Çini.

 

  lundi-036-copy.jpg       
Après avoir été façonnée, chaque pièce sera cuite une première fois à 900 ou 1000° puis refroidie dans le four, la durée de ces deux opérations étant d'un jour et demie. Le dessin de chaque pièce est ensuite imprimé à l'aide d'un papier perforé sur lequel figure le motif préalablement dessiné.

Leur but n'est pas de reproduire des faïences d'Iznik mais d'utiliser certains principes pour la réalisation de créations qui leur sont propres. De nombreuses oeuvres d'art, dont certaines partent pour l'Italie, vont être créées durant les cinq années passées ensemble.

 

Après avoir formé de nombreux apprentis et été à la direction de cette entreprise lorsqu'Uçaroğlu ouvre son propre atelier, Saim décide de quitter İznik Çini en 1992.

                    
Deux "petits" vases en cours de réalisation ; la plupart des grandes pièces sont réalisées sur commande.

Durant les dix années qui suivent, c'est à la maison qu'il va travailler, seul, apportant  ses pièces dans un four voisin. Ce n'est guère durant cette période-là qu'il va gagner de l'argent mais vivre de sa passion lui est essentiel.

Il travaille notamment les miniatures turques ainsi que le tezhip, technique d'enluminure, guère utilisée auparavant sur la céramique.

 

  lundi-067-copy.jpg
Les premières couleurs posées en général sont le bleu clair et le turquoise, ensuite le vert et les autres teintes. Le rouge, beaucoup plus épais et plus long à sécher, est la dernière couleur appliquée en principe.

En 2002, il finit par créer une société, loue un local composé d'une pièce de 4m2 où il installe sa table de travail...

 

Depuis ces quatre dernières années, il est associé avec deux personnes dont Selma, jeune femme passionnée et très douée également dans ce domaine.

 

  lundi-043-copy.jpg
Selma, qui a appris les bases de son métier à l'Université de Kütahya, voue une passion incontestable à cet art dont elle devient également, aux côtés du Maître, une merveilleuse ambassadrice.

Quelles différences y a-t-il donc entre la céramiques d'İznik, plus connues du grand public et celle de Kütahya, dont la production est aujourd'hui bien plus importante ?

 

  lundi-021-copy.jpg
          
A l'origine, la production d'İznik était essentiellement destinée à décorer palais et mosquées ottomanes, ce jusqu'au début du XVIIIème siècle où les derniers fours de la ville vont fermer.

 

  lundi-062-copy.jpg

Une des pièces de l'atelier de Saim est occupée par les femmes qui réalisent carreaux et objets de petite taille.

Les céramiques de Kütahya, dont la composition en quartz longtemps bien  moindre que celle d'İznik, plus élaborées, étaient moins coûteuses et destinées au grand public. Mais, petit à petit, leur gamme de produits s'est étoffée.

 

  lundi-045-copy.jpg
                Certaines couleurs sont appliquées en fines lignes ou couches, au pinceau...

Actuellement, les trois ateliers d'İznik, qui pérénisent à nouveau depuis plus d'une dizaine d'années le savoir-faire ancestral, font régulièrement façonner des pièces par des artisans de Kütahya en fonction de leur charge de travail...

 

  lundi-079-copy.jpg
                      ... d'autres, en surépaisseur, à l'aide de pipettes

A Kütahya, il existe environ 150 ateliers, certains employant 2 à 3 personnes, la plupart entre 5 et 10, et 8 d'entre eux, comme celui de Saim, entre 15 et 20 artisans, en fonction des besoins.

 

  lundi-089-copy.jpg
         L'atelier des hommes où sont réalisées, entre autres, les pièces les plus volumineuses

Dans cet atelier, comme dans la plupart sans doute, on perçoit l'attachement, l'amour même du travail réalisé. Comme me l'expliquait Selma, le maniement du pinceau est rythmé par l'état d'esprit de chaque artisan, donnant ainsi une touche toujours personnelle.  

 lundi-070-copy.jpg            
Il ne s'agit pas de compter les heures nécessaires pour la réalisation d'un seul objet, car ceux qui travaillent là aiment ce qu'ils font, plongés dans un univers où la beauté est le maître mot.

  lundi-131-copy.jpg         
Avant le deuxième passage au four, les pièces vont faire l'objet d'une glaçure qui permet, à la fois, l'imperméabilisation des couleurs et le rendu de leur éclat.

  lundi-136-copy.jpg       
Après le séchage de cette glaçure étalée au pinceau, 1 jour et demi seront encore nécessaires pour la seconde cuisson, toujours à la même température oscillant entre 900 e 1000° et le refroidissement.

Le commun des mortels reste toujours subjugué à la vue de cet art qui existe depuis des siècles et qui, heureusement, continue à être perpétué grâce à de tels artistes-artisans.

  lundi-095-copy.jpg         

Derrière une assiette ou un vase aux couleurs savamment déposées se cachent des mains d'hommes et de femmes unis par une même passion.

  lundi-097-copy.jpg        

Pouvoir à la fois l'assouvir au quotidien et en vivre, difficile de rêver meilleur compromis !

  lundi-091-copy.jpg        
                      J'aurais bien aimé voir ces oiseaux parés de leurs couleurs...

Saim, qui n'est pas à court d'idées, a réalisé, au bout de la 3ème tentative - les deux premiers ayant cassé - le plus grand vase en céramique au monde, de 2,20 m de haut. 

                    

Celui-ci attend patiemment derrière la vitre de son atelier d'être peint... et homologué par le Guinness World Records une fois que le dossier sera déposé !

Ce sera une bonne occasion pour moi de retourner avec plaisir voir ces mains d'or à Kütahya...


http://www.saimkolhan.com/anasayfa (en turc et en anglais)





Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mirage 08/11/2009 21:24


Bravo pour tes photos qui nous permettent de visualiser les différentes étapes de ces merveilleuses créations artistiques. Et j'espère que nous aurons droit à une photo lorsque cet immense vase
sera terminé. Cela fait vraiment rêver!
Bon, à défaut des faïence de Kütahya, ja vais aller faire un tour à Soufflenheim en Alsace le week-end prochain. Noel approche!


Nat 09/11/2009 06:27


J'espère bien revoir ce vase effectivement une fois terminé. Bonne balade in Soufflenheim !


anne 04/11/2009 17:37


Super reportage que tu as fait la !et merci de faire partager toutes ces belles choses de la turquie


Nat 04/11/2009 19:54


Elles méritent bien d'être connues !


josette 03/11/2009 21:22


Très beau reportage, vraiment. De jolies choses et aussi l'amour de son Art pour Saim Kolhan qui se sent. Comme DAB, tu fais très bien ressentir les moments forts, Nat.


Nat 03/11/2009 21:47


Cet amour de l'art, je l'ai ressenti tant de la part de Saim que de Selma... et de toutes les autres personnes qui travaillent dans cet atelier.


Laurence Desperts 02/11/2009 14:32


J'adore lorsque ton regard et ton réçit se posent sur le travail des artisans! là encore un beau post: on est dans l'atelier!
Quelle déception pour moi d'avoir manqué le festival des mains d'or! je n'étais pas encore à Istanbul lorsqu'il a eu lieu! mais en 2010 j'espère y être! merci encore pour cette découverte et ces
photos: la première surtout: la passion de l'artisteS (le S pour les deux artistes qui se font face: le céramiste et la photographe)


Nat 02/11/2009 15:27


Le Festival des Mains d'Or a lieu tous les ans avant le Ramadan, note-toi le de suite pour l'année prochaine car c'est vraiment un endroit où je rencontre depuis deux ans que je le fréquente, des
artisans dont certains sont vraiment exceptionnels, comme Saim Kolhan ou Ahmet Sezen, sedefkar, à qui j'ai déjà consacré un article également http://dubretzelausimit.over-blog.com/article-33053830.html.
Je ne pense pas être une artiste-photographe, loin s'en faut, mais je pense que ce portrait semble particulièrement réussi, merci pour ton appréciation.


chantal 02/11/2009 11:00


Que c'est beau la magie de la céramique : ici artisanale et créative mais même celles de grand bazar ont fait des heureux à chaque fois que j'en ai ramenées


Nat 02/11/2009 11:11


La magie a exercé...


Nina d'istanbul 02/11/2009 10:44


superbe reportage .. merci et bravo


Nat 02/11/2009 10:50


Je me suis vraiment régalée durant les quelques heures passées dans l'atelier de Saim et autant à m'y replonger ce matin...


PatDeStra 02/11/2009 10:41


un merveilleux reportage tout en finesse, il fallait que je le dise... et puis ce splendide portrait ( photo 1 )j'aime !


Nat 02/11/2009 10:43



Les céramiques sont tout en finesse aussi...